En Vue d'INCA - Novembre 2011

Bienvenue au numéro du mois de novembre 2011 du bulletin électronique En Vue d'INCA! Ce mois‑ci, nous mettons à l’honneur notre septième campagne annuelle des couronnes de Noël (page en anglais seulement) visant à recueillir des fonds pour offrir des services essentiels aux Canadiens vivant avec une perte de vision. Puis, en l'honneur du Jour du Souvenir tenu le 11 novembre dernier, nous rendons hommage à deux anciens combattants hors du commun qui ont donné non seulement à leur pays et à leur communauté, mais aussi aux Canadiens qui, comme eux, vivent avec une perte de vision. Comme toujours, n’oubliez pas de nous faire part de vos commentaires à envue@inca.ca.



De l'espoir pour le temps des Fêtes

INCA lance sa septième campagne annuelle des couronnes

Image de la couronne de NoëlC'est à nouveau le temps de l'année de ressortir du sous‑sol les lumières de Noël, d'accrocher le gui et de commencer à décorer les entrées. Donc, c'est aussi le temps de la campagne annuelle d’INCA qui, à sa septième édition seulement, est déjà devenue une tradition des Fêtes des plus populaires.

Oui, il s'agit bien de la campagne des couronnes de Noël (page en anglais seulement) d’INCA.

« La campagne des couronnes de Noël est un jalon marquant de notre année, explique avec enthousiasme le vice‑président du Financement d’INCA, Steve Lutz. La manière dont toute la communauté y apporte son soutien est extraordinaire; cela nous met vraiment dans l'esprit des Fêtes. »

Instaurée en 2004, la campagne est menée par le personnel et les bénévoles d’INCA qui unissent leurs efforts pour travailler à la vente, pendant un temps limité, de magnifiques couronnes de Noël, afin de recueillir des fonds pour financer nos services de réadaptation pour les Canadiens aveugles ou ayant une vision partielle. La campagne annuelle est aujourd'hui une activité annuelle nationale et une source de financement indispensable pour INCA pour une partie importante de la nouvelle année.

« Si la campagne a connu un tel succès au fil des ans, c'est en partie pour une raison toute simple : les gens adorent les couronnes de Noël, poursuit Steve. Ils en achètent une pour eux et, après en avoir apprécié la qualité, ils en achètent d'autres pour les offrir à leurs amis et collègues. »

Fabriquées à la main par DeLong Farms, en Nouvelle‑Écosse, les couronnes de Noël d'INCA sont faites de tresses de sapin baumier, de pommes de conifères naturelles et des grappes de baies d'aubépine. Elles sont ornées d'une boucle de velours rouge à revers doré à l'épreuve des intempéries.

La couronne est aussi offerte avec une carte‑cadeau gratuite sur laquelle l'acheteur peut faire écrire son propre message au destinataire. Le prix de 45 $ comprend non seulement les taxes, mais aussi la livraison dans les dix provinces du Canada et les états continentaux les États‑Unis.

Mieux, les produits de la vente de toutes les couronnes sont affectés directement au financement des services offerts aux Canadiens aveugles ou ayant une vision partielle de tous les âges, par exemple le soutien psychologique, la bibliothèque d’INCA et le soutien à l'autonomie fonctionnelle, services qui donnent aux Canadiens les moyens d'accomplir des activités de la vie quotidienne, comme voyager et faire la cuisine, après une perte de vision.

En achetant une couronne, vous pouvez vraiment contribuer à changer la vie d’une personne, dit Steve. Chaque couronne vendue est importante pour nos clients. »

Vous avez jusqu’au mardi 6 décembre pour acheter une couronne. N'attendez pas pour commander la vôtre! Vous pouvez le faire dès aujourd'hui en visitant le site cnib.ca/wreaths

Haut de la page


Frères d'arme

Un ancien combattant vivant avec une perte de vision aide d'autres anciens combattants à tirer le meilleur profit possible de la vision qu'il leur reste

Image de John Burke John Burke, un ancien combattant de 91 ans, n'a pas laissé sa perte de vision le ralentir.

