Bulletin électronique En Vue - Décembre 2010

Bienvenue au numéro de décembre d’En Vue. Dans ce numéro, nous vous dévoilerons les moments jalons de 2010. Puis, conscients de l'importance des contributions financières régionales pour la réalisation de notre mission, nous vous présenterons une analyse comparative de la générosité des régions du pays. Enfin, alors que l'année tire à sa fin, nous analyserons comment nous avons amélioré la qualité de vie des Canadiens vivant avec une perte de vision en 2010 et nous vous exposerons nos projets pour l'année à venir. Comme toujours, n'hésitez pas à nous transmettre vos commentaires en écrivant à envue@inca.ca.



Moments jalons de 2010 : une année dont il faudra se souvenir

Photo de Lucas Haneman, grand gagnant du concours Le Facteur Star 2010L'année tirant à sa fin, nous d'INCA sommes fiers de célébrer avec vous certaines des plus importantes réalisations de l'année 2010.

Rendre les joies de la lecture accessibles à tous les Canadiens

Lancée en janvier, notre campagne de défense des droits et de promotion des intérêts intitulée « Le droit de lire » a vu l'équipe d’INCA s’unir à des milliers de Canadiens de toutes les régions du pays pour dire haut et fort que nous avons tous le droit de lire. Ensemble, nous avons demandé aux gouvernements du Canada de financer partout au pays et de manière immédiate et équitable des services de bibliothèques accessibles et de protéger ainsi le droit de lire des plus de 800 000 Canadiens qui sont aveugles ou qui vivent avec une vision partielle.

Nous sommes fiers de dire que cette campagne a suscité l'engagement financier de cinq gouvernements provinciaux, transmettant ainsi les joies de la lecture à des milliers de Canadiens de plus, et ce, par l'entremise de la Bibliothèque d'INCA.

Mettre le cap sur la santé visuelle : Mois de la santé visuelle

Au cours du mois de mai, nous avons inauguré le premier Mois de la santé visuelle. Cet événement national vise à promouvoir la santé oculaire, à réduire le nombre de cas de perte de vision évitable au Canada et à amasser des fonds pour financer les importants services fournis par INCA aux Canadiens vivant avec une perte de vision. Cette année, plus de 50 000 Canadiens ont entre autres participé à la journée Lunettes en fête! Ne ratez pas les détails à venir concernant la journée Lunettes en fête 2011 qui aura lieu le 26 mai.

Donner priorité aux services à la clientèle

Les services à la clientèle sont au cœur de toutes nos actions et, en 2010, nous avons inauguré un nouveau système de gestion de la clientèle afin de mieux servir nos clients et de les servir plus rapidement que jamais. Ce système informatisé de pointe nous offre dorénavant la possibilité d'administrer les dossiers de nos nombreux clients d'un bureau à un autre et de les diriger rapidement vers des services qui répondent à leurs besoins et à leurs objectifs. Ce système nous permet aussi d'évaluer nos services en nous indiquant ainsi nos forces et nos faiblesses.

Donner la parole aux Canadiens vivant avec une perte de vision

Cette année, nous avons diffusé une nouvelle série de messages télévisés d'intérêt public sur la perte de vision. Afin de bien traduire les expériences de vie des personnes que nous servons, ces nouveaux messages télévisés, ainsi que nos messages imprimés, mettaient en vedette des clients d'INCA exprimant en leurs propres termes ce que signifie vivre avec une perte de vision.

Rendre accessibles des médicaments qui peuvent sauver la vue

En 2009 et 2010, en organisant la campagne « Le droit de voir », INCA a effectué de nombreuses démarches auprès des gouvernements provinciaux pour faire en sorte que le Lucentis retrouve sa place dans les régimes d'assurance de soins médicaux. Ce médicament qui peut sauver la vue a fait ses preuves auprès de nombreuses personnes qui vivent avec une perte de vision causée par la DMLA. Ayant consenti des efforts soutenus, nous avons été ravis lorsque trois nouvelles provinces ont approuvé son inscription sur la liste des médicaments remboursés par le régime d'assurance-maladie.

