Diagnostic et traitement

Un diagnostic d’OVR est posé seulement après un examen complet de la vue. C’est pourquoi des rendez-vous réguliers chez votre optométriste sont si importants. Si votre optométriste soupçonne que vous avez une OVR, il va vous diriger vers un ophtalmologiste, qui effectuera un examen complet de votre vue en utilisant une ou plusieurs des méthodes ci-dessous.

Examen de l’acuité visuelle : Mesure, à l’aide d’une échelle à lettres ou à symboles, de la vision à différentes distances.

Examen de l’œil après dilatation pupillaire : Examen réalisé avec une loupe spéciale, après l’instillation de gouttes qui dilatent les pupilles, dans le but de détecter des affections de la rétine et du nerf optique.

Tonométrie : Mesure de la pression à l’intérieur de l’œil à l’aide d’un instrument spécial, après l’application de gouttes qui insensibilisent les yeux.

Tomographie par cohérence optique : Examen qui consiste à prendre des images de la rétine au moyen d’une caméra spéciale et qui facilite le diagnostic, le traitement et la prise en charge des maladies de la rétine pour le médecin. 

Comment traite-t-on une OVR? 

Diverses méthodes peuvent être utilisées pour traiter une OVR, selon les recommandations de votre spécialiste. Ensemble, vous allez déterminer celle qui vous convient le mieux. Voici quelques-unes de ces méthodes* :

Médicaments antiangiogéniques

Le facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF) est une protéine qui, croit-on, déclencherait le développement de vaisseaux sanguins anormaux dans la macula, ce qui risque d’entraîner un œdème maculaire et une perte de vision. Les médicaments anti-VEGF sont injectés dans l’œil atteint, tous les mois pendant deux ans ou plus chez certains patients, pour empêcher ces vaisseaux de se former. Présentement, le seul anti-VEGF approuvé par Santé Canada pour le traitement de la perte de vision due à l’œdème maculaire secondaire à une OVR est Lucentis (ranibizumab).

Implants intravitréens (intraoculaires) de corticostéroïdes 

Les implants de dexaméthasone contiennent un corticostéroïde très puissant qui, en réduisant l’enflure à l’arrière de l’œil, atténue les lésions maculaires ou en prévient d’autres. Après avoir instillé des gouttes anesthésiantes dans les yeux, le médecin injecte un petit implant à l’arrière de l’œil. Visitez le site Internet d’Ozurdex pour en savoir plus sur les implants intravitréens. À l’heure actuelle, Ozurdex n’est approuvé par Santé Canada que pour le traitement de l’œdème maculaire consécutif à une occlusion de la veine rétinienne centrale (OVRC). 

Les implants de dexaméthasone peuvent causer des cataractes et un glaucome chez certaines personnes. Assurez-vous de discuter des effets secondaires possibles de ces implants avec votre ophtalmologiste.

Photocoagulation au laser

Au moyen d’un laser, le médecin scelle les zones où la vision centrale est altérée par des liquides qui s’échappent des vaisseaux sanguins. Les liquides s’écoulent alors plus lentement, et s’accumulent moins dans la rétine. En raison de l’arrivée d’autres traitements, la photocoagulation au laser n’est pas très utilisée.

* Pour certains traitements, la couverture par les assureurs diffère d’une région à l’autre au Canada. Il faudra donc demander des précisions à votre médecin à ce sujet. Veuillez consulter notre section Participation active aux soins pour mieux préparer votre rencontre avec votre médecin.

​​