Création d'un document accessible avec Microsoft Word 2007-2010

Intégration de l’accessibilité

  • Une bonne partie des informations d’accessibilité seront introduites par l’utilisation des styles. Le logiciel de traitement de texte en offre un ensemble prédéfini. C’est ainsi que seront marqués les titres et les listes.
  • Les autres informations nécessaires à l’accessibilité seront inscrites dans les propriétés de certains éléments comme les images, les tableaux et les champs de formulaire.

Les titres

  • Les titres jouent un rôle très important dans la structuration du contenu. Ils permettent du même coup la navigation dans la structure afin de passer facilement d’une section à l’autre d’un document.
  • Pour que les titres soient reconnus par un lecteur d’écran, il suffit de les indiquer à l’aide des styles appropriés.
  • Utiliser les styles prédéfinis « Titre 1 », « Titre 2 », « Titre 3 ».
  • Il s’agit de styles de paragraphes que vous pouvez appliquer au paragraphe dans lequel est placé le curseur. Il n’est donc pas nécessaire de le sélectionner.
  • Attention : si vous appliquez un style de paragraphe à un passage sélectionné, vous risquez de perdre les attributs comme gras ou italiques que vous aviez donné à certains éléments.
  • L’utilisation de styles n’oblige nullement à adopter le formatage prédéfini pour ces styles.
  • Il est possible de partir d’un formatage existant pour créer un nouveau style ou redéfinir un style déjà créé pour lui faire épouser les caractéristiques d’un passage sélectionné. Le menu contextuel du bouton de style permet de mettre à jour le style à partir de la sélection ou de le modifier.

Les listes

  • Les listes permettent de structurer les énumérations et ont en outre l’avantage d’être considérées comme un ensemble de x éléments par les logiciels de lecture d’écran. 
  • Cela permet à un utilisateur aveugles de connaître la longueur de la liste dès l’entrée dans celle-ci, information qu’une personne voyante peut vérifier d’un seul coup d’œil.
  • Les logiciels de traitement de texte distinguent deux sortes de listes, les listes à puces et les listes à numéros.
  • Dans Microsoft Word, vous pouvez utiliser les styles prédéfinis « Liste à puces » et « Liste à numéros ».

Les passages dans une autre langue

  • Les passages dans une autre langue doivent être marqués afin que la synthèse vocale du lecteur d’écran soit en mesure d’utiliser le moteur de synthèse correspondant à cette langue.
  • Pour marquer ces passages, il faut les sélectionner et utiliser les réglages de langue pour identifier la langue correspondante.
  • Ces données seront conservées lors d’une conversion éventuelle en PDF. Il est d’ailleurs bien plus facile de marquer correctement les changements de langue dans Microsoft Office que de le faire dans le document PDF.

Les images

  • Les images qui transmettent une information doivent avoir un texte de remplacement alors que les images décoratives doivent être ignorées.
  • Le texte de remplacement doit être inscrit dans les propriétés de l’image auxquelles on peut accéder par le menu contextuel.
  • Cet équivalent textuel sera d’ailleurs conservé automatiquement, le cas échéant, dans un processus éventuel de conversion au format PDF, ce qui vous évitera d’avoir à vérifier chacune des images à la suite à la conversion.

Les liens hypertexte

  • Les liens hypertexte seront reconnus comme tels par un lecteur d’écran dans Microsoft Word et seront conservés lors d'un processus éventuel de conversion en format PDF.
  • Ils demeureront donc utilisables sans autre vérification ou modification.

Les notes

  • Les notes de bas de page ou de fin de document sont lisibles par un lecteur d’écran et seront conservées comme telles lors d'un processus éventuel de conversion en format PDF.
  • Le numéro d’identification de la note devient un lien hypertexte interne menant au contenu de la note.

