En Vue Septembre 2014

Bienvenue au numéro de septembre du bulletin électronique En Vue.  La rentrée est à nos portes ! Ce mois-ci, nous répondrons à vos questions sur le Centre d’accès équitable aux bibliothèques (CAÉB), nous en apprendrons plus sur les Bourses INCA et nous ferons la connaissance du bénévole du mois de septembre.



CAÉB – 101

Depuis plus d’un siècle, la bibliothèque d’INCA offre aux Canadiens atteints d’une perte de vision totale ou partielle des livres, magazines et journaux sur medias substituts. INCA intervient aussi auprès des gouvernements et d’autres intervenants pour défendre le droit des Canadiens incapables de lire des imprimés de disposer de services de bibliothèque équitables, par l’entremise de leur bibliothèque publique. En 2012, le Conseil des bibliothèques urbaines du Canada (CBUC), l’Association canadienne des bibliothèques (ACB) et d’autres organismes ont adopté cette position et en avril 2014, le Centre d’accès équitable aux bibliothèques (CAÉB) a été établi pour assumer la responsabilité de ce service.

Par l’entremise du CAÉB, les personnes incapables de lire des imprimés ont accès à la vaste collection de la bibliothèque d’INCA, combinée aux documents accessibles détenus dans le système des bibliothèques publiques. Ce matériel est proposé dans divers formats au choix du lecteur, y compris DAISY, audio, texte électronique, braille et texte en gros caractères. Il est livré directement à domicile ou en ligne. Les Canadiens incapables de lire des imprimés ont accès à tout ce qu’offre INCA, directement, par l’entremise de leur bibliothèque publique locale.

Mais, qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’arrive-t-il de la bibliothèque d’INCA ? Nous avons les réponses.

Q) Quel rôle joue la bibliothèque d’INCA ?

A) INCA est un partenaire essentiel du CAÉB. Sous contrat avec le CAÉB, il fournit aux bibliothèques et à leurs clients incapables de lire des imprimés l’accès aux collections et aux services d’INCA. Ces services comprennent la production de livres et d’autre matériel en-medias substituts, des services de livraison, l’aiguillage de nouveaux clients d’INCA vers leur bibliothèque publique locale, le soutien des bibliothèques publiques dans leurs initiatives de sensibilisation de la collectivité et une ligne d’aide aux usagers. INCA continue aussi d’offrir directement ses services aux clients existants de sa bibliothèque.

Q) Depuis des années, je suis un usager de la bibliothèque d’INCA. Les services qui me sont offerts vont-ils changer ?

A) Si vous utilisez actuellement la bibliothèque d’INCA, vos services ne changeront pas. Vous pouvez continuer d’accéder aux livres, magazines et journaux par l’entremise de la bibliothèque d’INCA. Peut-être voudrez-vous aussi vous joindre à votre bibliothèque publique locale pour avoir également accès à ses collections et services.

Q) Je suis client d’INCA et j’envisage de devenir usager de la bibliothèque d’INCA. Que dois-je faire ?

A) Vous pourrez bénéficier d’un service de bibliothèque accessible par l’entremise de votre bibliothèque publique locale, ce qui vous permettra d’obtenir plus rapidement et facilement des livres, magazines et journaux sur-medias substituts. Vous pouvez communiquer directement avec votre bibliothèque publique pour vous inscrire aux services du CAÉB. Le personnel de votre bureau d’INCA peut aussi demander à votre bibliothèque de communiquer avec vous.

Q) Comment puis-je savoir si ma bibliothèque publique locale offre les services du CAÉB ?   

A) Plus de 600 systèmes de bibliothèques publiques, partout au Canada, sont déjà membres du CAÉB. Veuillez communiquer directement avec votre bibliothèque publique locale pour de plus amples renseignements sur le matériel accessible.

Q) Le CAÉB dessert-il uniquement les Canadiens qui sont atteints d’une perte de la vue partielle ou totale ?

A) Le CAÉB dessert tous les Canadiens qui sont atteints d’une incapacité de lire des imprimés. Par incapacité de lire des imprimés on entend un trouble d’apprentissage, une incapacité physique ou visuelle qui rendent une personne incapable de lire des imprimés conventionnels. Plus particulièrement, l’expression se réfère aux cas suivants :

  • Trouble d’apprentissage : une insuffisance relative à la compréhension
  • Incapacité physique : l’incapacité de tenir ou de manipuler un livre
  • Incapacité visuelle : la privation, en tout ou en partie, du sens de la vue ou l’incapacité d’orienter le regard

Pour de plus amples renseignements sur le CAÉB, ou si vous désirez savoir comment vous y inscrire, visitez bibliocaeb.ca ou communiquez avec le 1-855-655-2273.

Haut de la page


Bénévole du mois : Kelly Picco

Kelly Picco est une cliente d’INCA depuis l’enfance. Une maladie génétique a entraîné une perte de la vue. Mais de cliente, elle s’est rapidement transformée en bénévole engagée, le tout grâce à un projet scolaire.

Dans le cadre d’un cours du secondaire, Picco a fait une recherche sur les groupes d’animation populaire. Elle ne se doutait pas que ce projet l’amènerait à oeuvrer comme bénévole au sein d’INCA pendant des années.

