Scott Garner de Thunder Bay fait tomber des barrières

August 3 2017 - Scott Garner.jpgScott Garner, 41 ans, naît avec une certaine perte de vision, mais ce n’est qu’à l’âge de 21 ans, lorsque sa vision se détériore de manière considérable, qu’il recourt aux services d’INCA.

Après avoir subi un décollement de la rétine, Scott Garner se tourne vers INCA, le principal fournisseur de services de réadaptation en déficience visuelle de l’Ontario. Il s’inscrit au service d’emploi et aux cours d’orientation et de déplacement autonome afin de préserver son autonomie.

« Cela a été très important pour moi. En acquérant ces diverses compétences, j’ai réussi à rebâtir ma confiance en moi alors que je vivais une période particulièrement difficile. Les cours d’orientation et de mobilité d’INCA m’ont aidé à rester autonome, en dépit de nombreux déménagements, affirme Scott Garner. Lorsque j’ai terminé mes études secondaires, je voulais devenir journaliste, mais j’ai vite réalisé qu’il me serait difficile d’être le premier sur les lieux d’un événement si je devais compter sur les transports en commun. » 

Après réflexion et à la suite d’un cheminement personnel d’adaptation à la perte de vision, Scott Garner s’inscrit au Mohawk College de Brantford afin de devenir spécialiste en autonomie fonctionnelle et d’aider d’autres personnes à acquérir des aptitudes à la vie quotidienne comme se verser une tasse de café en toute sécurité, utiliser divers appareils électroménagers et distinguer les billets de banque et les pièces de monnaie. Son rêve se réalise en 2006, lorsqu’il commence à travailler à INCA, Ontario Nord.

« C’était extrêmement gratifiant de pouvoir aider des gens à regagner leur autonomie, et surtout dans le cas de personnes plus âgées. Souvent, elles fondaient en larmes lorsque je leur montrais une adaptation toute simple qui pouvait leur faciliter la vie. C’était particulièrement émouvant », affirme Scott Garner. 

Scott Garner travaille maintenant comme spécialiste en accessibilité municipale à la Ville de Thunder Bay. 

« Mon travail consiste entre autres à éliminer les obstacles que doivent franchir les personnes vivant avec une déficience. On pense alors automatiquement aux barrières structurelles, mais les obstacles liés aux attitudes sont les plus sérieux. J’ai la chance de travailler dans un environnement favorable. Mais bien d’autres personnes sont victimes de préjugés quant à ce qu’elles peuvent contribuer à la société en raison de leur déficience. Il peut être difficile de convaincre des employeurs que vous êtes apte à travailler. »

En 2010, Scott Garner subit une intervention chirurgicale visant à lui permettre de regagner une partie de sa vision. C’est une réussite totale. 

« Je ne peux toujours pas conduire, mais je peux utiliser un logiciel qui grossit le texte à l’écran et m’offre un contraste des couleurs. Auparavant, il me fallait utiliser un lecteur sonore d’écran », déclare ce dernier.

Après avoir subi cette intervention chirurgicale, Scott Garner a l’impression de se promener dans une bande dessinée.

« Avant l’opération, je ne pouvais voir que des formes et des couleurs. Maintenant, je peux voir un kaléidoscope de couleurs. Tout cela me revenait en mémoire et c’était ahurissant. Je me souviens qu’au début je pointais du doigt des avertissements et devenais surexcité lorsque j’étais en mesure de lire une pancarte d’interdiction de stationnement. Puis, lorsque j’ai vu ma femme pour la première fois, j’ai constaté qu’elle était aussi belle que ce que je m’étais imaginé et ç’a été très apaisant, dit-il en souriant. J’ai aussi été émerveillé de voir les éliminatoires de hockey. Pour la première fois depuis de nombreuses années, je pouvais voir les chandails des joueurs. » 

Le récit de Scott Garner est encourageant, mais ce dernier hésite à en parler parce qu’il ne veut pas donner de faux espoirs à quiconque. De nombreuses personnes aveugles ou ayant vision partielle ne peuvent pas regagner la vision perdue. Les services de réadaptation en déficience visuelle, des services de santé essentiels pour vivre et se déplacer en toute sécurité et de façon autonome, sont donc cruciaux pour toute personne vivant avec une perte de vision qui désire mener une vie active empreinte d’assurance et de confiance en soi.

Retour au haut de la page