Les commentaires

  • S’il y a lieu, les commentaires inscrits dans le document sont également lisibles avec un lecteur d’écran et conservés lors du processus de conversion en format PDF.
  • Le texte d’ancrage du commentaire devient alors un bouton d’accès à celui-ci.

Les zones de texte

  • ATTENTION : Les zones de textes en format Word ne sont pas lues par les lecteurs d’écran, à moins que l’utilisateur soupçonne leur existence et demande à y entrer. Il est donc fortement recommandé d’éviter les zones de texte.
  • Les zones de texte sont souvent utilisées pour positionner un élément textuel à un endroit précis de la page.
  • En fait, ces éléments textuels sont inscrits dans la couche de dessin et ne font donc pas partie du déroulement du texte. C’est pourquoi un lecteur d’écran n’y a pas accès directement.
  • Lors d’une conversion éventuelle en format PDF, les zones de texte peuvent se retrouver dans un ordre qui ne correspond pas à l’ordre séquentiel logique du contenu, et des modifications devront être apportées à l’ordre du contenu pour rétablir un ordre de lecture correct.

Les en-têtes et pieds de page

  • Les en-têtes et pieds de page ne sont pas lus automatiquement dans un document Word par les lecteurs d’écran, mais l’utilisateur peut y accéder s’il en soupçonne l’existence.
  • Les en-têtes et pieds de page ne sont pas balisés dans un processus éventuel de conversion en format PDF et ne peuvent donc pas être vues par un lecteur d’écran dans le document converti.
  • Dans un document PDF d’une certaine envergure, il faudra éditer le document à la suite à sa conversion afin de récupérer le numéro de page qui constitue une information importante.

Les tableaux de données

  • Quel que soit le format de document utilisé, les tableaux de données représentent toujours un défi pour l’accessibilité.
  • Cela tient d’abord au fait qu’un tableau de données est une représentation visuelle de l’information qui fait appel à la vue d’ensemble. En effet, avant d’analyser chacune des données, l’œil perçoit d’abord rapidement l’organisation de l’ensemble. C’est à partir de cette compréhension globale que les données acquièrent leur signification.
  • Pour la personne qui ne peut pas avoir cette vue d’ensemble, la compréhension d’un tableau est toujours une œuvre de reconstruction à partir de ses différents éléments.
  • Plus le tableau est complexe et plus cette reconstruction est ardue. C’est pourquoi les règles d’accessibilité ont prévu divers moyens pour faciliter cette tâche.
  • Le premier est un titre de tableau qui l’identifie en quelques mots.
  • Ce titre est facultatif, mais il peut permettre de distinguer ce tableau des autres tableaux présentés dans le même document.
  • Le second est l’association entre les cellules de données et les cellules d’en-tête qui leur donnent un sens.
  • Sans cette association, les données individuelles perdent toute signification et ne constituent qu’une énumération incompréhensible.
  • Cette association est automatique quand il s’agit d’un tableau simple n’ayant qu’une ligne et une colonne d’en-têtes, à condition que les en-têtes soient placées dans la première ligne et dans la première colonne.
  • L’association est toutefois beaucoup moins évidente et d’autant plus importante quand plus de deux cellules d’en-têtes viennent qualifier chaque cellule de données parce qu’il y a plus d’une ligne ou plus d’une colonne d’en-têtes.
  • Il s’agit alors d’un tableau complexe. Les formats .doc et .docx ne permettent malheureusement pas de créer une association entre les cellules et leurs en-têtes dans un tableau complexe.
  • Il importe donc de simplifier les tableaux complexes chaque fois que possible.
  • ATTENTION : Les tableaux créés avec la fonction Dessiner un tableau ne sont pas accessibles avec un lecteur d’écran.
  • Il est donc recommandé de toujours créer les tableaux à l’aide de la fonction Insérer un tableau.

