INCA au fil des ans : calendrier historique

Bannière de photos représentant des évènements dans l’historique d’INCA.

Objectif premier : 1918

Premier rapport annuel d'INCA. L'homme représenté sur la couverture est Louis Braille.Le filet de sécurité sociale canadien n’a pas encore été créé et de nombreux vétérans aveugles rentrent au pays à la fin de la Première Guerre mondiale, INCA est ainsi constitué en personne morale pour répondre à des besoins de base urgents : fournir de la nourriture, des vêtements et des refuges.

Au cours de sa première année d’existence, INCA compte 27 salariés et sert 1521 personnes aveugles,  principalement à Toronto, malgré le fait que deux professeurs itinérants offrent des cours de réadaptation dans d’autres régions du pays.

Au cours des années 1920, INCA met en place un programme d’emploi qui connaît un succès mitigé, mais ses propres manufactures, ateliers de fabrication de balais et kiosques de vente fonctionnent à merveille. Un dépliant publicitaire des années 1920 pour les balais fabriqués dans les ateliers d'INCA.Dès le départ, l’organisation reconnaît l’importance de la prévention et nomme une infirmière responsable de la santé visuelle et de préservation de la vision.

But évolutif : 1950

Un dépliant “Wise Owls” de 1959. Ce programme d'éducation populaire encourageait la sécurité oculaire.Au service de près de 17 000 clients, INCA prend son envol.

Ses bureaux, ses centres de formation professionnelle et ses résidences sont implantés dans les principales grandes villes du pays, rendant ainsi ses programmes plus accessibles et donnant aux personnes qui vivent avec une perte de vision une plus grande visibilité communautaire. La prévention demeure une priorité et un programme formel de recherche est mis sur pied.

Annonce publicitaire de 1980 publiée dans le magazine Maclean’s encourageait l'embauche de personnes avec une perte de visionINCA connaît d’importants succès en matière de défense des droits avec la Loi sur les électeurs aveugles de 1930 (qui permet à une personne aveugle de voter à l’aide d’un guide qui voit) et la législation qui exige l’instillation de gouttes ophtalmologiques dans les yeux des nouveau-nés pour prévenir des maladies. En 1956, l’organisation aide à parrainer un cours à l’intention des programmeurs informatiques aveugles.

Grâce à des innovations telles que celles-ci, il n’est pas surprenant qu’INCA soit reconnu à l’échelon international et aide d’autres organisations du domaine de la perte de vision dans les pays en développement.

But actuel : 2008

En 2008, INCA se consacre à la recherche, à l’éducation du public et à la santé visuelle de plus de 800 000 Canadiens qui vivent avec une importante perte de vision – et de tous les Canadiens. L’organisation s’oppose aux attitudes traditionnelles adoptées par rapport à la perte de vision et tente de sensibiliser les Canadiens à la prévention des maladies oculaires.

Photo en couleur d'une épingle pour les bénévoles d'INCAINCA est présent dans toutes les régions du pays grâce à ses 800 salariés et plus de 10 000 bénévoles qui fournissent programmes et services aux personnes de tous les groupes d’âge. Finis les résidences et les ateliers protégés, INCA aide dorénavant les personnes vivant avec une perte de vision à préserver leur autonomie, à tirer profit d’une bonne qualité de vie et à réussir dans presque tous les secteurs d’activité.

Fort de ses succès passés, INCA est aujourd’hui un chef de file mondial dans le domaine de la technologie accessible, notamment avec ses produits adaptés innovateurs, ses livres parlés DAISY et sa bibliothèque numérique primée. À l’approche de la crise associée à la perte de vision liée à l’âge, INCA travaille avec plus d’acharnement que jamais à répondre aux besoins du Canada en matière de santé visuelle.

Retour au haut de la page