Fondateurs

Montage de photos des fondateurs d’INCA

Edwin Baker

Edwin A. Baker (1893-1968), mieux connu sous le vocable de « Le Colonel », est un des fondateurs d'INCA et le directeur général national d'INCA de 1920 à 1962.

Né sur une ferme près de Kingston, Ontario, il grandit là où ses ancêtres loyalistes se sont établis. Il fréquente les écoles publiques primaire et secondaire de la région et s'inscrit à la Queen's University de Kingston pour étudier le génie.

Il obtient un baccalauréat ès sciences en génie électrique en 1914, juste à temps pour s'enrôler auprès du 6e Escadron de génie de l'Armée canadienne. En 1915, il est blessé au Mont Kemmel et perd ainsi totalement la vue.

Après la guerre: une nouvelle vie

Il retourne au Canada en 1916 pour refaire sa vie comme personne aveugle. Ce n'est pas chose facile. Il n'existe alors pas de services pour les adultes aveugles à l'exception d'une toute petite bibliothèque braille à Toronto. La philosophie de l'époque veut que les personnes handicapées restent à la maison, à la charge de la famille.

En dépit de cela, Edwin Baker obtient un poste à la Commission de l'énergie hydroélectrique de l'Ontario et, dans ses temps libres, il siège bénévolement au conseil d'administration de la Canadian Free Library for the Blind. Il devient aussi un des sept fondateurs d'INCA, organisme qui se voit décerner une charte fédérale en 1918. Edwin Baker est alors nommé vice-président du premier Conseil national d'INCA. Au cours de la même année, à la demande du gouvernement du Canada, il coordonne la formation et les soins dispensés aux militaires canadiens devenus aveugles au combat. En 1920, il accepte le poste rémunéré de secrétaire général d'INCA.

L’évolution d’INCA

Avec trois employés et une poignée de bénévoles, il en vient à ériger un organisme de plus de 50 bureaux répartis à travers le pays, incluant 27 édifices spécifiquement conçus pour servir une clientèle aveugle.

Au cours des premières années, Edwin Baker parraine des études en ophtalmologie et des programmes de soutien médical aux autochtones du Grand Nord. Il aide à mettre sur pied le premier dépistage de masse à l'intention des enfants d'âge scolaire de Toronto, ce qui engendre l'instauration de classes spéciales pour enfants handicapés visuels et la première étude sur l'incidence et les causes de cécité au Canada.

Nouvelles poursuites

Homme énergique et investigateur, Edwin Baker se préoccupe de bien plus que de son propre organisme. Il est, pendant trois mandats, président du Conseil mondial pour le Bien-être des aveugles. Ce conseil (maintenant Union Mondiale des Aveugles) se compose d'organismes de services et de consommateurs et centralise ainsi les problèmes et les avancements des personnes aveugles ou handicapées visuelles de plus de 160 pays et territoires dans le monde. Il est aussi, pendant plusieurs années, le seul membre laïque de la Société canadienne d'ophtalmologie. Il est membre du Conseil consultatif national sur la réadaptation des personnes handicapées pendant 10 ans et œuvre à la fondation de la Royal Commonwealth Society for the Blind, de Londres (Angleterre) qui offre aujourd'hui des services aux pays du Commonwealth en voie de développement.

À titre de vétéran de la Première Guerre mondiale, Edwin Baker continue de participer activement aux activités de l'armée et des vétérans. Il est président honoraire du Conseil national des associations d'anciens combattants du Canada; président honoraire des Pensionnés de guerre du Canada; membre à vie de la Légion canadienne et des Vétérans de l'Armée, de la Marine et de l'Aviation du Canada et président honoraire du dominion de l'Association des corps d'armée du Canada. Il est vice-président, puis secrétaire de l'Association Sir Arthur Pearson des aveugles de guerre.

Prix et honneurs

En reconnaissance de son oeuvre, le Lieutenant-Colonel Baker se voit conférer de nombreuses distinctions honorifiques. En 1935, il devient Officier du Order of the British Empire. En 1938, il devient Lieutenant-Colonel. Au cours de la même année, la Queen's University lui décerne un doctorat honoris causa en droit et, en 1945, il reçoit ce même diplôme honorifique de la University of Toronto. Il se mérite aussi de nombreux prix pour service exceptionnel de la part des Amputés de guerre du Canada ainsi que de trois associations américaines pour les aveugles. Il est aussi nommé Citoyen de l'année de plusieurs municipalités canadiennes.

En 1966, il reçoit le Trophée de la Fédération internationale des vétérans en reconnaissance de son œuvre auprès des personnes handicapées. En 1967, il est nommé Compagnon de l'Ordre du Canada pour mérite exceptionnel.

Edwin A. Baker décède le 7 avril 1968.

Gentillesses

Au cours de son allocution funéraire, le Révérend John Neal de la Beulah United Church de Collins Bay, déclare : « La vie a enseigné au Colonel et ce, peut-être même dans cette église qui lui tenait tant à cœur, que le mode de vie chrétien consiste à apprendre à transformer les pierres d'achoppement en tremplins. Sa vie nous a démontré que de la détresse peuvent naître de grandes choses lorsque cette affliction est vécue avec courage et détermination. Cet homme a enrichi la vie de tous ceux qui l'ont connu. »

A. N. Magill, directeur général national d'INCA de 1962 à 1973, déclare dans un vibrant hommage : « Le Colonel Baker a gagné l'admiration, le respect et l'affection de milliers de personnes, tant aveugles que voyantes, au Canada, aux États-Unis et en Europe. Bien qu'il ait été un chef de file international du domaine de la cécité, il était aussi à l'aise dans son atelier au sous-sol que dans une réunion entre amis et voisins. J'ai tiré avantage de son amitié pendant 40 ans et je crois que la plus belle qualité qu'il a démontrée était sa très grande confiance en l'habileté des personnes aveugles. »

Retour au haut de la page