Les formulaires

Pour qu'un formulaire soit accessible, plusieurs règles doivent être respectées :

  • Les champs du formulaire doivent être "éditables",
  • Les champs du formulaire doivent avoir une description pour que l'utilisateur d'un lecteur d'écran puisse savoir à quoi correspond chaque champ.
  • Un ordre de tabulation doit être prédéfini pour que l'utilisateur puisse naviguer d'un champ à l'autre dans un ordre logique.

Procédure

Pour créer un formulaire accessible, il est tout d'abord nécessaire d'afficher l’onglet développeur dans le ruban. Si cet onglet n'est pas présent à l'écran, (ce qui est souvent le cas), il devra être activé de la façon suivante.

  1. Allez dans le menu Fichier puis activez le bouton Options Word.
  2. Cliquez sur Standard, puis activez la case à cocher Afficher l'onglet Développeur dans le ruban.

Tous les contrôles de formulaire seront disponibles dans l’onglet développeur en activant le bouton Outils hérités.  Utilisé les contrôles de la section Formulaires hérités et non ceux de la section Contrôles ActiveX.

Avant de rendre le formulaire proprement dit accessible, écrire et mettre en forme tout le texte se rattachant au formulaire : titre du formulaire, questions, explications. Il sera ensuite possible de créer des zone d'édition, des cases à cocher et des listes de choix selon les besoins du formulaire.

Créer des zones d'édition accessibles

Pour créer une zone d'édition dans laquelle l'utilisateur devra saisir son nom, procéder comme suit :

  1. Placer le curseur à l'endroit où doit apparaître le champ d'édition du nom.
  2. Cliquer sur le premier bouton de la zone  Formulaires hérités  qui s’intitule"zone d'édition".
  3. Une zone d'édition apparaît à côté du mot nom :.
  4. Effectuer ensuite un clic droit sur cette zone d'édition et choisir "propriétés".
  5. Dans la boîte de dialogue des propriétés du champ, il est possible de donner un texte par défaut à ce champ. Il s'agit d'un texte qui sera inséré dans le champ de saisie nom. Il n'est pas nécessaire de remplir ce champ, car cela obligerait l'utilisateur à effacer le contenu du champ pour écrire son nom.
  6. Cette boîte de dialogue permet également de définir quel est le type du champ de formulaire : un champ contenant un texte ordinaire, des nombres, la date, l'heure.... On peut aussi limiter ou non la longueur maximale du texte à saisir dans ce champ. Si le champ concerne un code postal, on pourra limiter sa longueur à 7 caractères, par exemple, pour un code postal canadien.
  7. Cette boîte de dialogue permet aussi de définir le format du texte contenu dans le champ : texte en minuscules, majuscules, premières lettres en majuscules...
  8. Activer ensuite le bouton "texte d'aide". Cette nouvelle boîte de dialogue contient deux onglets : le premier, intitulé "barre d'état" permet d'afficher dans la barre d'état un texte d'aide qui sera également lu par un lecteur d'écran. Le second onglet intitulé "touche f1" permet d'afficher ce même texte d'aide ou un autre texte lorsque l'utilisateur appuie sur la touche f1. Il est recommandé de saisir dans les champs d'édition appropriés de chaque onglet l'intitulé du champ et, si besoin, tout détail indispensable, tel que "5 caractères maximum". Remarque : le texte d'aide est limité à une longueur maximum de 138 caractères.
  9. Sélectionner "OK" pour sortir de la boîte de dialogue sur le texte d'aide, et de nouveau "OK" pour enregistrer toutes les propriétés du champ.
  10. Pour chaque champ d'édition prévu dans le formulaire, recommencer l'opération.