Fournir des articles utiles aux personnes qui vivent avec une perte de vision

Nous sommes fiers d'annoncer que nous avons ouvert plusieurs nouvelles Boutiques INCA aux quatre coins du pays cette année. Les personnes aveugles ou ayant une vision partielle, ainsi que les membres de leur famille, qui résident dans 18 municipalités du pays peuvent dorénavant acheter des articles et technologies populaires au bureau d'INCA de leur localité. Le produit de la vente des articles des Boutiques INCA sert à financer les importants services de soutien que nous offrons aux Canadiens vivant avec une perte de vision.

Faire de la musique et changer le cours des choses

Le Facteur Star est un concours de musique organisé par INCA à l’intention des Canadiens aveugles ou ayant une vision partielle de tous les groupes d’âge et de toutes les régions du pays. Lucas Haneman de Kanata a remporté le concours 2010 en ébahissant les autres finalistes, les juges et la foule par son immense talent de guitariste lors de la grande finale du 7 août tenue au Lake Joseph Centre.

Haut de la page

Le président et chef de la direction d'INCA, John M. Rafferty, parle des principaux objectifs de l'organisme et de ses plans pour l'avenir

Photo de John M. Rafferty, Président et chef de la direction d’INCAL'année 2011 étant à nos portes, le président et chef de la direction, John M. Rafferty, présente les faits saillants et les défis de l'année 2010, ainsi que les moyens que nous mettrons en place pour rehausser le soutien et les services offerts aux Canadiens aveugles ou ayant une vision partielle.

Q. : Quelles sont les étapes jalons 2010 dont vous êtes le plus fier?

R. : Cette année, nous avons mis en place deux projets qui à mon avis définissent notre engagement renouvelé à l'égard du bénévolat et de la santé publique.

Le premier jalon fut la réintroduction de notre programme Vision Mate partout au pays. Nous servons plus de 125 000 clients de plus de 65 ans et nous savons que bon nombre d'entre eux aimeraient bien qu'une personne leur rende visite à intervalles réguliers pour les aider à faire leurs courses, à lire le courrier, etc. Nous avons donc relancé notre programme de recrutement de bénévoles visiteurs. Bien que nous en soyons à nos débuts en ce qui concerne le recrutement des bénévoles, ce programme constitue un important jalon.

Le deuxième jalon fut le lancement en mai du premier Mois de la santé visuelle. Cet événement nous a permis de transmettre de nombreux messages et d'organiser de nombreuses activités sur la santé visuelle et la santé oculaire, de sensibiliser le grand public à la santé visuelle et d'aider à réduire le nombre de cas de perte de vision évitable au Canada.

Bien qu’il s’agisse de notre première année, le Mois de la santé visuelle 2010 a connu un franc succès et nous travaillerons à faire en sorte que cette lancée se poursuive. Nous aimerions faire du Mois de la santé visuelle un événement national annuel qui pourrait aider à faire de la santé visuelle une priorité pour tous les Canadiens.

Q. : Pouvez-vous nous faire part d'une expérience significative que vous avez vécue cette année et qui vous a permis de réaliser que nous changions vraiment le cours des choses pour les personnes aveugles ou ayant une vision partielle?

R. : Des milliers de situations décrivent bien la façon dont nous aidons les Canadiens aveugles ou ayant une vision partielle tout au long de l'année. Chaque fois que je me rends sur le terrain, je comprends pourquoi nous faisons ce que nous faisons. Il est donc difficile pour moi de ne choisir qu'un seul exemple.

J'ai entre autres beaucoup aimé assister cette année au concours Le Facteur Star et rendre visite cet été aux adolescents qui participaient à la colonie de vacances SCORE. J'ai aussi été très heureux de rencontrer tous ces jeunes talentueux qui se sont inscrits au concours annuel de rédaction et d'écriture braille.

