La consommation de viande rouge augmente le risque de DMLA : une étude

La viande rouge consommée en grande quantité accroît le risque de DMLA, alors que le poulet a de légers effets protecteurs contre cette maladie. C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude australienne, menée par la Dre Elaine Chong et d’autres chercheurs du Centre for Eye Research Australia à l’Université de Melbourne, dont les résultats ont paru dans un numéro récent de l’American Journal of Epidemiology.
 
Concrètement, l’étude a révélé que les personnes qui mangent de la viande rouge fraîche ou transformée 10 fois par semaine ou plus augmentent leur risque de DMLA de presque 50 % par rapport à celles qui le font cinq fois par semaine ou moins. Par ailleurs, le fait de consommer 3,5 portions ou plus de poulet par semaine a l’effet inverse, réduisant le risque de DMLA de 50 % par rapport à un régime alimentaire comptant moins de 1,5 portion de poulet par semaine.

Participants suivis pendant 13 ans

Le recrutement des participants a débuté entre 1990 et 1994 dans le cadre d’un projet de recherche de plus grande envergure, soit la Melbourne Collaborative Cohort Study. Les conclusions de l’étude sont tirées des données sur les habitudes alimentaires recueillies chez 5604 personnes âgées de 58 à 69 ans. Les participants ont été interrogés sur des facteurs liés au mode de vie tels que l’âge, le régime alimentaire, la tension artérielle, l’indice de masse corporelle et l’usage ou non de tabac, de sorte que les résultats ont été ajustés selon les facteurs de risque et de protection pour la DMLA durant le processus de modélisation statistique.
 
Le suivi, qui s’est déroulé de 2003 à 2006, comprenait des examens oculaires et des photos de la rétine permettant de poser un diagnostic de DMLA. Les chercheurs ont décelé 1680 cas de DMLA précoce et 77 cas de DMLA avancé chez les participants.

Première étude sur le lien entre la viande rouge et la DMLA

Les résultats tendent à démontrer que la consommation de différentes sortes de viande pourrait avoir différents effets sur le risque de DMLA. La viande rouge semble augmenter le risque, alors que la viande blanche protège peut-être contre la maladie.
 
Ayant recensé peu de cas de DMLA avancé à la fin de la période de suivi, les chercheurs n’ont pu isoler l’effet de la consommation de viande rouge sur chacun des deux types de DMLA. On croit que la DMLA précoce évolue vers la forme avancée de la maladie, qui peut être de type sèche ou humide.
 
À ce jour, le tabagisme est le seul facteur de risque modifiable confirmé pour la DMLA, bien que le régime alimentaire soit considéré depuis plusieurs années comme un facteur susceptible d’influer sur le risque d’apparition de la maladie. L’étude de l’Université de Melbourne est le premier projet de recherche portant sur le lien entre la viande rouge et la DMLA.

Besoin de recherches plus poussées

Les résultats sont intéressants, mais commandent des recherches plus approfondies. Certaines limites de l’étude ont été relevées, notamment le fait que la viande rouge pourrait être un marqueur pour d’autres facteurs liés au mode de vie qui causent des lésions maculaires.
 
Retour au haut de la page