Créer des cases à cocher accessibles

Pour créer une case à cocher par l'utilisateur, procéder comme suit :

  1. Placer le curseur à l'endroit où doit apparaître la case à cocher.
  2. Cliquer sur le second bouton de la zone  Formulaires hérités  qui s’intitule "case à cocher".
  3. Une case à cocher apparaît à l'endroit où était positionné le curseur.
  4. Effectuer ensuite un clic droit sur cette case à cocher et choisir "propriétés". Les propriétés peuvent aussi être sélectionnées dans la barre d'outils formulaires.
  5. Dans la boîte de dialogue des propriétés de la case à cocher, il est possible de spécifier la taille et le format de la case. On pourra aussi déterminer si la case doit être cochée ou non par défaut.
  6. Activer ensuite le bouton "texte d'aide". Cette nouvelle boîte de dialogue contient deux onglets : le premier, intitulé "barre d'état" permet d'afficher dans la barre d'état un texte d'aide qui sera également lu par un lecteur d'écran. Le second onglet intitulé "touche f1" permet d'afficher ce même texte d'aide ou un autre texte lorsque l'utilisateur appuie sur la touche f1. Il est recommandé de saisir dans les champs de saisie de chaque onglet prévus à cet effet l'intitulé de la case et, si besoin, tout autre texte explicatif.
  7. Remarque : le texte d'aide est limité à une longueur maximum de 138 caractères.
  8. Sélectionner "OK" pour sortir de la boîte de dialogue sur le texte d'aide, et de nouveau "OK" pour enregistrer toutes les propriétés de la case à cocher.
  9. Pour chaque case à cocher prévue dans le formulaire, recommencer l'opération.

Créer une liste déroulante accessible

Pour qu'une liste déroulante soit accessible, procéder comme suit.

  1. Placer le curseur à l'endroit où doit apparaître la liste déroulante.
  2. Cliquer sur le troisième bouton de la zone  Formulaires hérités  qui s’intitule "zone de liste déroulante".
  3. Une liste vide apparaît à l'endroit où était positionné le curseur.
  4. Effectuer ensuite un clic droit sur cette liste et choisir "propriétés". Les propriétés peuvent aussi être sélectionnées dans la barre d'outils formulaires.
  5. Dans la boîte de dialogue des propriétés de la liste déroulante, il est possible de spécifier le nombre d'éléments contenus dans cette liste. On pourra aussi déterminer chaque élément de la liste en saisissant leur intitulé, les ajoutant, les supprimant, et les trieant grâce à un bouton permettant de déplacer chaque élément vers le bas ou vers le haut.
  6. Activer ensuite le bouton "texte d'aide". Cette nouvelle boîte de dialogue contient deux onglets : le premier, intitulé "barre d'état" permet d'afficher dans la barre d'état un texte d'aide qui sera également lu par un lecteur d'écran. Le second onglet intitulé "touche f1" permet d'afficher ce même texte d'aide ou un autre texte lorsque l'utilisateur appuie sur la touche f1. Il est recommandé de saisir dans les champs de saisie appropriés de chaque onglet l'intitulé de la liste déroulante, et si besoin, tout autre texte explicatif. Remarque : le texte d'aide est limité à une longueur maximum de 138 caractères.
  7. Sélectionner "OK" pour sortir de la boîte de dialogue sur le texte d'aide, et de nouveau "OK" pour enregistrer toutes les propriétés de la liste déroulante.
  8. Si d'autres listes déroulantes sont prévues dans le formulaire, recommencer l'opération décrite ci-dessus.

Enregistrement du formulaire

  1. Une fois que le formulaire a été créé, il est possible de le protéger pour éviter que la personne qui remplira ce formulaire modifie les textes explicatifs.
  2. Pour protéger le formulaire, cliquer sur le bouton "Protéger le document" dans l’onglet « Développeur ».
  3. Si le formulaire, l'un de ses champs ou un texte explicatif doit être modifié, il est possible de supprimer la protection du formulaire en cliquant de nouveau sur le bouton "Protéger le document".

