Nouvel espoir dans le traitement de la perte de vision

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Une équipe internationale dirigée par le CHU Sainte-Justine et l’Université de Montréal identifie un récepteur déficient à l’origine de la DMLA de type sec

Montréal, le 20 février 2008 – Les scientifiques ont remporté une importante bataille dans la lutte contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), une affection oculaire pouvant causer la cécité et qui touche des millions de personnes. Une équipe internationale de chercheurs, sous la direction du CHU Sainte-Justine et de l’Université de Montréal, a mis au jour le récepteur défectueux responsable de la DMLA de type sec.

Dans le numéro de février de la revue médicale PLoS Medicine, les chercheurs expliquent comment une déficience du récepteur CD36 empêche l’évacuation des lipides oxydés de l’œil. Par la suite, ces lipides oxydés s’accumulent et attaquent les couches situées sous et sur la rétine, provoquant ainsi la perte de vision.

« Notre découverte a une incidence majeure sur l’élaboration de nouvelles thérapies », souligne le chercheur principal, le Dr Sylvain Chemtob, qui a réalisé l’étude conjointement avec le Dr Huy Ong, professeur titulaire à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal, et Florian Sennlaub, de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) en France.

Néonatologiste et chercheur au CHU Sainte-Justine, le Dr Chemtob est également professeur titulaire au Département de pédiatrie et à l’École d’optométrie de l’Université de Montréal. Pour isoler le récepteur destructeur responsable de la dégénérescence oculaire caractéristique à la DMLA de type sec, il a effectué des recherches sur des souris et des rats. « Nous avons découvert qu’une carence en récepteurs CD36 entraîne progressivement une importante dégénérescence maculaire liée à l’âge, dit-il. Une déficience en CD36 entraîne la perte de la vision centrale, l’une des principales caractéristiques de la DMLA. »

« Cette découverte nous rapproche d’un traitement contre la DMLA de type sec, lequel pourrait améliorer de façon considérable la qualité de vie des personnes âgées qui sont le plus affectées par cette maladie oculaire, ajoute le co-auteur de l’étude, le Dr Huy Ong. Maintenant que nous avons développé ces molécules qui activent les récepteurs CD36, nous travaillons à valider leur efficacité pour le traitement de la DMLA de type sec. Nous espérons y arriver d'ici 2015. »

Dans les pays occidentaux, la DMLA de type sec et humide demeure une inquiétante cause de la perte de vision. Selon l’organisme AMD Alliance International, 30 millions d’individus de plus de 50 ans en sont affectés. La DMLA de type sec, qui constitue le trouble le plus envahissant, représente 90 pour cent des cas de cette maladie.

La DMLA sur le Web :

La revue médicale PLoS Medicine.
Pour en savoir davantage sur l’organisme AMD Alliance International, visitez le.
Relevez le Défi DMLA proposé par INCA afin de déterminer si vous êtes à risque.

Pour en savoir plus sur la DMLA :

Selon INCA, un organisme caritatif national qui se consacre à la santé visuelle, la DMLA de type sec affecte plus d’un million de Canadiens et constitue la principale cause de perte de vision au pays. La DMLA apparaît lorsque la couche de cellules sous la rétine commence à vieillir et à s’amincir. Cette modification touche à son tour la rétine sous-jacente, rendant la vision centrale terne et embrouillée. La DMLA de type sec peut ne présenter que peu ou pas de symptômes jusqu’à ce que la maladie n’atteigne un stade plus avancé. Lorsque la DMLA progresse, la personne atteinte peut constater une tache embrouillée ou aveugle au centre de son champ visuel ou une diminution progressive de son habileté à distinguer les caractères fins. Elle pourra aussi avoir de la difficulté à distinguer le visage des gens ou avoir besoin d’une lumière plus vive pour lire ou effectuer d’autres tâches. La DMLA de type sec touche habituellement les deux yeux, mais la perte de vision peut survenir dans un seul œil alors que l’autre ne semble pas affecté.

Pour plus de renseignements :

Nicole Saint-Pierre
Conseillère en communication
CHU Sainte-Justine
Téléphone : 514-345-4931, poste 2555
 
Sylvain-Jacques Desjardins
Attaché de presse - International
Université de Montréal
Téléphone : 514-343-7593
 
Retour au haut de la page