En Vue d'INCA Mars 2011

Bienvenue au numéro de mars de la revue électronique En Vue. Ce mois-ci, nous célébrons le financement que nous avons reçu du gouvernement du Canada qui nous aidera à fournir nos services de bibliothèque. Nous parlons du glaucome et de notre campagne de sensibilisation La prunelle de mes yeux. Nous vous racontons également l’histoire d’une famille dont plusieurs membres sont atteints d’une maladie oculaire et nous abordons le thème de la prévention. Comme toujours, n'hésitez pas à nous transmettre vos commentaires en écrivant à : envue@inca.ca ou à suivre @CNIB sur Twitter.



La Bibliothèque d’INCA a reçu une subvention du gouvernement

En février dernier, la Bibliothèque d’INCA a reçu une importante subvention grâce à laquelle les Canadiens incapables de lire les imprimés pourront continuer de jouir du droit de lire.

La subvention unique de sept millions de dollars du gouvernement fédéral a été annoncée le 23 février par l’honorable Rona Ambrose, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux ainsi que ministre de la Condition féminine. Les fonds serviront à accroître la collection de la Bibliothèque d'INCA et à améliorer les services offerts aux abonnés de la Bibliothèque et à ses partenaires.

Cette subvention constitue un soutien intérimaire essentiel pendant que les plans pour Photo prise lors de l'annonce de la subvention. un modèle de service à long terme seront mis en place.

Photo (de gauche à droite) :

Cathy Moore, directrice nationale, Relations avec le gouvernement et les consommateurs, INCA John Rafferty, président et chef de la direction, INCA Maria Fitton, abonnée à la Bibliothèque d'INCA L'honorable Rona Ambrose, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et ministre de la Condition féminine, Le sénateur Don Meredith 

« Depuis quelque temps déjà, nous travaillons à la mise en œuvre d’un service de bibliothèque national, durable et équitable pour tous les Canadiens incapables de lire les imprimés », a déclaré John Rafferty, président et chef de la direction d'INCA. « Cette subvention constitue une importante étape de ce processus, car elle garantit la préservation de notre collection et de notre infrastructure pendant que nous misons sur la recherche d'une solution à long terme. »

Le travail d’INCA dans ce domaine comprend la campagne de l’année dernière Le droit de lire, qui demandait aux gouvernements du Canada de fournir un financement public juste et immédiat pour l’accès à des services de bibliothèque accessibles à l’échelle nationale, afin de ne pas compromettre le droit de lire de plus de 800 000 Canadiens aveugles ou ayant une vision partielle. Plus de 33 123 lettres ont été envoyées par des Canadiens bienveillants pour demander au premier ministre Stephen Harper et aux premiers ministres de prévoir le financement de services de bibliothèque accessibles dans leurs prochains budgets.

Leurs efforts ont porté leurs fruits. Le financement intérimaire a été reçu non seulement du gouvernement fédéral, mais également des gouvernements de l’Alberta, du Nouveau-Brunswick, des Territoires du Nord-Ouest, de l’Ontario et de l’Île-du-Prince-Édouard.

« Pour l’avenir, INCA continuera de chercher une solution à long terme pour offrir des services de bibliothèque accessibles, en travaillant en collaboration avec les gouvernements, les bibliothèques publiques, les imprimeurs, les utilisateurs finaux et les organisations nationales qui représentent les personnes incapables de lire les imprimés.

« Grâce à ce financement intérimaire qui vient protéger nos activités actuelles, INCA peut dorénavant mettre l'accent sur les prochaines étapes essentielles de la mise en œuvre d'un nouveau modèle de service qui fera en sorte que tous les Canadiens incapables de lire les imprimés puissent jouir du droit de lire », a ajouté M. Rafferty.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la Bibliothèque d’INCA, visitez www.inca.ca/bibliotheque.