Évaluation

  • Première méthode : Pour chaque champ de formulaire, si une aide est disponible, elle apparaîtra dans la barre d'état. Il est alors possible de déterminer si cette aide est explicite ou non. Si le texte d'aide a aussi été assigné à la touche f1, il apparaîtra lorsque l'on appuiera sur cette touche. Il suffit d'appuyer sur la touche entrée pour revenir sur le champ de saisie ou tout autre élément du formulaire.
  • Deuxième méthode : Parcourir le formulaire avec la touche de tabulation en se servant d'un lecteur d'écran. Vérifier si les textes d'aides sont indiqués par le lecteur d'écran.

Pour une meilleure lisibilité du formulaire, il faut veiller à ce que le mode d'affichage du formulaire soit "Page" ou "Brouillon".

Le vérificateur d’accessibilité d’Office 2010

La version 2010 des applications Word, Excel et PowerPoint de Microsoft Office innove en offrant un vérificateur d’accessibilité.

Dans Office 2010, le vérificateur d’accessibilité fait partie des options de préparation en vue du partage d’un document. Dans l’onglet « Fichier », au sous onglet « Informations », l’option « Vérifier la présence de problèmes » donne accès à un sous-menu comportant trois items : 1. Inspecter le document; 2. Vérifier l'accessibilité; 3. Vérifier la compatibilité.

ATTENTION : Le vérificateur d’accessibilité ne fonctionne qu’avec les documents en format XML (docx). Il s’affiche sous la forme d’un volet à droite de la zone du document et comporte trois catégories d’items :

  • Erreur : Une erreur d’accessibilité est signalée lorsque le contenu d’un fichier est très difficile, voire impossible, à comprendre pour des personnes atteintes d’un handicap.
  • Avertissement : Un avertissement d’accessibilité est émis lorsque le contenu d’un fichier est, pour une large part mais pas en totalité, difficile à comprendre pour des personnes atteintes d’un handicap.
  • Conseil : Un conseil d’accessibilité est fourni lorsque le contenu peut être compris de personnes atteintes d’un handicap, mais qui pourrait être mieux organisé ou présenté de façon à optimiser leur expérience.

Chaque fois que le Vérificateur d’accessibilité détecte un problème, le volet de tâches affiche des informations indiquant les raisons de l’inaccessibilité potentielle du contenu. Il suffit de sélectionner le problème pour obtenir des instructions sur la façon de le réparer ou de le réviser.

Erreurs

Deux types d’erreurs ont été décelés dans le document à vérifier.

Texte de remplacement manquant

Dans la catégorie des Erreurs, le vérificateur d’accessibilité signale d’abord les problèmes concernant un « Texte de remplacement manquant ». Dans la partie du haut intitulée « Résultats de l’inspection », il liste les images n’ayant pas de texte de remplacement, alors que dans la partie du bas nommée « Informations complémentaires » il explique « Pourquoi corriger » et « Comment corriger ».

Lorsqu’une image est sélectionnée dans la section des Résultats de l’inspection, cette image est automatiquement sélectionnée dans la zone du document facilitant d’autant l’accès à la commande Format du menu contextuel.

Notez bien que ce type d’erreur s’applique aussi aux tableaux de données. En effet, Word 2010 reconnaît deux types de tableaux, des tableaux de données et des tableaux de présentation. Le critère qui permet de distinguer les deux types est la mise en forme des tableaux de données avec les styles de tableaux proposés par Word 2010.

L’onglet Texte de remplacement d’un tableau comporte deux zones d’édition : Titre et Description. C’est ce qui deviendra le contenu de la balise <caption> et de l’attribut summary en HTML. Pour un tableau simple comportant une seule rangée de titre ou une seule colonne de titres, ces informations sont tout à fait optionnelles, mais elles peuvent être plus utiles pour un tableau complexe.

Aucune ligne d’en-tête spécifiée

Pour les tableaux de données il faut également identifier une ou plusieurs lignes d’en-têtes. Tout tableau qui a été formaté avec un style de tableau, mais pour lequel aucune ligne d’en-tête n’a été identifiée sera donc considéré comme fautif.

