Bénévolat

Profil du bénévole

Bill McGrath, St. John’s 

Photographie de Bill McGrath, St. John’sÀ en croire le personnel du bureau de St. John’s de l’INCA,
il existe deux éléments sur lesquels on peut compter dans cette ville : la mauvaise température et l’assiduité de Bill McGrath, bénévole à l’INCA.
 
M. McGrath travaille au District de St. John’s depuis six ans et « il est aussi souvent présent qu’un employé », affirme Sheila Clancey, adjointe au directeur général.
 
Cet homme de 59 ans travaille presque tous les après-midi, après s’être rendu à la salle de musculation du YMCA de la localité.
 
« J’aime bien aider cette organisation, je suis content d’être là. J’apprécie les gens que j’y côtoie et je sais que je rends service », déclare M. McGrath.
 
M. McGrath s’attaque aux défis quotidiens des projets de collecte de fonds et est toujours prêt à aider dans d’autres services comme la livraison et l’expédition.
 
Il est polyvalent, aidant à la transmission des télécopies, aux photocopies et à la gestion de projets comme les loteries.
 
« Bill McGrath participe aux campagnes annuelles porte-à-porte organisées dans le District de St. John’s, à la campagne annuelle de vente de crocus et au tournoi de golf annuel de l’INCA », déclare Gordon Dinney, directeur des communications et du développement des ressources financières. « Il est un atout majeur pour notre service et nous apprécions tout ce qu’il fait. »
 
Bill McGrath a découvert l’INCA par hasard. Retraité et désireux de faire du bénévolat, c’est en effectuant une recherche dans Internet qu’il a lu une annonce publiée par l’INCA demandant une personne pour aider au travail de bureau pendant quatre semaines.
 
« Je me suis dit que je resterais un mois, peut-être un peu plus, mais ils ont toujours eu quelque chose à me faire faire », dit en riant cet ancien vérificateur des comptes automatisés.
 
Que retire-t-il de cette expérience? « En aidant les gens de l’INCA, je ressens un sentiment d’accomplissement. À mon avis, l’INCA est une organisation extraordinaire, les gens sont merveilleux, nous nous entendons très bien. »
 
Au grand bonheur de tous, M. McGrath n’a aucun désir de quitter l’INCA. « De nombreuses personnes me présentent des offres, mais je reste ici », déclare-t-il, en faisant référence à des organismes sans but lucratif qui ont frappé à sa porte après avoir entendu parler de sa très belle générosité.
 
« Je suis surprise que Bill McGrath ait accepté d’être interviewé », affirme Debbie Ryan, responsable de la sensibilisation communautaire et du développement à l’INCA. « Il aime demeurer à l’arrière-plan et ne cherche aucunement la gloire. Il mérite toutefois d’être mis en vedette. »
 
Retour au haut de la page