Sir Arthur Pearson Association of War Blinded (SAPA)

Sir Arthur Pearson, magnat de la presse britannique, perd la vue des suites d’un glaucome en 1913. En 1915, il fonde St. Dunstan’s Home pour offrir des services de réadaptation aux soldats devenus aveugles au combat au cours de la Première Guerre mondiale. Plutôt que d’être uniquement un organisme de bienfaisance, St. Dunstan’s offre des formations professionnelles aux militaires afin de leur permettre de regagner leur autonomie et de retourner sur le marché du travail. 

De nombreux soldats canadiens, dont le colonel Edwin Baker, cofondateur d’INCA, suivent des cours de réadaptation à St. Dunstan’s avant de réintégrer la vie civile au Canada.

Edwin Baker et Sir Arthur Pearson se lient d’amitié au cours du séjour du colonel Baker à St. Dunstan’s, de telle sorte que Sir Pearson, alors président du National Institute for the Blind du Royaume-Uni, contribue à la fondation d’INCA en 1918 et devient le premier président honoraire de cet organisme. 

Sous contrat avec le gouvernement canadien, INCA a pour rôle de fournir aux anciens combattants qui ont perdu la vue au cours de la guerre des services de réadaptation et d’emploi ainsi qu’un suivi.

Éventuellement, INCA se dote doter d’un mandat plus large, offrant des programmes et des services à tous les Canadiens vivant avec une perte de vision, et non pas uniquement aux anciens combattants. Craignant que leurs intérêts ne soient délaissés alors qu’INCA connaît une croissance rapide, les anciens combattants forment le Sir Arthur Pearson Club of Blinded Soldiers and Sailors, qui travaille à obtenir des prestations d’invalidité accrues ainsi que d’autres avantages pour les anciens combattants devenus aveugles au combat et les membres de leur famille. Vingt ans plus tard, l’organisme ouvre ses portes aux militaires rendus aveugles au cours de la Seconde Guerre mondiale et devient l’Association Sir Arthur Pearson Association des aveugles de guerre (SAPA).

Seconde Guerre mondiale

Au début de la Seconde Guerre mondiale, INCA doit de nouveau offrir des services de réadaptation aux aveugles de guerre. Ces services sont offerts au siège social de l’organisme alors situé sur la rue Beverly dans le centre-ville de Toronto.

En 1952, la SAPA met en place des clubs sociaux aux quatre coins du pays, chaque club déléguant un de ses membres aux assemblées générales annuelles de la SAPA tenues à Toronto. Éventuellement, ces clubs deviennent des filiales de la SAPA, chacun des présidents de ces filiales devenant alors membre du comité de direction national de l’organisme.

Bourses d’études

En 1959, le Fonds des bourses d’études de la SAPA vise à inciter les élèves vivant avec une perte de vision à poursuivre leurs études. En 1992, ces bourses sont transformées en une fondation financièrement indépendante et renommée Fondation des bourses d’études F.J.L. Woodcock/Association Sir Arthur Pearson des aveugles de guerre.

Offre continue de services aux anciens combattants

À titre d’association d’anciens combattants, la SAPA se présente plusieurs fois devant des comités parlementaires pour exprimer son point de vue sur des questions ayant trait à la cécité occasionnée par le service militaire, et travaille d’arrache-pied au nom des anciens combattants canadiens en général. L’association se charge d’élaborer les politiques et les procédures d’Anciens combattants Canada, et est membre du Conseil national des associations d’anciens combattants. La relation qui unit la SAPA à INCA demeure très étroite. De nos jours, la SAPA compte sept filiales au Canada et possède un siège social à Ottawa.​​