Q. : Mon adolescente vit avec une perte de vision. Comment puis-je l’aider à se préparer à intégrer le milieu du travail?

R. : Passer des études secondaires aux études postsecondaires ou au milieu du travail peut être une expérience emballante, mais quelque peu inquiétante pour un adolescent ou une adolescente. Soyons francs : il s’agit là d’un important pas vers l’âge adulte et l’autonomie. Lorsqu’il s’agit d’un adolescent ou d’une adolescente vivant avec une perte de vision, cette transition peut être plus complexe. Devenez la plus grande « fan » de votre jeune, car personne ne la connaît aussi bien que vous. Votre soutien l’aidera à surmonter les défis de cette nouvelle étape de la vie.

Acquérir des habiletés

Les jeunes adultes vivant avec une perte de vision doivent s’assurer que leurs compétences sont égales à celles de leurs pairs. Vous devriez donc, comme parent, favoriser l’acquisition par votre fille de compétences interpersonnelles, fonctionnelles et technologiques, tout au long de sa vie.
 
Inviter votre adolescente à s’inscrire aux services d’INCA constitue un premier pas dans cette direction. Un vaste éventail de services lui sera offert pour l’aider à bien vivre avec une perte de vision : orientation et mobilité et autonomie fonctionnelle.
 
Travaillez avec votre fille afin de cerner ses forces et de les accroître. Tentez aussi de trouver des façons de renforcer certaines compétences qui pourraient être améliorées. Ainsi, si votre adolescente éprouve de la difficulté en informatique, inscrivez-la à un cours de technologies adaptées. INCA offre en effet une foule de cours d’informatique pour aider les personnes vivant avec une perte de vision à acquérir des compétences en technologies adaptées. Si votre enfant est particulièrement gênée, incitez-la à devenir bénévole afin qu’elle puisse rencontrer des gens et acquérir des habiletés interpersonnelles.
 
Il est possible que vous vous sentiez un peu plus protecteur que le parent moyen en raison de l’incapacité de votre adolescente, il vous faudra apprendre à lui donner de plus en plus de corde alors qu’elle aborde la vie adulte. L’autonomie est particulièrement importante pour les adolescents vivant avec une perte de vision qui commencent leurs études postsecondaires, car contrairement aux études secondaires, les adolescents doivent jouer un rôle encore plus actif dans la défense de leurs droits et dans la verbalisation de leurs besoins. À ce stade, votre fille devrait être en mesure de demander des documents en médias substituts ou une formation additionnelle en orientation et mobilité si elle croit en avoir besoin. Voilà une excellente préparation pour les années à venir. Lorsque votre adolescente entrera sur le marché du travail, elle devra être prête à faire reconnaître l’importance de ses exigences en matière d’accessibilité afin de bien effectuer son travail.
 
Tout au long de ses études secondaires, aidez votre fille à bâtir sa confiance en soi afin qu’elle possède l’assurance requise pour demander ce dont elle a besoin. Pour ce faire, il pourrait être intéressant pour elle d’imiter des techniques efficaces en matière de défense des droits. Ainsi, en vous regardant plaider en regard de vos propres besoins, elle pourrait acquérir de fortes compétences en autonomie sociale.
 
Assurez-vous de consulter le bureau d’INCA de votre localité pour connaître les programmes d’acquisition de compétences spécialisées qui s’adressent aux adolescents. Il en existe plusieurs d’un océan à l’autre. Par exemple, le Programme estival SCORE d’INCA aide les adolescents de 16 à 18 ans à acquérir des compétences en leadership, en travail d’équipe, en orientation de carrière et en relations interpersonnelles. Ce camp de vacances gratuit d’une durée de deux semaines permet aux participants admissibles d’explorer diverses options professionnelles et de rencontrer des personnes vivant avec une perte de vision qui réussissent en milieu de travail.

