La nouvelle campagne d’INCA « Une image vaut mille mots : préservez votre vision » met en évidence les conséquences de la perte de vision à l’âge adulte

2014-01-21

Selon l’Organisation mondiale de la santé, 75 % des cas de perte de vision peuvent être prévenus ou traités. INCA lance aujourd’hui la campagne nationale « Une image vaut mille mots : préservez votre vision » pour accroître la sensibilisation aux conséquences de la perte de vision à l’âge adulte et au fait que de nombreuses maladies sont évitables si elles sont diagnostiquées et traitées à un stade précoce.

L’élément clé de la campagne est un album de photos uniques​ représentant les principales étapes de la vie, notamment un anniversaire de naissance, la remise du diplôme et le mariage. Cependant, les images ont été numériquement retouchées de façon à donner l’impression qu’elles sont vues par une personne vivant avec l’une des deux principales causes de la perte de vision chez l’adulte, soit la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) de type humide et l’œdème maculaire diabétique (OMD). L’album de photos montre les conséquences que la perte de vision peut avoir sur les principales étapes passées, présentes ou à venir de notre vie.

« Toutes les 12 minutes, une personne commence à perdre la vue au Canada. Plus la maladie oculaire est dépistée tôt, plus grandes sont les chances de prévenir la perte de vision ou d’en réduire au minimum les conséquences par un traitement approprié », signale Keith Gordon, Ph.D, vice-président, Recherche, à INCA. Une étude réalisée en 2012 montre qu’un adulte canadien sur sept peut vivre avec une certaine forme de perte de vision, et que celle-ci peut être corrigée dans la plupart des cas. 

De nombreuses maladies oculaires évoluent sans présenter de symptôme aux premiers stades jusqu’à ce que des signes de perte de vision apparaissent. On peut perdre la capacité d’accomplir des tâches quotidiennes, comme lire, conduire ou préparer des repas, en raison d’une perte de vision. Toutefois, avec des mesures de soutien appropriées, les personnes aveugles ou ayant une vision partielle peuvent apprendre à voir au-delà de la perte de vision.

En faisant connaître des histoires vécues par des personnes atteintes de DMLA humide ou de l’OMD, la campagne « Une image vaut mille mots : préservez votre vision » vise à sensibiliser davantage le grand public à l’importance de la santé oculaire et aux conséquences de la perte de vision.

« Les créateurs de l’album de photos veulent donner aux personnes qui voient une idée de ce à quoi ressemble l’environnement des personnes atteintes de l’une des deux maladies les plus courantes entraînant la perte de vision à l’âge adulte, la DMLA humide et l’OMD, fait observer M. Gordon. Ils y arrivent en présentant des scènes de la vie quotidienne survenues au cours des dernières décennies, mais en les montrant dans l’optique des personnes qui vivent avec ces maladies. »

À propos de l’OMD et de la DMLA humide

L’OMD est une complication courante de la rétinopathie diabétique. Elle est causée par une détérioration des vaisseaux sanguins de la rétine, et est l’une des principales causes de perte de vision chez la population en âge de travailler dans les pays développés. Au Canada, on estime qu’environ 60 000 personnes vivent avec une perte de vision causée par l’OMD, ce qui en fait l’une des principales causes de perte de vision chez les adultes au pays.

La DMLA est la principale cause des graves pertes de vision chez les Canadiens de plus de 60 ans. Il existe deux types de DMLA : la DMLA de type sec et la DMLA de type humide. Bien que 10 % à 15 % seulement des cas de DMLA soient de type humide, cette maladie est responsable de 90 % des cas de perte de vision graves causés par la DMLA. La DMLA humide est une maladie évolutive qui cause une perte rapide et importante de la vision centrale et qui peut sérieusement compromettre l’autonomie de la personne atteinte. On estime que 1,4 million de Canadiens sont atteints de DMLA à un stade ou à un autre, et les auteurs d’une étude menée en 2011 estiment que près de 90 000 personnes au Canada vivaient avec une vision partielle en 2007 en raison de la DMLA. Avec le vieillissement de la population, on prévoit que le nombre de personnes atteintes de DMLA va doubler d’ici 25 ans.

Cette campagne d’INCA est réalisée en collaboration avec l’une des principales entreprises pharmaceutiques canadiennes menant des travaux de recherche.  

Retour au haut de la page