Bénévolat

Profil du bénévole

François Beauregard, Montréal

Photographie de François BeauregardIl y a plusieurs années, François Beauregard apprenait qu’il
était atteint de rétinite pigmentaire. Aujourd’hui, il peut encore lire, mais il utilise une canne blanche pour parcourir les rues achalandées de Montréal.
 
Quelque temps après avoir reçu sa canne blanche, M. Beauregard a rencontré un ancien membre du conseil d’administration d’INCA qui lui a demandé avec insistance de s’impliquer. En 1994, François Beauregard est donc entré au bureau de Montréal d’INCA en disant : « Que puis-je faire pour vous? »
 
Depuis ce jour, M. Beauregard est un membre dynamique du conseil d’administration de la Division du Québec d’INCA et un bénévole aux objectifs ambitieux en matière de collecte de fonds.
 
Tirant profit de ses compétences à titre de conseiller financier chez CIBC Wood Gundy, M. Beauregard, a conçu des séminaires sur la collecte de fonds qu’il présente aux donateurs, aux employés d’INCA et aux professionnels du secteur financier.
 
Son enthousiasme a d’ailleurs incité ses collègues de Wood Gundy à organiser des tournois de base-ball et de golf, amassant ainsi des milliers de dollars au profit d’INCA. M. Beauregard siège aussi au Comité national des communications d’INCA.
 
En 2000, M. Beauregard a écrit le livre Votre argent, votre liberté. Toutes les redevances de ce livre sont versées à INCA.
 
Il a participé à plusieurs talk-shows, tant à la télévision qu’à la radio, dans le but de sensibiliser la population et de recueillir des fonds et il s’est quelquefois adressé à des groupes de personnes aveugles pour parler de son vécu.
 
Il a toutefois hésité à ce qu’on brosse son portrait, se demandant s’il méritait d’être cité en exemple.
 
« Les bénévoles sont à mon avis des personnes qui, jour après jour, sous la pluie, la grêle ou la neige, aident les personnes aveugles à faire leurs courses ou à visiter des musées – des activités qui absorbent bien plus de temps que ce que je fais », affirme en toute modestie M. Beauregard.
 
Il déclare faire du bénévolat pour des raisons spirituelles et personnelles.
 
Sa maladie oculaire risquant de se détériorer au fil des ans, il travaille à faire en sorte qu’INCA soit financièrement assez solide pour lui fournir les services dont il pourrait un jour avoir besoin.
 
« Je ferai appel à vous dans trois, cinq ou huit ans », annonce-t-il.
 
Mais son engagement est intrinsèquement lié à la façon dont le bénévolat l’aide à reconnaître et à accepter sa maladie.
 
« Le bénévolat est un remède extraordinaire contre l’apitoiement sur soi-même. Cette activité vous aide à accepter les défis que vous lance la vie et vous incite à vous impliquer. Le bénévolat vous permet de mettre l’accent sur les autres et d’aider quelqu’un qui est bien plus mal en point que soi », soutient M. Beauregard.
 
« Je sais ce que sont les problèmes de mobilité et je connais la frustration qui résulte du fait de heurter des objets et de renverser des verres, mais je me considère chanceux », ajoute-t-il.
 
Retour au haut de la page