Un nouveau sondage d’INCA révèle que de nombreux Canadiens sont très peu informés en ce qui concerne leurs antécédents familiaux de glaucome

2011-03-08

TORONTO (Ontario) – Un nouveau sondage d’INCA diffusé aujourd’hui à l’occasion de la Semaine mondiale du glaucome (7 au 13 mars) révèle que peu de Canadiens possèdent toutes les informations dont ils ont besoin en ce qui concerne leurs antécédents familiaux de glaucome. Cette importante maladie oculaire incurable touche 250 000 Canadiens.

Malgré le fait que le glaucome soit une maladie héréditaire, le sondage révèle que près de la moitié des Canadiens (47 %) considèrent qu’ils ne connaissent pas suffisamment leurs antécédents familiaux en ce qui concerne cette maladie. En fait, seulement un tiers des Canadiens (33 %) ont discuté avec des membres de leur famille immédiate pour savoir s’il y avait des cas de glaucome dans leur famille.

Il est toutefois intéressant de constater que parmi les personnes ayant dit avoir eu cette conversation, près de la moitié (47 %) ont appris qu’il y avait de tels cas dans leur famille et qu’ils étaient donc plus à risque.

« Les gens oublient que pour bien protéger sa vision, il est important de savoir s’il y a des cas de glaucome dans la famille. Les antécédents familiaux (et plus particulièrement un parent, un frère ou une sœur atteint de la maladie) sont considérés comme un des principaux facteurs de risque du glaucome », affirme Keith Gordon, vice‑président, Recherche et Contrôle de la qualité des services à INCA.

Le sondage démontre également que la majorité des Canadiens (71 %) ne savent pas qu’il est possible d’être atteint de glaucome tout en conservant une vision parfaitement normale.

La prunelle de mes yeux

Afin de rappeler aux Canadiens l’importance d’un dépistage précoce lorsqu’il s’agit du glaucome, INCA lance sa troisième campagne annuelle de sensibilisation jumelée au concours de photo « La prunelle de mes yeux ». Du 8 mars au 18 mai, les Canadiens peuvent visiter le site Web www.laprunelledemesyeux.ca pour obtenir des renseignements factuels sur le glaucome et téléverser une photo de leur plus précieux souvenir, qu’il s’agisse d’un été en famille au chalet, d’un souvenir de lune de miel ou d’un vieux cliché en noir et blanc trouvé dans un des albums de leur grand‑mère. La photo doit être accompagnée d’un court texte expliquant pourquoi cette photo est si spéciale et leur rappelle d’être proactifs en ce qui concerne leur santé visuelle.

Toutes les photos téléversées offriront aux participants la chance de gagner un voyage de rêve pour deux personnes vers une destination canadienne populaire, soit la ville de Banff (Alberta), la ville de Québec (Québec), les chutes Niagara (Ontario) ou la vallée de l’Okanagan (Colombie‑Britannique).

Glaucome : le « voleur silencieux de la vue »

Le glaucome entraîne une détérioration du nerf optique et progresse généralement lentement et sans douleur. Il est donc possible d’être atteint de glaucome sans ressentir de symptômes ou constater de changement sur le plan visuel. En fait, 125 000 Canadiens vivent aujourd’hui avec cette maladie sans le savoir.

« Puisque le glaucome ne présente pas de symptômes, la seule façon de dépister cette maladie est de consulter un spécialise de la vue à intervalles réguliers afin de subir un examen oculaire, explique Dre Neeru Gupta, professeure, présidente de la chaire Dorothy Pitts en ophtalmologie et sciences de la vision et directrice du groupe sur le glaucome du St. Michael’s Hospital de l’Université de Toronto. Si un membre de votre famille est atteint de glaucome, vous être beaucoup plus à risque. Vous devriez alors faire vérifier votre pression intraoculaire et vos nerfs optiques, car un traitement précoce peut prévenir la perte de vision. »

En plus des antécédents familiaux, les facteurs de risque du glaucome incluent une pression intraoculaire élevée, être âgé de plus de 40 ans, être d’origine africaine, asiatique ou inuite, ou être myope.

Avec le temps, la maladie, qui commence par une perte de vision périphérique (latérale), occasionne une vision « en tunnel », puis une perte totale de la vue. Le glaucome est incurable. Lorsqu’une personne commence à perdre la vue, la vision perdue ne peut pas être restaurée. Heureusement, la perte de vision causée par le glaucome peut être contrôlée si elle est dépistée à temps. 

À propos du sondage

Ce sondage a été mené dans le cadre de la campagne La prunelle de mes yeux d’INCA afin de déterminer le niveau de connaissances des Canadiens en ce qui concerne le glaucome et ses facteurs de risque. Les questions de ce sondage ont été posées à un échantillon aléatoire de 1 003 Canadiens âgés de 18 ans et plus. La marge d’erreur des résultats d’un sondage mené auprès d’un échantillon de cette taille est de plus ou moins 3,1 %, 19 fois sur 20. Le sondage a été mené par INCA et la collecte de données a été effectuée par Ipsos Public Affairs. La campagne La prunelle de mes yeux est financée par une subvention à l’éducation sans restriction de Pfizer Canada inc.

Pour parler à un ophtalmologiste, à un représentant d’INCA ou à une personne atteinte de glaucome à Vancouver, Calgary, Toronto, Montréal, Québec ou Halifax, communiquez avec :

Marsha Knoll
Edelman (Toronto)
416 849-3192
marsha.knoll@edelman.com

Marie‑Ève Généreux
Edelman (Montréal)
514 844‑6665, poste 233
marie-eve.genereux@edelman.com

Anne‑Marie Monroe
INCA
416 486‑2500, poste 8355
anne-marie.monroe@inca.ca

 

Logo du concours de photo La prunelle de mes yeux

Retour au haut de la page