L'importance de l'alphabétisation braille

Braille = Égalité

Pouvez-vous imaginer dire à une classe d'enfants âgés de six ans qu'ils n'ont plus besoin d'apprendre à lire parce que les ordinateurs peuvent le faire pour eux? Ne s'agit-il pas d'une idée ridicule? Chaque jour, cependant, c'est ce que se font dire des enfants vivant avec une perte de vision.
 
Pour ces enfants, la capacité de lire et d'écrire le braille représente la clé de l'alphabétisation, la voie vers l'emploi et l'autonomie.
 
Tous les enfants doivent être alphabétisés, c'est-à-dire savoir lire, écrire et compter, de façon à profiter d'une liberté intellectuelle, d'une sécurité personnelle et d'une égalité des chances quand ils seront plus grands.
 
Nous devons offrir aux enfants vivant avec une perte de vision ou une surdicécité une véritable chance d'atteindre l'égalité. Nous devons leur enseigner le braille.

Braille = Imprimé

Le braille est un code qui présente de l'information écrite. Il est l'équivalent de l'imprimé. L'alphabet, les chiffres, les notations musicales et tout autre symbole imprimé peuvent être reproduits en braille grâce aux combinaisons des six points de la cellule braille. Le braille se lit par le toucher, habituellement en utilisant l'index d'une ou des deux mains.
 
Les points braille sont également utilisés pour les mathématiques, les équations scientifiques, les notations informatiques ainsi que les langues étrangères.
 
Lorsque les enfants vivant avec une perte de vision apprennent à lire, le braille est la meilleure manière pour eux de développer leurs compétences en orthographe, en grammaire et en ponctuation. Les audiocassettes et les ordinateurs qui ‘lisent’ le texte grâce à une synthèse vocale offrent un accès à toutes sortes de documents écrits, mais ils n'offrent pas aux nouveaux lecteurs les outils dont ils ont besoin pour lire et écrire par eux-mêmes. Bien que des diagrammes et des graphiques complexes soient pour ainsi dire impossibles à décrire oralement, ils peuvent être clairement communiqués en braille.

Braille = Emploi

Plusieurs études ont démontré que les personnes vivant avec une perte de vision et qui connaissent le braille sont beaucoup plus susceptibles de trouver un emploi que les personnes qui dépendent de la synthèse vocale. Ce sont les réalités inéluctables du milieu de travail. Bien que les progrès technologiques offrent maintenant aux personnes vivant avec une perte de vision des outils supplémentaires en milieu de travail de la même manière que la technologie a amélioré l'efficacité des personnes qui voient, les ordinateurs, les scanneurs et les synthèses vocales ne remplacent pas le besoin du braille.
 
Le braille comme l'imprimé permet à une personne de prendre des notes sur des documents, de lire un chiffrier électronique, de classer des documents, d'étiqueter des disquettes et d'exécuter une variété d'autres tâches efficacement et en toute autonomie.
 
En conclusion, une personne qui connaît le braille est statistiquement plus susceptible d'occuper un emploi. Ceci est aujourd'hui la réalité et le sera certainement encore dans les années à venir. La technologie est formidable, mais ne constituera jamais un substitut aux compétences de base en alphabétisation.

Braille = Autonomie

Le braille est la pierre angulaire de l'alphabétisation. L'alphabétisation est la pierre angulaire de l'autonomie.
 
Apprendre à lire et à écrire pose un défi pour la plupart des enfants. Il faut du temps et de la pratique. Le soutien et l'encouragement de la famille et des enseignants sont nécessaires que l'enfant vive ou non avec une perte de vision. Les enfants qui ne maîtrisent pas bien la lecture et l'écriture ont de la difficulté à bien réussir à l'école puis plus tard en milieu de travail. Pour les enfants dont la vision les empêche de lire et d'écrire l'imprimé, le braille constitue la voie vers l'alphabétisation.
 
Le braille n'est pas difficile à apprendre particulièrement quand l'élève est jeune. Les enfants qui apprennent le braille en bas âge deviennent en général des lecteurs extrêmement rapides et compétents. Les enfants ont un avantage par rapport aux adultes : ils apprennent rapidement, acceptent sans résistance les tâches que leur donne leur enseignant et s'attendent à faire des erreurs en cours de route. Cependant, l'apprentissage devient plus difficile lorsqu'un enfant prend du retard par rapport à ses compagnons de classe et se sent découragé et inférieur. Pour ces raisons, il n'est jamais trop tôt pour enseigner le braille à un enfant vivant avec une perte de vision. Lorsque les enfants ont des affections oculaires dégénératives, l'apprentissage précoce du braille augmente leurs chances.
 
Une personne aveugle qui lit sans le braille est entièrement dépendante de l'ordinateur muni d'une synthèse vocale, ou d'enregistrements, ces deux approches n'étant pas utiles en toute circonstance. Une personne qui a une basse vision peut utiliser des loupes et d'autres types d'aides pour grossir les caractères afin de lire les étiquettes et tout texte écrit qui ne peut être numérisé à l’aide d’un logiciel de reconnaissance optique de caractères, lu par un ordinateur ou qui n'est pas offert en format audiocassette. Mais il est possible que cette personne ne puisse lire ainsi durant de longues périodes sans fatigue oculaire.
 
