Shannon Baillie – L’art de recueillir des dons : Établir des liens avec la collectivité et amasser des fonds pour INCA


December 7 -Richard Harlow and Shannon Baillie (Web).jpgShannon Baillie est une petite femme dynamique, une bénévole de longue date qui a aidé INCA Colombie-Britannique à récolter des centaines de milliers de dollars en dons par l’intermédiaire des activités de financement immensément populaires de l’événement Eye Appeal Art.

Mme Baillie s’est d’abord impliquée auprès d’INCA en 1997. Elle a joint le comité qui amassait des fonds pour construire un deuxième étage au bureau d’INCA de Victoria. Mme Baillie et le comité ont eu une idée de gala innovatrice. Nous nous sommes dit « Pourquoi ne pas faire appel à des artistes travaillant principalement sur des supports visuels pour qui la vision et précieuse afin qu’ils créent et donnent des œuvres d’art pour aider à fournir des services aux personnes vivant avec une perte de vision? »  L’idée a été couronnée de succès.

Mme Baillie s’est tournée vers le milieu artistique de l’Île de Vancouver et a trouvé diverses personnes souhaitant vivement mettre à profit leurs talents pour soutenir la cause. L’artiste canadien réputé, Robert Bateman, a même accepté d’être le président honoraire et, en 1997, le premier événement Eye Appeal Art a été lancé!

Cet événement de marque a célébré son 20e anniversaire en 2017 et, au fil des années, il est devenu une exposition publique, une réception d’artistes ainsi qu’une bourse remise à un client d’INCA qui étudie les arts visuels ou les arts de la scène.

Mme Baillie ne tarit pas d’éloges au sujet du récipiendaire de la bourse de 2018, Richard Harlow. « M. Harlow est une inspiration pour les autres. Il parle de façon si touchante de l’aide qu’INCA lui a fournie afin de lui permettre de composer avec sa perte de vision et aussi de l’importance pour lui de créer de l’art accessible. »

En 2009, M. Harlow a dû interrompre ses études en arts à l’Université Emily Carr lorsqu’on a lui a diagnostiqué une maladie rare appelée neuropathie optique héréditaire de Leber, qui ne lui a laissé qu’une vision périphérique restreinte. Au cours des années qui ont suivi, M. Harlow a eu recours aux services et programmes d’INCA, qui l’ont aidé à s’adapter à la vie avec sa vision résiduelle. Il a maintenant recommencé à créer des œuvres d’art, mais il utilise des textures pour rendre ses peintures tactiles.

M. Harlow n’est qu’un des nombreux clients avec lesquels Mme Baillie a établi des liens au cours de sa longue association avec INCA. Elle croit que c’est un organisme qui aide vraiment les autres et qui peut changer des vies. Mme Baillie affirme que « Travailler avec INCA et les personnes qui œuvrent au sein de cet organisme a été une expérience des plus gratifiantes. » J’encourage d’autres personnes à envisager la possibilité de donner de leur temps ou de l’argent pour soutenir INCA, surtout étant donné que les fonds restent dans notre collectivité. J’ai pu voir l’incidence qu’un don, si petit  soit-il, peut avoir sur les personnes vivant avec une perte de vision, par exemple en fournissant un lecteur à un enfant pour qu’il puisse profiter du plaisir tout simple de lire un livre ou de participer à un camp de vacances estival. Je vous conseille de donner jusqu’à ce que vous en ressentiez les bienfaits! »

La création d’une activité de collecte de fonds qui fonctionne bien depuis vingt ans est une réalisation formidable. Nous tenons à remercier sincèrement Mme Baillie de faire partie intégrante de l’événement Eye Appeal Art. Elle indique toutefois qu’elle fait partie « d’une immense équipe composée d’un comité très talentueux, de commanditaires, du généreux milieu des arts et d’une foule de bénévoles qui rendent tout cela possible. Nous travaillons tous ensemble afin de recueillir des fonds pour les personnes vivant avec une perte de vision qui ont besoin de notre assistance. L’Île de Vancouver est un endroit qui croit en la collectivité et où les gens s’entraident. »

Retour au haut de la page