Haut de la page


Le savoir, c’est le pouvoir : se renseigner sur le glaucome

Photo d'une femme qui se fait examiner les yeuxSaviez-vous qu’il est possible d’être atteint de glaucome sans même le savoir? Le glaucome progresse habituellement lentement et sans douleur, ce qui signifie qu’il est possible d’en être atteint et de l’ignorer. En fait, sur les 250 000 Canadiens vivant avec cette maladie aujourd’hui, seulement 125 000 savent qu’ils en sont atteints. Qui plus est, 71 % des Canadiens ne savent pas qu’il est possible d’avoir un glaucome et de conserver en même temps une excellente vision.

En quoi consiste exactement le glaucome? Le glaucome est une maladie oculaire grave et fréquente qui endommage les fibres du nerf optique et qui est souvent causée par une pression intraoculaire élevée. Il arrive également qu’une pression normale entraîne le glaucome. Avec le temps, la maladie peut causer une perte de vision périphérique, suivie d’une vision « en tunnel » ou d’une perte totale de la vue.

Connaître vos antécédents familiaux pour vous aider à protéger votre vision

Les antécédents familiaux, surtout dans le cas d’une personne dont un parent est atteint de la maladie, comptent parmi les principaux facteurs de risque du glaucome. Peu de Canadiens sont cependant aussi informés qu’ils le devraient. Selon une étude menée récemment par INCA :

  • moins de la moitié des Canadiens (47 %) croient qu’ils sont assez informés en ce qui concerne leurs antécédents familiaux de glaucome;
  • le tiers seulement des Canadiens (33 %) ont discuté avec les membres de leur famille immédiate pour savoir s’ils avaient des antécédents familiaux de glaucome;
  • dans ce groupe, près de la moitié (47 %) des personnes ont appris que tel était le cas, ce qui signifie qu’elles pourraient également être à risque.

Des examens oculaires périodiques sont la meilleure forme de dépistage précoce et augmentent les chances de contrôle de la maladie.

Seul un examen de la vue effectué par un ophtalmologiste ou un optométriste permet de dépister le glaucome avant qu’il ne commence à affecter votre vision. Bien que le glaucome soit incurable, il peut être traité s’il est dépisté assez tôt. L’utilisation régulière de gouttes ophtalmiques sur ordonnance est très importante même si vous n’avez aucun symptôme. Si les gouttes ophtalmiques ne peuvent plus contrôler la pression intraoculaire, votre médecin pourra vous recommander une chirurgie au laser ou conventionnelle.

Se rappeler l’importance d’une bonne santé visuelle grâce au concours La prunelle de mes yeux

Visitez www.laprunelledemesyeux.ca pour en apprendre plus sur le glaucome et participer au tout nouveau concours de photos La prunelle de mes yeux.

Il vous suffit de téléverser une photo d’un souvenir mémorable – qu’il s’agisse d’un moment magique passé au chalet, d’un souvenir de lune de miel ou d’un vieux cliché en noir et blanc trouvé dans un des albums de votre grand-mère. Vous pourriez remporter un voyage de rêve pour deux personnes vers l’une de nos quatre merveilleuses destinations canadiennes. Ce prix a une valeur totale de 3 500 $.

Pour avoir la chance de gagner, vous devez participer au concours avant le 18 mai!

Haut de la page

Histoire d’une famille aux prises avec le glaucome

Photo de Sharon Peters avec son pèreTout le monde dit que Sharon Peters a les yeux de son père. Le problème, c’est que le père de Sharon est atteint de glaucome.

Le glaucome a fait son apparition dans la famille des Peters il y a quelques années déjà. Travaillant comme assistante en ophtalmologie, Sharon avait décidé de faire vérifier sa pression intraoculaire, car elle désirait mieux comprendre ce que ses patients ressentaient lorsqu’ils subissaient ce test. Elle a été très surprise des résultats.

Sharon avait une pression intraoculaire (PIO) très élevée qui empêchait l'écoulement des fluides – l’un des symptômes du glaucome. Et même si elle n’avait pas de perte de vision, son ophtalmologiste lui a prescrit des médicaments à titre préventif.

Comme elle travaillait avec des spécialistes de la vue depuis des années, elle savait que son problème pouvait être héréditaire et elle a fait également subir le test à George son père.

