Jane Beaumont

Un don inspiré

Jane BeaumontLa décision de faire un don testamentaire peut être due à de nombreux facteurs. Dans le cas de Jane Beaumont, cette décision a été prise lorsqu’elle a vu de première main les énormes répercussions que les services d’INCA avaient sur la vie des personnes vivant avec une vision partielle.

« Je fais du bénévolat dans un club de livres parlés à Ottawa, où je vois directement à quel point les services d’INCA et le fait d’avoir accès à une bibliothèque transforment la vie des participants, dit-elle. INCA a des répercussions concrètes, et c’est pourquoi j’ai décidé de verser un don mensuel et de devenir ainsi une Amie pour la vie. »

Le travail à INCA a tellement inspiré Jane Beaumont qu’elle a consacré de nombreuses années à l’organisme en tant que cadre bénévole, tout d’abord à titre de présidente du conseil d’administration de la Bibliothèque d’INCA, puis comme présidente du Comité des programmes et services et, enfin, comme présidente du conseil d’administration d’INCA en 2011.

C’est en raison de cette relation étroite avec INCA que Jane Beaumont connaît l’ampleur des besoins de l’organisme. Toutes les 12 minutes, une personne commence à perdre la vue au Canada, ce qui rend le financement durable des services d’INCA d’autant plus urgent, car moins de 30 % du budget total d’INCA provient de sources publiques.

Selon Mme Beaumont, les services de réadaptation fournis par INCA à la suite de la perte de vision sont aussi importants que ceux que les Canadiens reçoivent par le truchement du système de santé publique.

« Si vous vous cassez la jambe ou que vous avez un accident vasculaire cérébral, vous êtes hospitalisé et avez accès à des services de réadaptation fournis par l’entremise du système de soins de santé. Si vous perdez la vue des suites d’un AVC, les soins qui vous seront fournis seront en partie offerts par le système de soins de santé et en partie par les services de réadaptation d’INCA », dit-elle.

Ses nombreuses années de participation active à l’œuvre d’INCA lui ont permis d’être témoin des énormes répercussions que ces services essentiels ont sur la vie des Canadiens vivant avec une perte de vision.

« La mission d’INCA me tient beaucoup à cœur. Je fais des dons ponctuels et je me suis inscrite au programme de dons mensuels. Ce n’est pas le montant qui compte. Il s’agit de montrer concrètement que nous appuyons l’engagement de l’organisme à servir les personnes vivant avec une perte de vision », dit-elle. Elle ajoute que les groupes d’entraide, les services aux enfants et à la famille et la Bibliothèque d’INCA constituent pour son mari et elle des secteurs d’intérêt particulier. En s’impliquant, ils sont à même de constater les profondes incidences de leurs dons.

« Un jour, mon mari a découvert que la personne qui dirige le programme [des services aux enfants et à la famille] à Ottawa achetait des jouets avec son propre argent, ce qui l’a poussé à faire un don », fait observer Jane Beaumont.

En offrant un avenir radieux aux enfants par le truchement de services personnalisés et en finançant la recherche pour des lendemains meilleurs, un don testamentaire ou un don mensuel à INCA aide d’innombrables Canadiens ayant subi une perte de vision à mener une vie plus active et plus enrichissante.

« Ce que nous versons à des organismes de bienfaisance constitue une importante partie de nos testaments. Dans mon cas, faire un legs est une évolution naturelle, mais je n’y serais pas arrivée si je n’avais pas été si absorbée par ce qu’INCA offre à la société canadienne » raconte Mme Beaumont.

Retour au haut de la page