J'aime aussi visiter toutes ces personnes qui organisent elles-mêmes des événements pour amasser des fonds au profit d'INCA. J’ai eu par exemple l'occasion de rencontrer de jeunes garçons de Brantford qui vivent près du terrain de golf et qui vendent de la limonade et des biscuits lors de notre tournoi de golf annuel. Ce sont des enfants exceptionnels.

Q. : Quels sont les principaux défis auxquels INCA devra faire face en 2011?

R. : Un organisme de la taille d'INCA doit bien sûr relever de nombreux défis. Notre travail exige que nous maintenions un équilibre ténu entre notre budget et le soutien apporté aux programmes et services sur lesquels comptent nos clients. En 2011, certaines zones d'activités requerront toute notre attention.

Il nous faudra entre autres travailler à garantir le financement durable de nos importants services et programmes. Il est difficile de mettre en place de nouveaux et de meilleurs services à la clientèle sans avoir l'assurance de posséder les fonds requis pour soutenir ces programmes à long terme. Nous travaillerons donc d'arrache-pied pour obtenir la collaboration des organisations communautaires et des administrations publiques afin de créer des partenariats qui nous permettront de rehausser nos services de soutien et de mieux servir le nombre croissant de Canadiens qui frapperont à notre porte au cours de l'année à venir.

Dans le cadre de cette recherche de financement durable, nous effectuerons aussi des démarches en vue d'augmenter le financement de nos importants services de base, des services auxquels tous les Canadiens devraient avoir droit. Lorsqu’une personne vit avec une perte de vision, l'apprentissage d'activités comme le maniement de la canne blanche ou la préparation des repas est essentiel à l'autonomie. Ces cours devraient être soutenus financièrement par le programme canadien de services sociaux, mais les Canadiens vivant avec une perte de vision doivent compter sur un organisme caritatif, en l'occurrence INCA, pour les obtenir. Nous tendrons donc la main aux gouvernements pour nous assurer que tous les Canadiens puissent avoir accès au soutien dont ils ont besoin pour rebâtir leur autonomie si un jour ils devaient perdre la vue.

Q. : De quelle manière les Canadiens peuvent-ils aider INCA au cours des semaines et des mois à venir?

R. : Nous espérons bénéficier de la générosité des Canadiens, surtout au cours de la période des fêtes. En effet, de nombreux Canadiens contribuent à notre œuvre parce qu'ils sont eux-mêmes des clients ou qu’un membre de leur famille bénéficie des services d’INCA. Ils sont de ce fait conscients de l'importance de notre organisme en région. Je ne saurais vous dire à quel point nous leur sommes reconnaissants pour le soutien qu'ils nous accordent.

Mais une grande partie des dons que nous recevons sont des dons uniques, des dons qui ne sont versés qu’une fois seulement. Collectivement, ces dons sont extrêmement bénéfiques, mais lorsqu'une personne choisit de devenir un donateur mensuel, elle nous permet d'être plus confiants de la stabilité de nos revenus futurs. Un donateur qui verse chaque année 100 $ à INCA peut donner à nos programmes et services une plus grande durabilité en modifiant tout simplement sa contribution pour une contribution mensuelle de 10 $. Nous encourageons donc un plus grand nombre de Canadiens à devenir des donateurs mensuels et à faire en sorte qu'aucune personne de leur région n’ait à faire face seule aux défis associés à la perte de vision.

Je crois fermement en la générosité des gens de ce pays et j'espère vivement que nous obtiendrons en 2011 le soutien dont nous avons besoin pour aider nos clients.

Q. : Pourriez-vous nous indiquer certains des objectifs que vous espérez réaliser en 2011?

R. : L’analyse de notre plan stratégique quinquennal fait surgir deux objectifs pour l'année à venir.

Le premier consiste à accroître notre présence communautaire et à fournir certains de nos services en région. Dans certains endroits, il nous faudra ouvrir des bureaux locaux, alors que dans d'autres régions, qui ne sont pas assez peuplées pour soutenir la présence d'un bureau permanent, mais dans lesquelles des personnes aveugles ou ayant une vision partielle ont tout de même besoin de notre soutien, notre présence pourrait se traduire par l’instauration d'un bureau mobile ou la visite d'une « caravane INCA » afin que nous puissions offrir à ces personnes des services de basse vision.