Carrière

Aidez votre fille à comprendre tôt que le lien qui existe entre ses études secondaires et sa carrière future est fort important. Par exemple, si l’industrie des voyages l’intéresse, indiquez-lui comment les cours de géographie peuvent l’aider. Assurez-vous de lui expliquer que de bonnes notes scolaires peuvent lui ouvrir des portes et lui permettre de satisfaire aux exigences d’entrée d’une école ou d’un programme spécialisé qui pourrait la mener vers la carrière qu’elle désire entreprendre.
 
Assoyez-vous avec elle et découvrez ses intérêts et ses rêves. Ne laissez pas sa déficience l’empêcher de poursuivre les objectifs qu’elle s’est fixée. Si elle se passionne pour l’aviation, ne rejetez pas immédiatement ce champ d’activité en raison du fait qu’il requiert énormément de vision. Il existe fort certainement des activités dans ce domaine qu’elle pourrait envisager. Soutenez-la le plus possible et rappelez-lui que sa décision n’est pas finale. Bien comprendre la carrière qui lui convient peut prendre un certain temps et votre fille devrait donc savoir qu’il est parfaitement correct de changer d’idées en cours de route ou de prendre son temps pour décider ce qu’elle veut réellement faire de sa vie.
 
Lorsque votre adolescente aura découvert ce qui l’intéresse vraiment, mettez-la en contact avec un conseiller en emploi que ce soit à INCA ou au sein d’un autre organisme qui travaille auprès de personnes vivant avec une perte de vision. Un conseiller en emploi peut :
  • aider votre fille à concevoir un plan de carrière qui correspond à ses compétences et à ses habiletés;
  • mettre votre fille en contact avec des mentors qui oeuvrent au sein du champ d’activité qui l’intéresse;
  • aider votre fille à effectuer des recherches d’emploi et à bâtir son curriculum vitae.

Aplanir les obstacles

Contrairement à leurs pairs qui voient, les jeunes adultes vivant avec une perte de vision auront besoin de mesures d’adaptation pour fréquenter l’université ou le collège. Il peut être utile, en premier lieu, de connaître les droits de votre adolescent. Au Canada, toutes les institutions d’enseignement ont le devoir de fournir des mesures d’adaptation à un élève ayant une incapacité, y compris la perte de vision, et ce conformément à la Charte canadienne des droits et libertés. Conséquemment, de nombreuses écoles postsecondaires ont mis en place des programmes pour servir les élèves handicapés. Les services et les mesures d’adaptation varieront d’un établissement à un autre.
 
Votre adolescent devrait consacrer énormément de temps à analyser les différentes écoles postsecondaires avant d’accepter une offre d’admission. Ceci lui permettra de déterminer si ses besoins sont comblés. Lorsque votre fille aura pris une décision et qu’elle aura été acceptée, elle connaîtra les cours qu’elle doit suivre. Il pourrait être intéressant pour elle de rencontrer chacun de ses professeurs pour discuter de ses exigences. Ceci l’aidera à se sentir mieux préparée.
 
Incitez votre fille à adhérer à des groupes de soutien mis en place à l’intention d’étudiants handicapés. En plus de vous donner l’occasion de rencontrer d’autres personnes qui sont aux prises avec des défis similaires, cela lui permettra d’apprendre de ses pairs quels services d’accessibilité sont offerts. S’il n’existe aucune association ou groupe de ce type là où elle fréquente une école postsecondaire, invitez-là à créer un tel groupe ou à devenir membre de NEADS (la National Educational Association of Disabled Students). À titre de membre de cette association, votre adolescente recevra des renseignements sur les services et programmes offerts partout au Canada à l’intention des élèves handicapés. NEADS possède aussi différents renseignements sur les bourses d’études pour étudiants handicapés, les forums d’emploi, les ateliers offerts et les autres activités de ce type.

Au sujet du spécialiste :

Photo de Duane Morgan

Duane Morgan est conseiller en emploi au bureau de St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador) d’INCA. Vivant avec une perte de vision, il comprend bien les défis que cette déficience représente pour un adolescent ou une adolescente. Duane Morgan détient un baccalauréat ès arts en psychologie de la Memorial University de Terre-Neuve et il utilise fréquemment des technologies adaptées.

Retour au haut de la page