En Vue - Janvier 2011

Bonne et heureuse année, et bienvenue au numéro de janvier 2011 de la revue électronique En Vue. Dans ce numéro, nous vous transmettons des renseignements sur les troubles affectifs saisonniers (TAS), nous vous présentons un nouveau long métrage documentaire sur l’art de vivre avec une perte de vision et nous vous annonçons le lancement de la compétition musicale Le Facteur Star 2011. Comme toujours, n'hésitez pas à nous faire parvenir vos commentaires en nous écrivant à envue@inca.ca ou à consulter @CNIB sur Twitter.



Les troubles affectifs saisonniers (TAS) et la santé oculaire

Au cours des mois d'hiver, vous avez peut-être constaté que lors des journées ensoleillées etPhoto d'une femme regardant par la fenêtre chaudes vous vous sentiez joyeux, énergique et dynamique, alors que pendant les journées froides et sombres, vous vous sentiez quelque peu déprimé. Pour certains Canadiens atteints de ce type de dépression qu'on appelle troubles affectifs saisonniers, ou TAS, les changements climatiques peuvent constituer d'importants défis quotidiens.

Vous vous demandez sans doute quel lien unit les TAS à la santé visuelle? La luminothérapie, le traitement le plus fréquemment recommandé dans le cas des TAS, peut endommager la vision. Il est donc important de bien s'informer. 

Voici quatre éléments d'information fort importants :

1. Les TAS affectent 2 à 3% de la population canadienne.

Alors que certains enfants ou adolescents peuvent être victimes de TAS, les personnes de 20 à 50 ans, et plus particulièrement les femmes, en sont plus souvent atteintes. Les symptômes peuvent inclure : absence de motivation, intérêt limité pour des activités habituellement divertissantes, manque de concentration, augmentation des heures de sommeil (souvent quatre heures ou plus par jour), baisse d'énergie, fatigue et dépression.

2. La génétique et l’âge semblent être des facteurs à considérer.

Bien que la cause précise des TAS demeure inconnue, les symptômes suggèrent que les TAS proviennent de la façon dont notre corps gère son horloge interne. Bien que nos corps soient construits avec une horloge interne qui nous garde en synchronisme avec le jour et la nuit, cette horloge n’est pas toujours précise. Elle se fie à l’intensité du soleil pour s’adapter. Les signaux d’adaptation naissent dans la rétine, située au fond de l’œil, ils voyagent dans le nerf optique et se rendent dans la partie centrale du cerveau, activant un certain nombre de modifications chimiques.

3. La luminothérapie est la forme de traitement la plus courante.

Bien qu'elle ne soit pas officiellement recommandée par Santé Canada, la luminothérapie est la forme de traitement la plus courante des TAS. Les antidépresseurs, les médicaments régulateurs de l'humeur et la psychothérapie peuvent aussi être prescrits.

La luminothérapie entraîne une suppression de la production de mélatonine, ce qui aide à régulariser l’horloge interne et à réduire les symptômes des TAS.

Elle consiste à placer devant le patient, pendant certaines périodes de la journée, un appareil portatif comportant des ampoules ou des tubes fluorescents. La luminothérapie émet un type de lumière semblable à celle qui prévaut lors d’une journée printanière, un éclairage qu’on ne trouve habituellement pas dans les résidences.

L’appareil de luminothérapie doit être placé de façon à ne pas éblouir les yeux. Vos yeux doivent être ouverts et il n’est pas recommandé de porter des lunettes de soleil. Les patients ne doivent pas regarder directement l’appareil de luminothérapie, car cela peut endommager leur vision.

La lumière est captée par la rétine qui la transfère au cerveau pour normaliser l’horloge interne.

Les effets secondaires de la luminothérapie incluent : irritabilité, agitation et fatigue oculaire. Il est important de toujours consulter un médecin avant d’amorcer un traitement de luminothérapie.

4. La luminothérapie peut endommager la vision des personnes qui présentent des problèmes oculaires.

Certains chercheurs en ophtalmologie s’inquiètent du fait que la luminothérapie peut endommager encore davantage les yeux des personnes qui sont atteintes de maladies oculaires comme le glaucome, les cataractes ou la rétinopathie diabétique, ou qui font usage de médicaments augmentant la sensibilité à la lumière.

Les personnes âgées devraient aussi être soucieuses de la luminothérapie. En vieillissant, nous devenons plus vulnérables aux effets de la lumière sur la rétine, ce qui augmente le risque de problèmes visuels et de cécité.

Si vous avez certains de ces facteurs de risque, il est recommandé de consulter votre ophtalmologiste avant de procéder à ce traitement.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les troubles affectifs saisonniers, communiquez avec un organisme communautaire comme l’Association canadienne pour la santé mentale.

Haut de la page


Un nouveau film traite de l'expérience associée à la perte graduelle de vision

Image de la pancarte du film "Going Blind"Un nouveau long métrage documentaire récemment présenté au Canada sensibilise le public et remet en question certaines des perceptions que nous avons sur l'adaptation à la perte de vision.

Dans son film « Going Blind », le réalisateur Joseph Lovett tente de sensibiliser le public à la perte de vision, et ce, d'un point de vue médical et psychologique. Pour ce faire, il tourne la caméra sur lui-même, invitant les spectateurs à se faire les témoins de sa propre expérience quelquefois déconcertante de perte graduelle de vision occasionnée par le glaucome.

Pour faire face à cette nouvelle réalité, M. Lovett discute aussi avec des personnes aveugles ou ayant une vision partielle, par exemple un vétéran de la guerre en Irak et un professeur d'art qui découvre de nouvelles façons de poursuivre son mandat. Il présente aussi l'éventail des services de soutien offert aux personnes en perte de vision.

