Un sondage mené par INCA révèle que la majorité des Canadiens ne connaissent pas la DMLA

Un récent sondage national a révélé que plus des trois quarts des Canadiens ne connaissent pas la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), en dépit du fait qu’ils soient très familiers avec de nombreuses autres maladies souvent moins fréquentes.

La DMLA est une maladie oculaire dévastatrice qui détruit la vision centrale.

Ce sondage mené par Harris/Decima a aussi révélé que les Canadiens n’associent pas le vieillissement à la DMLA autant qu’ils associent le vieillissement à d’autres maladies souvent moins fréquentes.

Une maladie fréquente dont ne tiennent pas compte les Canadiens

Ainsi, 41 % des Canadiens interrogés associent la maladie d’Alzheimer au vieillissement, mais seulement 6 % d’entre eux ont fait mention de la DMLA. Pourtant, 300 000 Canadiens sont atteints de la maladie d’Alzheimer, alors que plus d’un million de Canadiens sont atteints de DMLA et qu’on prévoit que cette maladie touchera deux fois plus de personnes au cours des 25 prochaines années.

L’étude a aussi révélé que les Canadiens ont peur de perdre la vue mais que plus de 80 % d’entre eux ne peuvent nommer la principale cause de perte de vision au Canada, soit la DMLA.

Les Canadiens craignent d’être atteints de la maladie d’Alzheimer (38 %) ou d’avoir le cancer du sein (33 %), le cancer de la prostate (33 %) ou la maladie de Parkinson (11 %). Un bien faible 6 % d’entre eux ont nommé la DMLA, en dépit du fait qu’ils sont plus susceptibles d’être atteints de cette maladie que de toutes les autres maladies mentionnées précédemment, qui sont bien moins fréquentes.

Besoin d’une plus grande sensibilisation à la prévention

Les résultats de cette étude ont aussi révélé un manque de sensibilisation à la prévention de la perte de vision causée par des maladies telles que la DMLA.

En fait, il existe de nombreuses modifications de style de vie qui peuvent aider à prévenir la DMLA, y compris le fait d’arrêter de fumer et les examens oculaires à intervalles réguliers. Malheureusement, près de la moitié des Canadiens ne subissent pas régulièrement un examen de la vue.

Sonnette d’alarme

« Les résultats de cette étude constituent une véritable sonnette d’alarme. Peu de Canadiens ont entendu parler de la DMLA. Pourtant cette maladie touche beaucoup plus de gens que le cancer du sein, le cancer de la prostate, la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer réunis », affirme Keith Gordon, Ph.D., chef de la Recherche à INCA.

« La DMLA est une maladie fréquente et de nombreuses personnes parmi nous en seront atteintes un jour. Nous devons tous savoir comment prévenir la DMLA et connaître les différents traitements possibles. Il nous faut aussi savoir qu’il existe des organismes tels que INCA qui offrent des services de soutien. »

Bien connaître les symptômes

Keith Gordon ajoute que les Canadiens doivent reconnaître les signes de la DMLA et consulter leur spécialiste de la vue dès l’apparition des symptômes suivants :

  • une vision floue ou embrouillée;
  • une zone de vision ombragée ou une absence de vision au centre du champ visuel;
  • des lignes droites, telles que les arêtes des édifices ou les phrases inscrites sur une page, qui semblent ondulées ou courbées;
  • une baisse de la vision à la lecture.

Vérifiez votre vision dès maintenant en utilisant la Grille d’Amsler, un outil de dépistage facile à utiliser à domicile.

Testez aussi vos connaissances au sujet de la dégénérescence maculaire liée à l’âge en relevant le Défi DMLA, un outil interactif en ligne qui vous informe au sujet de la DMLA et des mesures que vous pouvez prendre pour diminuer le risque.

Rehaussez vos compétences au sujet de la perte de vision liée à l’âge en consultant le nouveau guide publié par INCA et intitulé Votre santé visuelle : On peut faire plus. Vous pouvez télécharger une version électronique de ce document ou faire l’achat d’une copie imprimée en composant le 1 800 563-2642.

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de la DMLA, consultez inca.ca ou composez le 1 800 563-2642.

Retour au haut de la page