Pour écrire sans le braille, une personne vivant avec une perte de vision peut employer ses compétences au clavier ou dicter un texte et le réviser en utilisant un logiciel de revue d’écran à l'ordinateur. Même si la technologie offre certains choix aux personnes vivant avec une perte de vision, elle ne remplace pas les avantages du braille en toute situation.
 
Mise à part l'utilisation du braille pour lire toutes sortes de manuels et documents, le braille est utile de diverses façons :
  • Le braille peut être utile à la maison pour étiqueter, par exemple, des cassettes, des cédéroms, des vêtements, des bobines de fil, des conserves de nourriture ainsi que des disques d'ordinateur.
  • Les personnes qui lisent le braille peuvent jouer aux cartes comme le bridge et à des jeux de table comme le Scrabble.
  • À l'école, un étudiant vivant avec une perte de vision et qui connaît le braille peut prendre des notes en utilisant un rectangle et un stylet, parcourir un texte pour trouver la partie à étudier, et réviser ses devoirs avant de les soumettre.
  • Les lecteurs de braille sont en mesure de chercher des endroits précis dans le texte et s'y retrouver plus facilement.
  • Les enfants peuvent écrire des messages personnels et laisser des notes en braille aux parents et aux aidants.
  • Avec un peu de formation, les personnes voyantes peuvent aisément lire le braille.
  • Et, bien sûr, il existe des logiciels pouvant transcrire le braille à l'imprimé ou vice-versa.

Braille = Choix

La nécessité d'enseigner très tôt le braille aux enfants vivant avec une perte de vision est claire. Malheureusement, la discrimination et les idées préconçues à propos de ce qui est mieux pour les enfants ont, dans le passé, mis un frein à l'accès des enfants au braille. Il existe de trop nombreuses histoires d'enfants à qui il a été dit qu'ils étaient trop inaptes physiquement pour apprendre le braille, de parents à qui il a été dit que les compétences en braille n'étaient pas nécessaires car leur enfant pouvait lire les gros caractères, d'éducateurs qui ont décidé que le braille était trop difficile et trop différent, de décideurs qui se sont dit que la technologie avait remplacé le besoin d'enseigner le braille et qui ont ensuite aboli des programmes de soutien au braille. Les enfants à qui l'on ne donne pas la chance d'apprendre le braille se voient refuser la chance de s'alphabétiser.
 
Il est mieux d'enseigner le braille à une personne qui a une basse vision et qui n'aura jamais besoin de dépendre uniquement du braille, que de ne jamais enseigner le braille à quelqu'un qui pourrait en avoir besoin dans quelques années. Nous devons offrir la possibilité à tout enfant qui vit avec une perte de vision d'apprendre le braille.

La confusion au sujet du besoin du braille

Bien des personnes vivant avec une perte de vision mènent des vies personnelle et professionnelle riches et autonomes même si elles ne lisent ni n'écrivent le braille. Le succès de ces individus exceptionnels peut dérouter bien des gens quant au besoin d'apprendre le braille. Pour la plupart des personnes, le braille est la clé du succès.

Ressources en braille = Succès

Vous avez peut-être de nombreuses questions en ce qui concerne le braille. Mon enfant devrait-il apprendre le braille? Quel est le niveau approprié de lecture et d'écriture braille à chaque niveau scolaire? Notre école fait-elle ce qu'il faut pour assurer que ses élèves vivant avec une perte de vision sont alphabétisés? Nos enseignants font-ils la promotion du braille dans toutes les circonstances possibles? INCA peut vous aider à répondre à ces questions.
 
Depuis plus de 80 ans, INCA offre des services aux personnes vivant avec une perte de vision. Nous croyons dans l'importance du braille comme outil d'alphabétisation et nous offrons une variété de services pour apporter un soutien à l'apprentissage et à la lecture du braille. Nous ne pouvons énumérer toutes les ressources offertes, mais voici trois services importants concernant le braille qui pourraient vous intéresser :
  • La Bibliothèque d'INCA envoie en prêt des ouvrages généraux et de fiction, des magazines, des partitions musicales et d'autres documents en braille tous les jours partout au Canada. Le braille en français est offert en collaboration avec des fournisseurs de services francophones au Québec. La Bibliothèque publie The Braille Courier et Braille Books Acquired (en anglais) pour informer les lecteurs des actualités et des dernières acquisitions de la Bibliothèque. Des programmes pour les jeunes comme le Concours de création littéraire et d'exactitude en braille sont offerts annuellement. Le service de production de textes en médias substituts, prépare du matériel en braille abrégé pour le gouvernement, les entreprises et autres organisations.
  • La Fondation canadienne d'alphabétisation braille offre du financement à des organismes sans but lucratif enregistrés pour des activités visant la sensibilisation du public en ce qui concerne le braille et le soutien de son utilisation. Les demandes de financement peuvent être d'une durée d'un an et il est possible de renouveler le financement jusqu'à deux ans. La Fondation commandite également les concours d'écriture et met les élèves au défi de démontrer leur connaissance du braille. Les dons pour le soutien de l'alphabétisation braille sont toujours les bienvenus. 
  • L'Autorité canadienne du braille est un groupe national d'utilisateurs, de producteurs et d'enseignants dont le mandat est de promouvoir le braille comme principal médium pour les personnes qui vivent avec une perte de vision. 
Pour plus d'informations sur le braille, communiquez avec le bureau d'INCA de votre région.

Retour au haut de la page