La chirurgie des cataractes ne constitue pas un risque de DMLA : Étude

Pendant des années, les chercheurs ont cru que la chirurgie des cataractes accroissait le risque de développer une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Aujourd’hui, grâce à une étude irrévocable menée par le National Eye Institute des États-Unis, cette théorie est invalidée : les patients peuvent subir une chirurgie des cataractes sans se soucier d’augmenter le risque de DMLA.

Cette recherche, qui a été effectuée dans le cadre de l’étude Age-Related Eye Disease Study (AREDS) du National Eye Institute, a été publiée dans le numéro de février 2009 de la revue Ophthalmology. Elle a regroupé 4 577 participants de 55 à 81 ans et a inclus plus de cinq années de suivi.

Normalement, le cristallin offre une certaine protection contre les rayons ultraviolets-B (UVB), qui constituent un facteur de risque de la DMLA. Puisque la chirurgie de la cataracte consiste en l’extraction de cette lentille naturelle, on croyait que la chirurgie s’accompagnait d’une augmentation du risque de DMLA chez le patient. Plusieurs études antérieures avaient suscité cette préoccupation.

Cependant, l’étude AREDS a prouvé qu’il existe très peu de preuves démontrant que la chirurgie de la cataracte augmente le risque de DMLA ou de progression de cette maladie si la personne en est déjà atteinte.

Un des facteurs expliquant l’écart entre les résultats de cette étude et ceux des études antérieures est l’importante modification du type de lentilles intraoculaires utilisées au fil des ans. Alors qu’au cours des études antérieures un certain nombre de patients ne portaient pas de lentilles bloquant les rayons UVB, la plupart des patients atteints de cataractes tirent actuellement avantage de lentilles comportant ces propriétés, ce qui pourrait les avoir protégés de la DMLA.

Retour au haut de la page