Traitement

La vision perdue à cause d’une rétinopathie diabétique ne peut pas être restaurée, mais une détection et un traitement précoces sont souvent efficaces et peuvent freiner la dégradation de la vision.

 Aux premiers stades de la rétinopathie diabétique, la vision d’une personne est surveillée de près, mais est encore intacte, de sorte qu’aucun traitement n’est recommandé tant qu’elle n’est pas altérée.

Trois traitements de la rétinopathie proliférante sont décrits ci-dessous. Les traitements possibles diffèrent d’un patient à l’autre, et il est important que vous discutiez de vos options avec votre spécialiste de la vue.

  • Photocoagulation panrétinienne au laser : traitement, effectué au cabinet du spécialiste de la vue ou dans une clinique d’ophtalmologie, qui consiste à produire, à l’aide d’un laser à effet thermique, une multitude de brûlures microscopiques dans la rétine pour faire rétrécir les vaisseaux sanguins anormaux.

Ce traitement peut légèrement réduire la vision périphérique, la vision des couleurs et la vision nocturne. Plusieurs séances peuvent être nécessaires, car de nouveaux vaisseaux sanguins continuent de se former et de répandre du sang dans l’œil.

  • Vitrectomie : intervention, nécessaire après un épanchement de sang dans le centre de l’œil, durant laquelle le vitré est retiré à travers une minuscule incision pratiquée dans l’œil et est remplacé par une solution saline qui simule les liquides normaux de l’œil.

Après l’intervention chirurgicale, l’œil est rouge et sensible. Si les deux yeux doivent être traités, ils le sont séparément, à plusieurs semaines d’intervalle. L’intervention chirurgicale se pratique à l’hôpital. Les patients rentrent chez eux le même jour ou peuvent devoir passer une nuit à l’hôpital.

  • Injections intraoculaires (anti-VEGF) : traitement qui consiste à injecter des médicaments dans l’œil afin de freiner la prolifération des vaisseaux sanguins anormaux, et qui est administré au bureau du spécialiste de la vue ou dans une clinique d’ophtalmologie. Le médicament Lucentis est approuvé par Santé Canada pour le traitement de l’œdème maculaire associé à la rétinopathie diabétique. Il agit en réduisant la formation des vaisseaux sanguins anormaux et les fuites provenant de ces vaisseaux. Demandez à votre spécialiste de la vue s’il existe un médicament approprié pour vous et s’il est couvert par le régime d’assurance maladie de votre province.

L’œdème maculaire se traite par les méthodes suivantes:

  • Photocoagulation rétinienne focale : traitement qui réduit de 50 % le risque de perte de vision subséquente et qui peut améliorer la vision chez un petit nombre de patients. Il consiste à produire une multitude de brûlures microscopiques autour de la macula à l’aide d’un laser à effet thermique, ce qui ralentit les fuites provenant des vaisseaux sanguins.

Ce traitement se fait sous anesthésie locale, en général au bureau du spécialiste de la vue ou dans une clinique de soins d’ophtalmologie. Il peut laisser des taches noires permanentes dans la vision périphérique. Il faut parfois répéter ce traitement si des vaisseaux sanguins anormaux recommencent à se former.

  • Injections intraoculaires d’anti-inflammatoires : traitement, maintenant peu utilisé, qui consiste à injecter des médicaments pour réduire l’enflure et l’inflammation à l’intérieur de l’œil. Il prend environ 15 minutes. Dans certains cas graves, plusieurs traitements peuvent être nécessaires. Les effets secondaires possibles sont des cataractes, un glaucome et, dans de rares cas, une infection.

Aux stades plus avancés de la rétinopathie diabétique, un traitement peut être requis pour d’autres complications oculaires, comme un décollement de la rétine.

Dans 90 % des cas, un décollement de la rétine peut être réparé s’il est décelé à temps. Le traitement d’un décollement de la rétine peut causer une perte de vision, ce qui dépend toutefois du moment où il est effectué – traitement précoce ou tardif – et de l’état de la macula – partie centrale de la rétine qui permet de voir les menus détails – avant l’intervention chirurgicale.

Back to top of page