Une bénévole d’exception donne en retour à INCA - June Feswick

July 4.JPGJune Feswick a frappé à la porte d’INCA pour la première fois en 2006, après que son mari eut fait un AVC et perdu une grande partie de sa vision. Depuis, elle fait partie de la famille pour les clients, les employés et les autres bénévoles d’INCA. Onze années se sont écoulées, et elle redonne encore et toujours à INCA afin d’honorer la mémoire de son mari, décédé en août 2013.

Mme Feswick œuvre dans le cadre du programme de huit semaines d’adaptation à la perte de vision d’INCA Nouvelle-Écosse, où elle est assistante et bénévole. Elle prépare le thé et le café toutes les semaines et s’assure que tous les participants ne manquent de rien et sont à l’aise. C’est aussi elle qui choisit les citations inspirantes qu’elle partage chaque semaine avec le groupe.  

Il ne se passe pas une semaine sans que Mme Feswick ne fasse la promotion des droits des personnes vivant avec une perte de vision. Si elle visite un endroit (la bibliothèque de Sackville, par exemple) où les marches d’escalier ne sont pas marquées avec de la peinture jaune contrastante, elle se fait un devoir de le signaler à la personne responsable afin que ce problème soit réglé, non seulement pour nos clients, mais pour quiconque peut avoir de la difficulté à se déplacer dans les escaliers. 

En novembre 2015, elle participait à une marche devant l’assemblée législative de la Nouvelle-Écosse afin de sensibiliser les autorités à la nécessité d’accorder un financement adéquat et durable aux programmes de réadaptation visuelle. 

Toutes les deux semaines, les membres d’un club de tricot (que Mme Feswick a mis sur pied en juin 2015) se réunissent au Centre INCA de Halifax pour socialiser et s’adonner à cette activité créatrice. Les débutantes apprennent avec l’aide de bénévoles d’INCA et de tricoteuses expérimentées – dont certaines ont redécouvert leur amour du tricot après avoir perdu la vue. C’est le seul groupe de ce type à INCA au Canada. Le rêve de Mme Feswick est de voir 20 à 30 femmes participer régulièrement au groupe de tricot. Elle veut également que ce programme soit offert partout au pays. 

À l’été 2016, elle a accompagné les membres du club lors d’une visite à un magasin spécialisé en articles de tricot, situé à Mahone Bay, en Nouvelle-Écosse. 

Mme Feswick a également collaboré avec le personnel pour mettre sur pied un programme de soutien destiné aux membres des familles, un besoin mis au jour par les responsables du programme d’adaptation à la perte de vision. Elle a joué un rôle clé pour aider INCA à réaliser un projet pilote au Eye Care Centre de Halifax, établissant des liens entre les patients et les programmes et services d’adaptation à la perte de vision d’INCA. 

Sa passion et son incroyable talent de communication avec les patients (et avec les membres de leur famille) par des « visites » régulières à chaque salle d’attente dotée d’un présentoir d’INCA se sont traduits par une hausse du nombre d’aiguillages vers les services d’INCA. Elle y offre des renseignements sur les programmes et services d’INCA et fait des démonstrations de produits populaires, comme les montres parlantes et les cartes à jouer. 

Même si Mme Feswick a été « embauchée » pour un quart de travail de trois heures par semaine au Eye Care Centre, elle y travaille souvent une journée entière. Elle forme des bénévoles et a pris l’initiative de confectionner des gilets INCA pour les bénévoles du Centre. 

Les services de Mme Feswick à INCA et aux personnes aveugles ou ayant une vision partielle ont surtout été offerts au niveau local, c’est-à-dire au bureau d’INCA à Halifax. Mais ses services ont aussi une dimension provinciale, car ils aident les gens d’autres collectivités de la Nouvelle-Écosse et d’ailleurs. En effet, de nombreux patients viennent des autres provinces maritimes pour recevoir des soins au Eye Care Centre. 

INCA est très privilégié de pouvoir compter sur une personne comme June Feswick, animée d’une passion, d’un dévouement et d’un enthousiasme peu communs et continuant encore et toujours d’avoir des effets positifs sur son entourage. 

​​
Retour au haut de la page