C’est alors que la famille a appris que la pression intraoculaire de George était élevée, mais que contrairement à Sharon, il avait une perte de vision périphérique. Les médecins lui ont alors immédiatement prescrit des médicaments.

Dans les années qui ont suivi, George, Sharon et deux autres membres de la famille ont également reçu un diagnostic de glaucome. Même si un dépistage précoce a permis à Sharon et aux deux autres membres de sa famille de conserver une bonne vision, l’état de George a empiré. Lentement mais sûrement, la chute de sa vision a commencé à nuire à sa qualité de vie et il a commencé à avoir besoin d’aide pour ses activités.

Lorsqu’il s’est rendu compte qu’il était préférable par mesure de sécurité d’arrêter de conduire, il a pris cette difficile décision.

« Il a vraiment eu beaucoup de peine », a raconté Sharon. « À cette époque, sa vision était de 20/80, c’est-à-dire le minimum pour avoir le droit de conduire. »

Ils sont allés au bureau des permis de conduire et c’est avec regret que George a remis le sien. Comme Sharon savait que son père aurait de la difficulté à surmonter ce coup dur, elle l’a tout de suite emmené dans un bureau d’INCA pour obtenir du soutien.

« Grâce à des aides visuelles avec grossissement, ils ont pu l’aider à conserver son autonomie le plus longtemps possible… Nous sommes très reconnaissants des conseils que nous avons reçus. Ils nous ont été très utiles », a-t-elle expliqué.

Réfléchissant au cas de son père ainsi qu’au sien, Sharon ne peut pas assez insister sur l’importance de connaître la santé de ses yeux, mais également celle des membres de sa famille.

« C’est parce que je travaillais avec un ophtalmologiste que je savais ce que cela signifiait d’avoir une pression intraoculaire élevée. Il faut subir un examen oculaire en bonne et due forme et demander à tous les membres de sa famille d’en subir un. Il est en effet très important que chacun connaisse bien sa santé visuelle et ses antécédents familiaux. »

« Le problème avec le glaucome, c’est que c’est un voleur silencieux. S’il n’est pas diagnostiqué, il réduit graduellement votre champ de vision périphérique. Cela se fait tellement subtilement que vous ne remarquez rien. C’est par des rendez-vous périodiques chez son médecin qu’il est possible de le dépister. »

Haut de la page


Article vedette

Un téléphone à gros boutons pour aider à garder le contact

Téléphone sans fil de Serene, 89,95 $

Photo du téléphone sans fil de SereneLe printemps, c’est le temps de sortir de la maison, de reprendre contact avec les êtres chers et d’organiser des activités avec des amis. Cette année, gardez le contact avec les personnes que vous aimez grâce au téléphone sans fil de Serene spécialement conçu pour les personnes ayant des problèmes de vision. Ses caractéristiques pratiques comme les larges touches éclairées et l’identification vocale du demandeur pour tous les appels entrants facilitent les communications pour les personnes vivant avec une perte de vision. Le temps perdu à composer des numéros par erreur peut plutôt être utilisé pour passer du temps en famille et avec des amis dans votre localité ou partout au pays!

Cliquez ici pour obtenir de plus amples renseignements ou pour commander un téléphone de Serene dès aujourd’hui!

Les sommes provenant de cet achat et de tous les articles de la Boutique INCA sont réinvesties dans les services de soutien qu’INCA fournit aux Canadiens aveugles ou ayant une vision partielle.

Haut de la page


Dons mensuels -- Devenez membre du Club Vision

Photo d'une femme souriant à un enfantPour la modique somme de 10 $ par mois, vous pouvez aider des gens à relever les défis et à combattre l'isolement qu'occasionne la perte de vision en leur permettant d'avoir la confiance en soi, les compétences et la possibilité de se réaliser pleinement dans la société, et ce, 365 jours par année. Devenez donc membre du Club Vision dès aujourd'hui. En faisant ce geste, vous nous aiderez à fournir aux Canadiens aveugles ou ayant une vision partielle de votre région des services de soutien personnalisés. 

Retour au haut de la page