Q. : Les vitamines peuvent-elles aider une personne atteinte de DMLA?

R. : Très bonne question! En effet, certaines vitamines sont recommandées pour certains patients. Une vaste étude portant le nom d’AREDS (Age-Related Eye Disease Study) et entreprise par le National Eye Institute des États-Unis a démontré que lorsque des patients atteints de DMLA de type sec intermédiaire ou évoluée dans un œil prennent des antioxydants, le risque de progression de la DMLA diminue.

Cela ne signifie cependant pas que les vitamines que vous pourriez acheter sur les tablettes de votre pharmacie locale feraient l’affaire. Les doses recommandées par l’étude AREDS sont beaucoup élevées que celles que contiennent les multivitamines.

Les personnes atteintes de DMLA de type sec intermédiaire ou évoluée devraient discuter avec leur ophtalmologiste de la prise des doses de vitamines formulées par l’étude AREDS. Si ce dernier leur conseille de les prendre, elles devraient en informer leur médecin de famille.

L’étude AREDS n’a pas fait la preuve que ces vitamines comportaient des avantages pour les personnes qui ne sont pas atteintes de DMLA ou qui sont atteintes d’une DMLA précoce. Mais, dans le dernier cas, ces personnes devraient surveiller leur vision (en collaboration avec leur professionnel des soins de la vue) et envisagez de prendre les vitamines AREDS si la maladie progresse.

Tabagisme et AREDS

Si vous fumez actuellement des cigarettes ou si vous avez cessé de fumer il y a moins d’un an, la formule AREDS complète ne vous convient peut-être pas. Vous devriez éviter de consommer du bêta-carotène, un des ingrédients de certaines formules vitaminiques AREDS, en raison d’un risque accru de cancer du poumon.

Étude plus poussée

La lutéine et la zéaxanthine sont des pigments jaunes qu’on retrouve dans la macula et certains chercheurs croient qu’ils pourraient protéger les cellules rétiniennes des dommages causés par les oxydants. Les résultats des études portant sur ces oligo-éléments et la DMLA, ainsi que sur les acides gras oméga-3 polyinsaturés et la DMLA sont partagés. Des études plus poussées sont donc menées dans ce domaine.

L’étude AREDS II évalue maintenant si ces suppléments diminuent le risque de progression de la DMLA. L’étude AREDS II étudiera de plus le bêta-carotène afin de savoir si son absence réduit l’efficacité de la combinaison de vitamines et de minéraux utilisée dans l’étude AREDS I.

Régime alimentaire et nutrition

Une étude néerlandaise a récemment démontré que les personnes qui consomment une plus grande quantité de vitamines C et E, de bêta-carotène et de zinc que les autres participants présentent moins de risque de DMLA.

Le régime alimentaire est un important facteur de la santé rétinienne. Les légumes comme les épinards, le chou vert et le maïs sont de bonnes sources de lutéine et de zéaxanthine et le saumon sauvage, les sardines et les graines de lin sont d’excellentes sources d’acides gras oméga-3. Même si l’efficacité de ces oligo-éléments est actuellement à l’étude en rapport avec une diminution des risques de DMLA, le fait de les inclure dans son régime alimentaire ne peut pas faire de tort.

Conclusion

L’impact des suppléments vitaminiques et du régime alimentaire sur la prévention de la DMLA est confus – et les connaissances à ce sujet évoluent sans cesse. Que faire en pareil cas? Trouvez des sources d’information sûres, en parlant par exemple avec votre professionnel des soins de la vue. Posez constamment des questions et lisez nos prochains numéros, car nous vous tiendrons informé des découvertes réalisées en ce domaine.

Vous avez une question sur la santé visuelle ou sur la perte de vision à poser à notre spécialiste? Transmettez-la à envue@inca.ca et elle pourrait être publiée dans le prochain numéro de ce bulletin d’information électronique!

Les documents d'information publiés dans ce site sont offerts uniquement à titre d'information. Ils ne représentent en aucune façon un avis médical, une recommandation, un diagnostic ou un traitement professionnel, et ne devraient en aucun cas être considérés comme tel. Vous devriez toujours demander l’avis de votre professionnel des soins de la vue ou de tout autre professionnel des soins de santé si vous avez des questions au sujet d’un problème médical. Ne faites jamais fi des conseils médicaux et ne tardez jamais à les obtenir en raison d’un renseignement que vous pourriez avoir lu dans inca.ca.

Photographie, en couleur, de Mary Lou JacksonLa spécialiste:

Mary Lou Jackson, MD
Directrice Service de réadaptation visuelle, Instructrice clinique, Harvard Medical School

Retour au haut de la page