En Vue Mai 2015

2015-05-07

Mai est le Mois de la santé visuelle. Cette année, dans le cadre de cet événement, nous lançons la toute première Charte canadienne des droits et responsabilités en matière de soins oculovisuels et publions le Rapport national sur la santé visuelle. Nous vous présentons par ailleurs le lauréat 2015 du Prix d’excellence en technologie accessible Winston Gordon d’INCA et nous vous invitons à la toute première exposition de photographies organisée par INCA à Toronto.



Mai est le Mois de la santé visuelle

Vrai ou faux : le tabagisme et le surpoids sont tous deux d’importants facteurs de risque de maladie oculaire? Qu’en pensez-vous? Vous n’êtes pas certain de la réponse? Ne vous en faites pas vous n’êtes pas seul.

Les Canadiens affirment que la santé visuelle est importante pour eux, toutefois 24 % d’entre eux n’ont pas subi d’examen visuel au cours des deux dernières années et 53 % ne connaissent pas les facteurs de risque contrôlables qui pourraient les aider à éviter une maladie oculaire. Dans le cadre du Mois de la santé visuelle 2015, INCA voulait savoir ce que les Canadiens savaient sur la santé de leurs yeux.

Le Rapport national sur la santé visuelle, première étude du genre au Canada, compile les réponses de plus de 2 700 Canadiens de toutes les régions du pays à des questions allant de la santé visuelle à la stigmatisation entourant la perte de vision et à la défense des droits des personnes aveugles ou ayant une vision partielle. Des questions comme : « Quelle importance accordez-vous à votre santé visuelle? », « Quand avez-vous subi votre dernier examen de la vue? » et « Comment vous sentez-vous lorsque vous voyez une personne aveugle traverser la rue? » ont été posées, mais les réponses obtenues n’indiquent pas toujours que le Canada est un pays qui semble accorder de l’importance à la santé visuelle.

« On estime que 5,5 millions de Canadiens vivent avec une maladie oculaire qui pourrait entraîner une perte de vision et que plusieurs autres sont à risque d’une telle maladie », affirme John M. Rafferty, président et chef de la direction d’INCA. « Par contre, notre étude démontre que le public canadien ne fait peut-être pas tout ce qu’il peut pour sauvegarder sa vision. »

Le rapport atteste que les Canadiens accordent beaucoup d’importance à la préservation d’une bonne santé visuelle.

  • 92 % de répondants croient que les examens de la vue sont un élément important du programme de maintien de la santé générale.
  • La prévention de la perte de vision se situe au troisième rang en termes de priorités pour ce qui est du maintien de la santé globale, derrière la santé cardiovasculaire et la gestion du poids.
  • 82 % des Canadiens disent qu’ils enseignent à leurs enfants l’importance de subir un examen de la vue à intervalles réguliers.

Néanmoins, en dépit de leur engagement en matière de santé visuelle, on constate qu’il existe un écart entre les croyances des Canadiens et leurs connaissances et comportements.

  • Seulement 47 % des Canadiens savent s’ils ont ou non des antécédents familiaux de maladie oculaire, ce qui signifie que plus de la moitié des Canadiens ne connaissent pas l’existence des risques héréditaires potentiels.
  • 40 % des répondants ne connaissent pas la dégénérescence maculaire liée à l’âge, la maladie oculaire qui cause le plus grand nombre de cas de perte de vision au Canada.
  • 15 % des Canadiens ne se souviennent pas à quand remonte le dernier examen de la vue de leur enfant et seulement 38 % des parents ayant un enfant âgé d’un an ou moins savent si leur enfant a déjà subi un examen de la vue.

Devant cet état de fait, INCA et les principaux chefs de file du milieu de la santé oculaire se sont engagés conjointement, et pour la première fois, à fournir des soins optimaux axés sur le patient, et ce, à chacune des étapes de la perte de vision, soit de la prévention au diagnostic et au traitement. La Société canadienne d’ophtalmologie, l’Association canadienne des optométristes, l’Association des opticiens du Canada et diverses organisations communautaires dont INCA ont donc démontré leur engagement en ce sens en signant la Charte canadienne des droits et responsabilités en matière de soins oculovisuels.

« Il incombe à tous les intervenants en santé visuelle et en soins oculaires de se tendre la main pour faire mieux », déclare John Rafferty. « En ce Mois de la santé visuelle, nous faisons un premier pas en ce sens. »

Visitez inca.ca/moisdelasantevisuelle pour en savoir plus à ce sujet.

Haut de la page


BlindSquare : le monde bien au-delà de l’extrémité de votre canne

Le prix Winston Gordon, créé par INCA en 1988, est remis à un individu ou à un groupe qui a conçu un article, un logiciel ou une application ayant permis la réalisation d’importants progrès dans le domaine de la technologie pour les personnes aveugles ou ayant une vision partielle. Fondée une année à peine après la création du prix Winston Gordon, l’entreprise finlandaise MIPsoft, récipiendaire du prix 2015, travaille depuis sa fondation à l’amélioration de la qualité de vie des personnes aveugles ou ayant une vision partielle au moyen d’applications accessibles pour téléphones intelligents.

Le mercredi 25 mars, INCA a décerné le prix Winston Gordon d’excellence en technologie accessible à MIPsoft pour « BlindSquare », son application de type GPS, dans le cadre d’un déjeuner organisé au siège social d’INCA à Toronto.