« Chaque année, INCA Terre-Neuve organise un groupe d’orientation post-secondaire pour les clients d’INCA »,  explique Picco. «  Les étudiants atteints d’une perte totale ou partielle de vision se réunissent à St. Johns pour explorer les options de formation collégiale et prendre part à des activités de loisir en soirée comme les quilles ou une sortie au cinéma. C’est sur ce groupe d’étudiants que portait mon projet de recherche et c’est l’événement qui m’a amenée à travailler comme bénévole à INCA ».

Picco est maintenant bénévole depuis plus de trois ans, Elle a exercé diverses fonctions, y compris des fonctions administratives à la réception, la boutique INCA, l’assistance à la formation en technologie et le soutien en communication pour la levée de fonds. Elle a aussi pris part au suivi des clients – une initiative qui met le personnel et les bénévoles d’INCA en communication avec les clients passés pour assurer que tout va bien. En plus de travailler comme bénévole, Picco termine aussi un stage d’été pour étudiant au service de levée de fonds d’INCA.

« J’ai fait la connaissance de tant de personnes à INCA – et certaines sont devenues d’excellents amis », dit Picco. Que d’extraordinaires souvenirs me procure mon expérience à INCA ! ».

Femme pleine d’entrain qui aime sortir avec ses amis et courir, Picco étudie la sociologie à l’université Memorial dans l’espoir d’obtenir un jour un poste dans la levée de fonds, peut-être au service d’INCA ?

« Grâce à INCA, je suis devenue plus positive », dit Picco. « Je suis plus à l’aise pour parler de ma perte de la vue. Je veux aider les autres à adopter la même attitude.»

Vous aimeriez vous joindre à notre équipe de bénévoles ? Visitez inca.ca/benevole.

Haut de la page


Bourses INCA : Capacités vs handicaps

Chaque année, INCA décerne de nombreuses bourses à des étudiants se destinant à des études postsecondaires ou de deuxième cycle qui sont atteints de cécité ou de vision partielle. Les candidats sont inscrits au concours pour l’obtention de l’une de trois bourses (FJL Woodcock SAPA, Barney Danson et les bourses INCA) d’un montant de 1 000 $ à 5 000 $. De plus, chaque année, une bourse de maîtrise INCA de 12 500 $ est décernée.

Cette année, plus de 40 candidatures provenant de toutes les régions du pays ont été soumises. Les candidats étaient appelés à rédiger une dissertation sur le thème « mon incapacité vs mes capacités ».

« Bien que je sois aujourd’hui encore atteint d’une perte de vision, j’ai trouvé bien mieux qu’une guérison », écrit Ghislain Hudon, un des boursiers INCA cette année, originaire de la ville de Québec. « Grâce au soutien du système scolaire, de la communauté des non voyants et d’une culture ouverte et tolérante, j’ai pu vaincre mon incapacité et parvenir à la réussite malgré elle. »

Des bourses INCA ont été décernées à 30 étudiants, de la Colombie-Britannique aux provinces de l’Atlantique. Elles seront remises tout au long de septembre.

« J’ai décidé d’étudier et de travailler dans le domaine de la relation d’aide. Pour moi, le désir que mon travail améliore la vie des gens est primordial », écrit David Trudel-Bergamo, lui aussi lauréat d’une bourse INCA. « Après avoir obtenu mon baccalauréat, je désire poursuivre mes études pour compléter une maîtrise en travail social. Cette étape est mon but ultime et tous mes efforts académiques vont à l’atteinte de ce but. »

Pour de plus amples renseignements sur les bourses INCA, visitez inca.ca/awards

Haut de la page


Boutique INCA

Lampe grossissante Dainolite

Cette lampe grossissante offre un grossissement de 2,25X. Elle comporte un bras pivotant de 33 pouces permettant d’orienter la lentille selon l’angle désiré. Garantie d’un an.

Cliquez ici pour commander la Dainolite. Pour parcourir des centaines d’autres produits d’usage quotidien de la Boutique INCA, visitez l’un de nos 20 magasins partout au pays, parcourez notre magasin Web ou communiquez avec la ligne d’assistance téléphonique d’INCA au 1-800-563-2642 pour obtenir un catalogue français gratuit.

Haut de la page


Aidez-nous à rehausser la qualité de vie des personnes aveugles ou ayant une vision partielle

Selon les estimations des chercheurs, plus d’un million de Canadiens vivent aujourd’hui avec une perte de vision. En adhérant au Club Vision, votre généreux don mensuel de dix dollars ou plus aidera les personnes aveugles ou ayant une vision partielle à acquérir la confiance, les compétences et l’autonomie qui leur permettent de redécouvrir les plaisirs de la vie et de voir au-delà de la perte de vision. Devenez membre du Club Vision.

Haut de la page


Nota : Veuillez noter que l’information fournie dans ce bulletin vous est transmise à titre informatif seulement. Elle ne devrait en aucun cas remplacer les avis que pourrait vous donner un optométriste. INCA vous recommande de consulter un spécialiste de la vue à intervalles réguliers pour subir des examens oculaires complets, obtenir des renseignements médicaux à jour et recevoir des conseils personnalisés en fonction de votre santé visuelle et de vos antécédents familiaux.

Retour au haut de la page