De fait, il participe pleinement à la vie de sa communauté, notamment en aidant d'autres anciens combattants à s'adapter à la cécité ou à une vision partielle.

Bénévole dévoué à la Légion et dans quatre foyers de soins de longue durée à Truro, en Nouvelle‑Écosse, John a perdu la plus grande partie de sa vue dans les années 1970 à cause d’un glaucome. Dès lors, il s'est donné pour mission de faire connaître à d'autres les services de réadaptation et de soutien offerts gratuitement aux anciens combattants par l'entremise d'INCA, afin que leur perte de vision ne les empêche pas de vivre une vie pleine et active.

John s'est enrôlé dans l'armée en 1941, à l'âge de 15 ans, dans les Princess Louise Fusiliers, un régiment de mitrailleuses. Après avoir reçu son instruction de base en 1942, il a été envoyé outre‑mer.

« Pendant quelques mois, mon régiment a été affecté à la protection de Sa Majesté la reine Élisabeth la reine mère, à sa maison d'été, raconte‑t‑il. Quand l’armée a décidé qu'elle avait besoin de nous dans un rôle de soutien, on nous a intégrés à une unité d'assaut d’infanterie et envoyés en zone de guerre. »

John a été intégré à la 7e Brigade d'infanterie canadienne et il a combattu en Normandie, où il a été blessé au combat. À son retour de la guerre, il a obtenu un diplôme en administration des affaires, il a milité pour l'accès à des logements abordables pour les ruraux et les Autochtones, il a exploité plusieurs petites entreprises et il a travaillé dans la fonction publique provinciale.

Grâce à l'aide d'INCA et du ministère fédéral des Anciens Combattants, John est resté tout aussi actif après avoir pris sa retraite.

« J'avais toujours été un lecteur passionné, dit‑il, mais mon glaucome empirait, et je ne pouvais même plus lire le journal. »

Grâce à l'aide financière du ministère des Anciens Combattants, John a pu se procurer, par l'entremise d’INCA, une télévisionneuse, un appareil muni d’un dispositif électronique de grossissement qui permet de lire livres, magazines, lettres et journaux sur un écran vidéo grand format.

« Je peux donc continuer, comme je l'ai toujours fait, de me lever à six heures tous les matins pour lire le journal, dit-il. Je n'ai pas besoin qu'on me fasse la lecture; la télévisionneuse m'a aidé à rester autonome. »

« Quand John n’est pas occupé à suivre l'actualité, il fait du bénévolat à la soupe populaire et il établit des contacts avec d'autres anciens combattants de sa communauté. Il rend visite à d'anciens combattants dans les foyers de soins de longue durée et aide ceux qui vivent avec une perte de vision à tirer le meilleur profit possible de la vision qu'il leur reste.

« Je les aide de toutes les manières possibles, par exemple en les informant de l’aide qu’ils peuvent obtenir pour se procurer une télévisionneuse, une montre parlante ou d'autres articles qu’ils n'ont pas toujours les moyens de s'offrir. »

INCA offre le plus large éventail de produits destinés à faciliter la vie des personnes vivant avec une perte de vision au Canada, notamment des loupes, des montres parlantes et des outils à boutons plus gros. Pour les anciens combattants, le coût de bon nombre de ces produits est pris en charge par le ministère des Anciens Combattants.

« Quand je rencontre d'autres anciens combattants, je leur explique qu'il existe des solutions pour atténuer le stress et la frustration associés à une perte de vision, dit-il. »

Pour en savoir plus à propos d'INCA et du ministère des Anciens Combattants, visitez  inca.ca/anciens-combattants. Pour explorer notre vaste choix de produits utiles, visitez inca.ca/boutique

Haut de la page


Aider en tric​otant

Un ancien combattant et sa femme tricotent pour les sans‑abri de Prince

Image de William Stanley Toute sa vie durant, l’ancien combattant de la Seconde guerre mondiale, William Stanley, a aidé sa collectivité et son pays.