Notons qu’Office 2010 ne permet toujours pas d’identifier des en-têtes de lignes pour les tableaux de données, ce qui constitue une lacune importante du point de vue de l’accessibilité. On était en droit d’espérer que cette lacune aurait été corrigée dans la version 2010, mais ce n’est malheureusement pas le cas. En ce qui concerne les tableaux de présentation, ils seront traités plus loin dans la catégorie des Conseils pour vérifier l’ordre de lecture.

Avertissements

Dans la catégorie Avertissements, plusieurs types de problèmes peuvent être décelés.

Titres peu nombreux

Le critère exige d’avoir au moins un titre par deux pages. Chaque fois que le Vérificateur d’accessibilité détecte deux pages consécutives sans titre, il ajoute un item dans la liste des problèmes à vérifier et à corriger au besoin. En sélectionnant l’un de ces items, la zone du document affiche le début de la section à vérifier.

S’il n’y a aucun titre dans le document, il est important de corriger cette situation. Toutefois, même un document bien structuré peut parfois présenter deux pages consécutives sans titre. Il s’agit donc bien ici d’avertissements et donc de problèmes potentiels à vérifier et à corriger si l’auteur le juge pertinent.

L’en-tête est trop long

Ici on peut observer un petit problème de cohérence dans la traduction française qui fait en sorte que l’on utilise indifféremment le terme « titre » ou « en-tête ». Word 2010 juge qu’un en-tête (ou un titre) qui s’étale sur plus d’une ligne peut poser des problèmes à l’utilisateur qui veut parcourir rapidement le contenu du document. Toutefois, il s’agit encore ici d’un avertissement qui renvoie au bon jugement de l’auteur qui n’a pas toujours la possibilité d’utiliser un titre plus concis.

Objets pas en ligne

Les objets qui sont placés dans la couche de dessin plutôt que dans le texte lui-même sont difficiles d’accès pour une personne aveugle utilisant un lecteur d’écran. Il ne s’agit toutefois pas toujours d’un problème car cela dépend du type d’objet et de son contenu. C’est pourquoi ces problèmes potentiels sont classés dans la catégorie des avertissements.

Il faut être particulièrement attentif aux zones de texte et aux images qui peuvent contenir de l’information pertinente. Quant aux éléments décoratifs on peut les ignorer simplement. Si ces objets ne sont pas « alignés sur le texte », ils seront ignorés par un lecteur d’écran. Toutefois, dans le cas d’une conversion en format PDF, ces objets seront balisés, mais il faudra vérifier qu’ils sont bien placés au bon endroit dans l’ordre de lecture, car ces objets ne sont pas ancrés à un point déterminé dans le déroulement du texte.

Caractères vides répétés

Les lignes vides surtout quand elles sont répétées constituent une nuisance pour le parcours d’un document. Il importe donc de s’interroger sur leur pertinence et sur leur remplacement éventuel par une modification de la mise en forme des paragraphes ou des paramètres des styles.

Conseils

  • Niveau d’en-tête ignoré

Il s’agit ici de l’ordre logique des en-têtes où l’on ne peut par exemple passer de Titre 2 à Titre 4. Ce problème peut être facilement corrigé en modifiant le Titre 4 pour en faire un Titre 3 ou en ajoutant un Titre 3 intermédiaire. On aurait aussi pu classer ce type d’erreur dans la catégorie des avertissements, ce qui lui aurait donné plus de poids.

  • Vérifier l’ordre de lecture

Pour qu’un tableau de présentation soit accessible, il faut s’assurer qu’il peut être lu dans un ordre logique. Word 2010 propose donc ici de vérifier l’ordre de lecture de tous les tableaux qui n’ont pas été formatés avec un style de tableau de données. Dans le cas où des problèmes sont décelés au niveau de l’ordre de lecture, il faut repenser la structure du tableau pour que l’enchaînement des cellules se présente dans un ordre logique.

