Réponse de Rob Oliphant

M. John Matheson
Président du conseil d’administration d’INCA
1929, avenue Bayview
Toronto (Ontario)  M4C 3E8

Monsieur,

Je vous remercie pour votre lettre concernant la position du Parti libéral du Canada relativement au financement des documents en médias substituts à l’intention des Canadiens incapables de lire les imprimés. Comme la présidente du Parti libéral, Anna Gainey, vous en a récemment informé, un gouvernement libéral s’engagera à veiller à ce que des organismes comme INCA aient accès à un financement stable et prévisible pour réaliser l’important mandat de service qu’ils se sont donné auprès des Canadiens vivant avec une perte de vision.

De 2008 à 2011, à titre de Don Valley Ouest, j’ai rencontré et travaillé avec le personnel et les clients d’INCA sur un certain nombre de questions. Si je suis de nouveau élu à la Chambre des communes, j’ai l’intention de me faire le défenseur des priorités d’INCA et de sa clientèle.

Comme je l’ai dit personnellement à votre équipe, les Canadiens ne devraient pas avoir à compter sur des dons de bienfaisance pour obtenir un droit humain fondamental qui consiste à pouvoir lire les livres publiés au Canada. Cela est tout simplement inacceptable.

Je possède une vaste expérience à titre de protecteur des droits de la personne. Quand j’étais commissaire et président de la Commission des droits de l’homme du Yukon, j’ai vu de première main ce qui se passe dans les communautés lorsqu’un droit fondamental est refusé. Bien qu’INCA défende cette question depuis de nombreuses années, il est injuste de s’attendre à ce qu’un organisme de bienfaisance continue d’être le seul bailleur de fonds d’un tel important service.

En tant que président et chef de la direction de la Société de l’asthme, je sais à quel point il est difficile de collecter chaque dollar et j’ai été témoin de la baisse des dons de bienfaisance. La majorité des contributions faites à INCA étant affecté à la réadaptation des personnes aveugles ou malvoyantes, trouver environ trois millions de dollars chaque année pour financer la production de documents en médias substituts est un défi injuste auquel vous ne devriez pas faire face.

La croissance économique du Canada est tributaire de la littératie, car cet apprentissage a une incidence marquante sur l’éducation et l’emploi auxquels les citoyens peuvent avoir accès. Ayant les mêmes opportunités que leurs concitoyens à un large éventail d’ouvrages, les Canadiens incapables de lire les imprimés pourraient être des membres encore plus productifs de notre vie sociale et économique.

Bien que je sois conscient du soutien financier que le gouvernement Harper a versé à INCA pour la production d’ouvrages en médias substituts, ce financement était sporadique, non durable et souvent trop maigre. Si je deviens votre député, je travaillerai directement avec INCA, le Parti libéral et mes collègues du caucus pour faire en sorte que toutes les mesures soient prises pour que la production de documents en médias substituts soit financée de manière durable et appropriée.

Merci pour tout ce que vous faites pour vous assurer que les Canadiens vivant avec une perte de vision soient en mesure de participer pleinement à tous les aspects de la vie et de la société. Si vous avez des questions ou si vous désirez obtenir que je vous fournisse de plus amples commentaires à ce sujet, c’est avec plaisir que je saisirai l’occasion de discuter avec vous et avec votre conseil d’administration.

Je vous prie d’agréer, Messieurs, l’expression de mes sentiments distingués.

Rob Oliphant
Candidat du Parti libéral
Don Valley Ouest

Retour au haut de la page