Une nouvelle étude sonne l’alarme sur les blessures oculaires chez les enfants

Les chercheurs d’un hôpital pédiatrique de grande renommée ont des nouvelles fort révélatrices pour les parents : la plupart des blessures oculaires dont les enfants sont victimes surviennent lorsque à la maison, particulièrement en été, alors que les parents sont peut-être moins vigilants. Cette étude, menée au Hospital for Sick Children, constitue la première étude canadienne sur les types et les causes de blessures oculaires chez les enfants.

Les blessures oculaires chez les enfants : fréquentes… et évitables

Les blessures oculaires sont fréquentes chez les enfants et elles constituent la principale cause de cécité dans un œil. Une étude américaine a déjà montré que 35 % des blessures oculaires survenaient chez les enfants de 17 ans et moins. La plupart des ophtalmologistes croient que la majorité des blessures oculaires chez les enfants pourraient être évitées.
 
Les résultats de cette nouvelle étude canadienne semblent confirmer cet état de fait. Menée par une équipe de chercheurs en milieu hospitalier, les résultats ont été publiés dans le numéro de septembre 2009 du Canadian Journal of Ophthalmology.
 
Les chercheurs ont recueilli des renseignements auprès d’enfants âgés de 3 mois à 18 ans qui s’étaient présentés avec des blessures aux yeux au cours d’une période d’un an dans les salles d’urgence de l’hôpital, analysant par la suite les questionnaires que les parents et les médecins avaient remplis.

Les blessures surviennent le plus souvent à la maison

L’étude démontre que près de la moitié des blessures oculaires subies par les enfants surviennent à la maison. Les chercheurs croient que les enfants pourraient être moins surveillés à la maison, ce qui entraînerait un taux plus élevé de blessures.
 
Les écoles sont le deuxième lieu où surviennent les blessures oculaires les plus fréquentes (34 %), suivies par d’autres résidences. Les blessures oculaires chez les enfants surviennent aussi sur les routes, dans les gares et dans les campings.

Les mois d’été sont plus risqués

Les mois de juin et de juillet sont les mois où surviennent le plus souvent les blessures oculaires chez les enfants, alors que le mois de janvier est celui où on enregistre le moins de blessures.
 
Les auteurs de l’étude laissent entendre que les enfants peuvent passer plus de temps à l’extérieur au cours de ces mois d’été, jouant avec des objets potentiellement dangereux, ce qui augmente le risque. Une fois encore, les parents pourraient être moins présents pour la supervision au cours des mois d’été.
 
Cependant, l’étude note que les enfants sont confrontés à des risques en hiver, y compris les blessures causées par des balles de neige et les sports d’hiver.

Le jeu n’est pas toujours amusant

La plupart des blessures oculaires sont survenues lorsque les enfants jouaient (44 %). Par exemple, un enfant s’est coupé l’œil alors qu’il se battait à l’épée, alors qu’un autre a percé son œil avec un bâton en jouant avec un ami.
 
Quatorze pour cent des enfants ont subi des blessures oculaires lors de la pratique d’activités sportives organisées. Quelques blessures sont survenues lors d’activités éducatives non structurées ou ont été causées par des accidents de la route.
 
Très peu de blessures étaient intentionnelles, et seulement quelques-unes sont survenues au cours de batailles.

Qui est blessé?

Les garçons sont trois fois plus susceptibles d’être blessés que les filles, ce qui représente 73 % des blessures totales.
 
La plupart des enfants qui ont subi des blessures aux yeux avaient entre 5 et 9 ans. Les enfants de ce groupe d’âge sont plus autonomes que les enfants d’âge préscolaire mais moins conscients des dangers que les adolescents, ce qui augmente le risque.
 
Le deuxième groupe d’âge le plus à risque en ce qui concerne les blessures oculaires est le groupe d’âge des enfants de 10 à 14 ans, suivi par celui des enfants de 2 à 4 ans. Parmi ce dernier groupe, l’usage inapproprié de jouets constituait la principale cause d’accident.

Les blessures oculaires sont graves

De nombreuses blessures oculaires subies par les enfants visés par l’étude étaient graves. Près de 60 % d’entre elles ont requis un suivi auprès d’un ophtalmologiste pour régler des problèmes tels que des déchirures et de ruptures oculaires.
 
Sept pour cent des enfants blessés ont dû recourir à une chirurgie pour conserver leur vision. Le nombre de blessures menaçant la vision était plus élevé, car certains enfants avaient subi des éclaboussures chimiques ou d’autres problèmes extrêmement graves mais ne nécessitant pas de chirurgie.
 
Les blessures aux yeux chez les enfants peuvent être dévastatrices. La cécité ou la perte de vision occasionnée par un traumatisme oculaire peut diminuer de façon importante la qualité de vie, surtout au cours des années qui suivent immédiatement la blessure. Certaines blessures peuvent nécessiter des chirurgies multiples et des années de soins postopératoires. Les blessures aux yeux peuvent aussi se solder par des problèmes psychologiques ou d’adaptation chez les enfants.
 
Ces blessures étant relativement fréquentes et assez graves, les parents doivent être plus vigilants au sujet des blessures oculaires de leurs enfants, affirment les auteurs de l’étude. La supervision et des précautions appropriées en matière de sécurité oculaire sont cruciales.

Pour obtenir de plus amples renseignements :

Retour au haut de la page