Alberta et Territoires du Nord-Ouest

Vers de nouveaux horizons

En 2015, notre équipe de l’Alberta a mis sur pied les Défenseurs d’INCA, un groupe de pression réunissant 50 clients et sympathisants convaincus du besoin d’intégrer les SRDV au continuum de soins de santé. Tout au long de l’année, ces personnes ont participé à une série de campagnes au cours desquelles elles ont rencontré les membres de l’Assemblée législative, écrit des lettres et donné des conférences. Nous poursuivrons cet important travail jusqu’à la pleine intégration des SRDV en Alberta.

Musicothérapie pour enfants

La musicothérapie est une expérience sensorielle qui frappe l’esprit et aiguise la créativité des enfants aveugles ou ayant une vision partielle. Une fois par mois, des enfants d’à peine un à deux ans participent au programme de musicothérapie d’INCA offert à Calgary et à Edmonton. Les thérapeutes incorporent chansons, répétitions, exploration instrumentale, mouvement et relaxation à leurs ateliers, permettant ainsi aux enfants de soigner leur santé physique et émotionnelle en parallèle avec leurs aptitudes sociales et leur amour de la musique.

Tendre la main aux collectivités éloignées

En régions éloignées, le manque de soutien local peut rendre les défis associés à la perte de vision plus déconcertants. Voilà pourquoi nos spécialistes ont parcouru l’Alberta et les Territoires du Nord-Ouest l’an dernier afin d’offrir des cliniques de basse vision, des évaluations et des services de réadaptation aux personnes de ces régions. De nombreux clients ont aussi été dirigés vers d’autres services afin de poursuivre leur démarche d’autonomie et de confiance en soi.

Faites connaissance avec Marlon Adarme

Marlon Adarme a travaillé comme ingénieur dans une entreprise gazière et pétrolière de Calgary jusqu’au jour où il a perdu la vue soudainement des suites de la rétinopathie diabétique et a dû tout aussi brusquement renoncer à son emploi.

Pendant que sa femme était au travail et que ses enfants étaient à l’école, M. Adarme restait à la maison sans savoir comment faire face à cette nouvelle réalité. Sa famille, incapable de lui offrir les soins dont il avait besoin, a alors envisagé de l’envoyer aux Philippines, son pays d’origine, afin que d’autres membres de la famille prendre soin de lui.

Lorsque M. Adarme s’est rendu au bureau d’INCA de Calgary, un spécialiste lui a enseigné à faire diverses choses par luimême : préparer des repas, reconnaître divers articles d’utilisation courante, se déplacer autour de la maison. Il lui a aussi remis une canne blanche et offert des cours pour lui permettre de se promener avec plus d’assurance dans son quartier.

Un mois plus tard, M. Adarme est revenu nous voir tout souriant pour nous raconter qu’INCA lui avait non seulement permis d’entrevoir une vie empreinte d’autonomie, mais aussi d’envisager avec plus de certitude la possibilité de demeurer avec sa famille.

Retour au haut de la page