Être là pour nos clients, dès l'annonce du diagnostic constitue un autre objectif de notre plan à long terme. Cela signifie qu'il nous faut étoffer les relations que nous entretenons avec les centres hospitaliers et les ophtalmologistes. Lorsqu'une personne apprend qu'elle perd la vue et que rien ne peut plus être fait pour elle d'un point de vue médical, il est essentiel que les spécialistes de la vue la dirigent vers une autre personne qui a déjà vécu cette expérience et qui peut l’aider à traverser cette épreuve. Une personne qui est disponible sur le champ pour lui transmettre des renseignements et lui faire savoir que quelqu'un est là pour l'aider. INCA désire jouer ce rôle auprès des Canadiens.

Haut de la page

Quelle province canadienne donne le plus aux organismes de charité?

Photo représentant des mains remplies de pièces de monnaieUne récente étude menée par l'Institut Fraser a mesuré les contributions versées par les Canadiens d'un océan à l'autre à des organismes de charité. Quelle province abrite les plus généreux d'entre nous?

Il semble que les Canadiens qui vivent dans les provinces des Prairies soient les plus généreux du pays. L'étude intitulée : « Generosity in Canada and the United States: The 2009 Generosity Index » révèle que 27 % des résidents du Manitoba ont inclus un reçu pour dons de charité à leur déclaration de revenus 2007, ce qui représente un pourcentage supérieur à celui de toutes les autres provinces. Les Manitobains ont aussi versé le plus fort pourcentage de leur revenu global à des organismes caritatifs, soit 0,86 %. La Saskatchewan occupe le second rang, ses résidents ayant eux aussi donné 0,86 % de leur revenu global à un organisme de charité alors que 25 % des résidents indiquent avoir fait un don.

En se dirigeant vers l'ouest, nous constatons que les Albertains ont versé la contribution moyenne la plus importante, soit 2298 $ chacun, soit 500 $ de plus que l'Ontario qui vient au second rang.

L'étude a aussi exploré les raisons pour lesquelles les Canadiens soutiennent des organismes caritatifs. On y apprend que l'élément premier de ce soutien est le désir de redonner à sa région et de changer le cours des choses à un échelon plus personnel. Les Canadiens désirent voir les répercussions de leur contribution directement dans leur région.

À INCA, ce sont les dons provenant de régions grandes ou petites qui rendent notre travail possible. Chaque jour, nos donateurs transforment la vie quotidienne de Canadiens comme celle du jeune Joshua Singer.

À l’âge de neuf mois, Joshua était atteint de nystagmus infantile, un trouble moteur présent à la naissance ou dès la petite enfance caractérisé par des oscillations involontaires des globes oculaires. Au début de 2007, Joshua, trois ans, et ses parents ont rencontré un spécialiste d'INCA pour savoir quelle incidence ce syndrome aurait sur les études de Joshua et comment INCA pourra soutenir ce dernier lorsqu'il fréquentera l'école.

Notre spécialiste a répertorié de nombreuses ressources et stratégies pour aider Joshua à mieux réussir à la maison et à l'école. Ce sont des dons versés par de généreux Canadiens de toutes les régions du pays qui ont rendu ce travail possible.

Aidez INCA à transformer encore et encore la vie quotidienne des personnes aveugles ou ayant une vision partielle : visitez www.inca.ca/faire-un-don pour faire dès aujourd'hui un don de charité de fin d'année. Nous vous ferons alors parvenir un reçu officiel.

Haut de la page

Magasinez à INCAPhoto du calendrier

Calendrier très lisible grâce à ces lettres noires de 1,9 cm de hauteur. Espaces additionnels pour inscrire des notes. Tous les jours fériés du Canada et la plupart des fêtes religieuses sont clairement indiqués.

Le calendrier mesure approximativement 34 cm X 33 cm.

Prix : $3.99

Back to top of page