Le camp de jour d’INCA : cinq jours au cours desquels les enfants peuvent être des enfants 

September 26.jpgCet été, pendant cinq jours, des jeunes de 8 à 12 ans vivant avec une perte de vision ont pris part au camp de jour estival d’INCA Halifax. Ce camp permet aux participants de faire des activités récréatives avec d’autres enfants aveugles ou ayant une vision partielle tout en rehaussant leurs habiletés fondamentales.  

« J’ai surtout aimé rencontrer des gens, faire du judo et faire des arts plastiques », raconte Leland qui en était à sa première expérience.  

Rien n’est plus important que d’apprendre à s’affirmer, plus particulièrement lorsqu’il s’agit de perte de vision. Il en va ainsi de l’accessibilité des sports et des activités récréatives. En effet, de nombreux sports ont été adaptés pour les personnes vivant avec une perte de vision en conservant leur niveau de défi et la passion qu’ils suscitent. Cette année, les quatre participants ont appris à jouer au goal-ball, un sport de compétition internationale pour les personnes vivant avec une perte de vision. Dans ce sport, les joueurs portent des œillères, forment des équipes de trois et tentent de déjouer les défenseurs et de lancer un ballon sonore dans le but de l’équipe adverse. Ils ont aussi joué au mini-golf fluorescent, le contraste de la balle qui brille dans le noir rendant cette activité beaucoup plus facile pour les personnes qui vivent avec une vision partielle. 

Il est toujours intéressant de découvrir de nouveaux endroits. Au cours de ce camp estival, les jeunes ont visité un terrain de jeu de la région pour y tenir un pique-nique et une épicerie pour apprendre à s’y déplacer et à faire l’achat des ingrédients requis pour préparer un dîner pour le personnel du bureau d’Halifax.

Lors de chacune des activités, les participants ont contribué à la planification des déplacements. Ils ont ainsi appris à prévoir les trajets en autobus, à se servir de repères, à reconnaître des sons comme la direction de la circulation, à traverser la rue et à déambuler en ligne droite.

« Le camp de jour d’INCA est une expérience merveilleuse pour les enfants vivant avec une perte de vision, affirme Jen, la mère de Leland. Ils ont l’occasion d’interagir avec d’autres enfants aveugles ou ayant une vision partielle et d’apprendre qu’ils peuvent faire les mêmes activités que les autres jeunes qui voient. » 

Pendant ce camp de jour estival, les enfants ont aussi eu l’occasion d’assister à plusieurs présentations. La salle de conférence du bureau d’Halifax d’INCA est ainsi devenue un centre d’apprentissage où les enfants ont pu entendre des spécialistes aborder des sujets qu’ils savaient rendre divertissants. Le Centre de découvertes a aussi rendu les activités scientifiques fort intéressantes en organisant des présentations interactives. Les jeunes ont pu y faire des arts plastiques et créer des T-shirts en faisant de la teinture avec nœuds. Ils ont même consacré un après-midi à l’apprentissage de nouvelles techniques de judo alors que Jason, leur instructeur, leur a enseigné des techniques d’autodéfense. 

Les participants ont passé la dernière journée du camp à la ferme Hatfield où ils ont pu caresser des animaux de compagnie, faire des tours en poneys et parcourir la ferme en chariot. Ils se sont ensuite rendus au parc de trampoline pour vivre leur vie d’enfant et s’amuser ferme. Les jeunes ont terminé la semaine d’activités fatigués et fermement décidés à revenir l’an prochain. 

Lorsqu’on a demandé aux participants qu’elle était l’activité qu’ils avaient le moins aimée, ils ont tous répondu : « Aucune ». 

​​

Retour au haut de la page