Ce film se veut avant tout un geste d’espoir, démontrant qu'il est possible de voir au-delà de la perte de vision, et ce, même lorsqu’il s’agit de personnes comme M. Lovett, qui ont axé leur vie sur le monde visuel de la télévision et des arts. Lors d'une entrevue avec un journaliste d'USA Today, M. Lovett a décrit la visite dans une galerie d’art qui lui a permis de concentrer ses énergies sur cette réalisation.

« Je me suis retrouvé devant une immense toile, examinant un de ses aspects, une zone que je trouvais particulièrement belle et très détaillée. Je n'aurais pas remarqué tous ces détails, ni tenu compte de la grande maîtrise de l'artiste si ma vision avait été bonne », affirme-t-il.

« Lorsque vous perdez la vue et que vous portez attention aux choses, vous commencez à réaliser ce que vous ne savez pas et ce que vous ne voyez pas. Vous apprenez alors à considérer les choses avec profondeur. »

La première canadienne de ce film a eu lieu le 19 janvier 2011 au cinéma de la Banque Scotia à Toronto. Présentée par INCA, cette projection gratuite s’est déroulée en présence de M. Lovett qui a répondu aux questions de l’auditoire après la projection.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le film « Going Blind », visitez www.goingblindmovie.com.

Haut de la page


Le Facteur Star 2011 met en vedette de talentueux musiciens canadiens vivant avec une perte de vision

Photo de Lucas Haneman, grand gagnant du concours Le Facteur Star 2010Le concours Le Facteur Star d'INCA est bien plus qu'une simple compétition musicale. Ce concours innovateur destiné aux personnes vivant avec une perte de vision offre aux concurrents l’occasion de vivre une expérience unique. D'autre part, il permet à tous les Canadiens de célébrer le talent et les réussites des personnes aveugles ou ayant une vision partielle.

Organisé pour la première fois en 2009 au Lake Joseph Centre d'INCA, le concours Le Facteur Star est une compétition musicale nationale qui aide les artistes en herbe vivant avec une perte de vision à parfaire leur compétence, à raffiner leur talent musical et à acquérir une plus grande assurance.

À compter du 10 janvier 2011, INCA invite donc les Canadiens de 16 ans et plus vivant avec une perte de vision à s'inscrire à ce concours afin de courir la chance de participer à une grande finale en direct qui aura lieu au Lake Joseph Centre de Muskoka (Ontario) le 20 août 2011.

Les concurrents peuvent s'inscrire en téléchargeant une vidéo de leur performance vocale ou instrumentale à l'adresse suivante : www.lefacteurstar.ca avant le 9 juin. Les dix demi-finalistes qui participeront à la grande finale seront choisis par des votes en ligne inscrits entre le 14 février et le 15 juin validés par un jury composé de juges indépendants.

Les finalistes des concours Le Facteur Star précédents, y compris les anciens gagnants Lucas Haneman de Kanata (Ontario) (2010) et Becka deHaan de Fredericton (Nouveau-Brunswick) (2009), ont déjà commencé à faire parler d'eux sur la scène musicale canadienne.

Lauréat de la prestigieuse bourse d'études Oscar Peterson décernée par l'Université Concordia, Lucas Haneman a su démontrer son exceptionnel talent au cours de la grande finale 2010. Sa prestation énergique a fasciné le grand guitariste canadien Roddy Ellias, qui a déclaré que Lucas « avait un talent exceptionnel ».

Après avoir remporté le concours Le Facteur Star 2009, Becka deHaan a fait la première partie d'un spectacle de Terry Kelly, auteur-compositeur-interprète mis en nomination pour un prix Juno, le 12 octobre 2010 à Winnipeg, sa ville natale. Plus récemment, elle a participé à deux spectacles de danse dans le cadre des fêtes de Noël de McCain et a été première voix féminine et claviériste des Vinyl2Bits, un orchestre de neuf musiciens de Fredericton.

Son premier album « Wait for the Wind », lancé en mars 2010, a été mis en nomination pour le Music New Brunswick’s Spiritual Recording Award 2010 et le Inspirational Album of the Year lors de la tenue des prix Covenant de la Gospel Music Association Canada.

Le concours Le Facteur Star 2011 fera partie des festivités du 50e anniversaire du Lake Joseph Centre, qui visent à célébrer cet important jalon pour INCA. Les célébrations portes ouvertes du 50e anniversaire permettront aux anciens campeurs de revoir amis, employés et bénévoles.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le concours Le Facteur Star ou s’y inscrire, visitez www.lefacteurstar.ca. Pour vous renseigner sur les festivités qui auront lieu au Lake Joseph Centre l'été prochain, consultez notre page Web spéciale sur le 50e anniversaire du Lake Joseph Centre (en anglais seulement).

Haut de la page


Photo des cartes à jouer en gros caractères Élite SuprêmeMagasinez à INCA

Cartes à jouer en gros caractères Élite Suprême - 4,85 $

Cartes à jouer comportant des chiffres de 3 cm de hauteur dans le coin supérieur gauche et le coin inférieur droit de chacune des cartes. Ces cartes sont enduites de plastique pour augmenter leur durabilité et sont imprimées en respectant les couleurs standards.

Haut de la page


Devenez membre du Club Vision

Photo d'une femme aîné et d'un enfantPour la modique somme de 10 $ par mois, vous pouvez aider des gens à relever les défis et à combattre l'isolement qu'occasionne la perte de vision en leur permettant d'avoir la confiance en soi, les compétences et la possibilité de se réaliser pleinement dans la société, et ce, 365 jours par année. Devenez donc membre du Club Vision dès aujourd'hui. En posant ce geste, vous nous aiderez à fournir aux Canadiens aveugles ou ayant une vision partielle de votre région des services de soutien personnalisés.

Back to top of page