MIPsoft a révolutionné la navigation par GPS grâce à son application BlindSquare, vendue à l’Apple App Store. L’application utilise un GPS, la boussole de votre téléphone et FourSquare pour vous transmettre verbalement des renseignements sur ce qui vous entoure. L’application permet aussi aux utilisateurs de planifier tous les éléments d’une sortie avant même de quitter la maison, qu’il s’agisse de prendre l’autobus, de héler un taxi, de choisir un restaurant ou, tout simplement, de se promener sur une rue non familière en toute confiance. Tout cela bien assis dans leur sofa.
« Je suis honoré qu’INCA rende hommage à BlindSquare en lui décernant le prix Winston Gordon », a déclaré Ilkka Pirttimaa, président, chef de la direction et concepteur principal iOS chez MIPsoft. « BlindSquare a été conçu pour résoudre les nombreux problèmes quotidiens qu’ont les voyageurs aveugles. Cette application est quelque peu inhabituelle, car elle se raffine sans cesse, non seulement grâce au talent de nos concepteurs, mais aussi grâce aux expériences des milliers de voyageurs qui chaque jour prennent plaisir à obtenir de nouveaux renseignements, à faire de nouveaux choix et à vivre dans un monde plus vaste et plus sécuritaire allant bien au-delà de l’extrémité de leur canne. »
L’application permet aussi aux utilisateurs de se déplacer plus aisément à l’intérieur grâce à son système de positionnement par balise (BPS). Elle indique les différentes zones d’un édifice comme la cafétéria, les salles de toilette et les salles de réunion ainsi que les autres importants secteurs que ces utilisateurs voudront bien signaler en utilisant leur iCloud.

« J’ai bien hâte de pouvoir utiliser la fonction de navigation intérieure de BlindSquare », affirme Debbie Gillespie, coordonnatrice de l’accessibilité à INCA, qui vit avec une perte de vision. « BlindSquare est un outil que j’adore, car il ouvre la voie au déplacement autonome et à l’orientation particulière. C’est une belle addition à ma boîte d’outils technologiques. »

Haut de la page


The Mind’s Eye: exposition de photographies à INCA

La cécité et la déficience visuelles sont souvent associées à une foule de mythes, mais rien ne vaut celui d’une vie empreinte de noirceur totale.

Dans le cadre du festival de photographies, CONTACT, INCA défit la notion de vision en organisant The Mind’s Eye, une exposition qui présente les œuvres de photographes canadiens vivant avec une perte de vision. Cette exposition pionnière qui réunit des photographies de toutes les régions du pays s‘attaque à la stigmatisation du grand public. Un événement à ne pas manquer!

Les photographies sont présentées au public du 8 au 22 mai. Pour connaître l’horaire de l’exposition et en savoir plus à ce sujet, visitez cnib.ca/photography (page offerte en anglais seulement).

Haut de la page


Boutique INCA

Nouveau Victor Reader Stream (configuré) avec ostéophones Aftershokz gratuits.

Le Victor Reader Stream est un lecteur portatif qui permet d’écouter des livres sonores en formats DAISY (Digital Accessible Information System), MP3, MP4, EPUB, etc. en appuyant sur une seule touche.

Offre spéciale d’une durée limitée! Obtenez gratuitement une paire d’ostéophones Aftershokz GRATUITEMENT lorsque vous faites l’achat d’un nouveau Victor Reader Stream (configuré) – une valeur de 75 $.

Contrairement aux écouteurs habituels qui bouchent les oreilles, les écouteurs Aftershokz s’installent sur la mâchoire, ce qui vous permet d’entendre les sons environnants de la circulation et les alarmes et de vous sentir en sécurité lorsque vous écoutez des livres sonores pendant vos déplacements.

Cliquez ici pour commander immédiatement votre « Victor Reader Stream (Configuré) » (en anglais seulement) ou composez le 1 800 563-2642 pour passer une commande par téléphone.

Pour connaître les centaines d’autres articles de la vie quotidienne en vente à la Boutique INCA, vous pouvez visiter l’une de nos 20 boutiques au pays, visiter notre site Web ou communiquer avec la Ligne d’assistance téléphonique d’INCA en composant le 1 800 563-2642 pour obtenir gratuitement un catalogue en français ou en anglais.

Haut de la page


Aidez-nous à rehausser la qualité de vie des personnes aveugles ou ayant une vision partielle

Selon les estimations des chercheurs, plus d’un million de Canadiens vivent aujourd’hui avec une perte de vision. En adhérant au Club Vision, votre généreux don mensuel de dix dollars ou plus aidera les personnes aveugles ou ayant une vision partielle à acquérir la confiance, les compétences et l’autonomie qui leur permettent de redécouvrir les plaisirs de la vie et de voir au-delà de la perte de vision. Devenez membre du Club Vision.


Nota : Veuillez noter que l’information fournie dans ce bulletin vous est transmise à titre informatif seulement. Elle ne devrait en aucun cas remplacer les avis que pourrait vous donner un docteur en optométrie. INCA vous recommande de consulter un docteur en optométrie à intervalles réguliers pour subir des examens oculaires complets, obtenir des renseignements médicaux à jour et recevoir des conseils personnalisés en fonction de votre santé visuelle et de vos antécédents familiaux.

Retour au haut de la page