Les autres applications de MS Office

  • Excel

Il n’est pas nécessaire de s’attarder sur les erreurs de type « Texte de remplacement manquant » que nous avons déjà vu dans Word.

  • Cellules fusionnées

Il s’agit bien ici d’un avertissement qui est laissé au bon jugement de l’auteur du document, mais il est indéniable que l’élimination des cellules fusionnées ou la réduction de leur nombre contribuera certainement à faciliter la compréhension et la navigation dans ces feuilles de calcul.

Parmi les alternatives à la fusion de cellules, il y a notamment la possibilité de les centrer sur plusieurs colonnes. Pour ce qui est des fusions verticales, on peut souvent obtenir à peu près le même effet visuel en faisant disparaître l’encadrement entre les cellules au lieu de les fusionner.

  • Noms de feuille par défaut

Bien qu’il s’agisse encore d’un avertissement, c’est une modification mineure qui peut aider grandement à la compréhension globale de l’organisation du contenu d’un classeur. Il s’agit ici d’une modification que tous les lecteurs apprécieront.

PowerPoint

Il n’est pas nécessaire de s’attarder sur les erreurs de type « Texte de remplacement manquant » que nous avons déjà vu dans Word.

  • Titre de diapositive manquant

Les titres des diapositives facilitent la navigation dans un document PowerPoint ainsi que dans la version PDF qui peut être obtenue à partir de celui-ci. Une zone est réservée pour ce titre sur chaque diapositive mais elle n’est pas toujours utilisée puisque l’auteur peut lui-même créer toutes les zones de texte dont il a besoin. L’utilisation du bouton Rétablir de l’onglet Accueil permet de faire réapparaître cette zone si elle a été ignorée au moment de la conception initiale.

  • Vérifiez l’utilisation de la légende 

Aucun des sens donnés au mot légende dans le dictionnaire ne semble convenir à un média temporel vidéo ou audio auquel réfère l’explication de ce point de vérification. Il semble donc y avoir ici un petit problème de traduction.

Quel que soit le terme utilisé, un média temporel inclus dans un document PowerPoint doit être accessible en lui-même et comporter au moins des sous-titres et une transcription textuelle. Il peut aussi comporter un médaillon en langue des signes et une audiodescription.

Vérifiez l’ordre de lecture

Comme une diapositive peut compter un nombre variable de zones de contenu, il faut s’assurer que ces zones s’enchaîneront dans un ordre logique. Cela sera très utile pour la lecture du document PowerPoint avec un lecteur d’écran, mais évitera des corrections inutiles dans un document PDF qui pourrait être généré à partir de celui-ci.

Conclusion

Le Vérificateur d’accessibilité inclus dans Office 2010 est un outil de vérification et de correction de l’accessibilité basé sur les meilleures pratiques dans ce domaine pour les documents électroniques.

Comme tout outil de ce genre, il n’est probablement pas exhaustif, mais tout de même fort utile et convivial pour le commun des auteurs qui n’a pas développé d’expertise particulière dans le domaine de l’accessibilité. L’utilisation d’un tel outil combinée avec une formation de base des auteurs peut faire une grande différence pour l’accessibilité des documents électroniques.

Enfin, toute l’accessibilité incorporée dans ces formats de documents sera récupérée lors de leur conversion éventuellement en format PDF, ce qui permettra également d’augmenter considérablement la disponibilité de versions accessibles des documents électroniques.

Pour qu'un formulaire soit accessible, plusieurs règles doivent être respectées :

  • Les champs du formulaire doivent être "éditables", 
  • Les champs du formulaire doivent avoir une description pour que l'utilisateur d'un lecteur d'écran puisse savoir à quoi correspond chaque champ.
  • Un ordre de tabulation doit être prédéfini pour que l'utilisateur puisse naviguer d'un champ à l'autre dans un ordre logique.
Retour au haut de la page