Une personne âgée souriante - Shirley Prancic

July 11.jpgElle accueille avec un grand sourire tous ceux et celles qui franchissent la porte du bureau d’INCA Kelowna. Shirley Prancic, 77 ans, sait d’instinct comment créer un sentiment d’appartenance à la collectivité, peu importe où elle se trouve et ce qu’elle fait.

Mme Prancic est une bénévole dévouée, toujours disposée à accepter une nouvelle tâche. Répondre au téléphone, aider les clients à trouver l’article voulu à la Boutique INCA et faire office d’adjointe administrative au service de philanthropie, voilà quelques-unes de ses nombreuses fonctions.  

Les antécédents de Mme Prancic sont impressionnants. Comme elle le dit elle-même, « je fais du bénévolat depuis plus de 60 ans auprès d’un très grand nombre d’organismes. Avec l’expérience, mes préférences, mes priorités et les circonstances m’ont fait faire différents choix et m’ont amenée là où mon bénévolat était requis. »

Sa volonté de faire partie de l’équipe de bénévoles d’INCA Kelowna est attribuable à une expérience unique vécue dans le Nord canadien. 

« Je vivais depuis 11 ans au Yukon, dans une petite ville minière située à 640 kilomètres au nord de Whitehorse. Une partie du mandat du Club Lions consistait à appuyer INCA. Pendant plusieurs années, j’ai administré pour le compte des Lions un marathon de marche annuel. J’ai alors rencontré George Gibbs, un représentant d’INCA Vancouver, un homme merveilleux dont la vision était réduite au strict minimum. Nous nous sommes liés d’amitié. M. Gibbs venait au Yukon chaque année pour prendre part au marathon, qui se déroulait sur des routes non asphaltées et en terrain montagneux. M. Gibbs m’a alors enseigné qu’il faut toujours se souvenir de ce qui nous reste et non de ce que l’on a perdu. »

« Je n’ai jamais oublié George Gibbs. Mon oncle Bill a été la première personne vivant avec une perte de vision que j’ai connue étant enfant. Puis, ma meilleure amie a perdu la vue il y a dix ans, et toute ma vie j’ai rencontré de nombreuses personnes ayant des maladies oculaires. Elles ont toutes relevé les défis avec courage et humour. INCA était donc pour moi l’endroit tout indiqué pour faire du bénévolat. »

En mai 2016, après une période de bénévolat à l’hôpital général de Kelowna, elle se met en rapport avec le bureau d’INCA de la même ville. « J’ai proposé de mettre bénévolement mes compétences à contribution. J’ai été chaleureusement accueillie dans la famille d’INCA Kelowna. Je suis réceptionniste bénévole, c’est-à-dire que j’aide les clients qui se présentent au bureau ou qui téléphonent. Je fais aussi des tâches de soutien administratif au besoin. De plus, j’ai élaboré une très grosse base de données sur les renseignements relatifs aux donateurs et j’ai participé à une merveilleuse activité de collecte de fonds, « Wine’ing in the Dark ».

« Dans le cadre de cet événement, j’ai rencontré une jeune bénévole, mère de trois jeunes enfants, dont la vision était réduite au strict minimum, mais qui respirait l’optimisme et un incroyable courage. Quelle source d’inspiration pour tous! La morale de cette histoire? En faisant du bénévolat, vous retirez beaucoup plus que ce que vous donnez! »

Bien que Mme Prancic, qui a pris sa retraite en 2000, estime que son bénévolat est un travail constructif, ce sont les gens qui la motivent sans cesse.

« Le personnel d’INCA Kelowna salue toujours les contributions que j’apporte à l’organisme, aussi petites soient-elles, et je sens que je suis un membre très utile de l’équipe. »


Retour au haut de la page