Tout a commencé quand il s'est engagé dans les services de santé de l'armée, à 20 ans. Comme il ne voulait pas porter un fusil, mais qu’il tenait néanmoins à servir son pays, il a travaillé comme brancardiers à la première brigade de la 4e Ambulance de campagne canadienne.

Malgré qu'il ait perdu la vue dans son œil gauche à la suite d'une chirurgie de la cataracte qui a échoué, l'homme de 90 ans continue d'aider en tricotant, avec sa femme, Marian Doris Stanley, atteinte de la maladie d'Alzheimer, des écharpes et des couvre‑chefs pour les sans‑abri. Marian vit dans une autre partie de l'immeuble Gateway où habite le couple à Prince George, en Colombie‑Britannique, et William lui rend visite tous les après‑midi.

« Je tricote et ma femme s'occupe de la finition, explique William. Nous avons une grosse vente ce samedi; les recettes seront versées à la banque alimentaire locale et à l'Armée du Salut. »

Le couple s'est fiancé à 1941, avant le départ de William pour la guerre, et s'est marié en 1945. Ils ont eu quatre enfants. En octobre dernier, ils ont fêté leur 66e anniversaire de mariage.

Après son arrivée en Angleterre en 1942, William a servi en Sicile, en Hollande et en Allemagne jusqu'à la fin de la guerre. À son retour au Canada, il a été mécanicien de machinerie lourde et soudeur, puis il a travaillé pour le gouvernement de la Colombie‑Britannique.

Après avoir perdu la vue, William a reçu la visite de quelqu'un de chez INCA, à Prince Georges. Constatant que son œil fonctionnel se fatiguait quand il lisait, INCA lui a fourni une loupe, puis un lecteur DAISY pour atténuer ce problème.

« Nous appuyons INCA. Ils restent en rapport avec moi. Ils m'appellent et me rendent visite assez souvent », dit-il.

Ces dernières années, William a été actif au sein de la collectivité des anciens combattants. Cette année, il souhaite organiser dans son immeuble une activité pour marquer le Jour du Souvenir. En tant qu'ancien combattant distingué de la Seconde Guerre mondiale, il a profité du soutien du ministère des Anciens Combattants au fil des ans.

« Le ministère [Anciens Combattants] m'a beaucoup aidé. Comme je ne peux pas marcher, ils m'ont fourni un fauteuil roulant électrique et différents articles comme un ambulateur et un lit d’hôpital, dit-il. Ils se sont vraiment bien occupés de moi. »

Pour en savoir davantage à propos d’INCA et du ministère des Anciens Combattants, visitez inca.ca/anciens-combattants

Haut de la page


Article vedette

Préparez‑vous à l'hiver et restez au chaud grâce à un thermomètre parlant : 27,95 $

Photo du thermomètre parlantL'hiver est à nos portes! Soyez prêt grâce à cet attrayant thermomètre parlant, que vous pouvez placer sur votre bureau ou accrocher au mur. Il affiche sur un grand écran double les températures à l'intérieur et à l'extérieur et il les annonce vocalement si vous appuyez sur un bouton. Vous pouvez régler l'appareil pour que la température vous soit donnée à l’heure sonnante et même le programmer pour qu'il serve de réveille‑matin. Il est aussi facile de le programmer pour qu'il affiche la température maximale et minimale atteinte ainsi que le point de congélation. La température peut être annoncée en Fahrenheit ou en Celsius; il suffi de choisir en appuyant sur un commutateur. Deux piles AAA sont requises (non comprises).​

Haut de la page


Dons mensuels -- Devenez membre du ​Club Vision

Photo d'une femme souriant à un enfantLes chercheurs estiment que plus d’un million de Canadiens vivent aujourd’hui avec une perte de vision et ce nombre ne cesse d’augmenter. En faisant don d’aussi peu que 10 $ par mois, vous pouvez aider les personnes aveugles ou ayant une vision partielle à acquérir les compétences, la confiance en soi et l’autonomie requises pour redécouvrir les plaisirs de la vie et voir au delà de la perte de vision. Devenez membre du Club Vision aujourd’hui.​​​​​​​​​​​​​​​​​​

Retour au haut de la page