Fondateur : le colonel Edwin A. Baker

Edwin A. Baker (1893-1968), affectueusement appelé « Le Colonel », a été un des principaux fondateurs d’INCA, et a agi comme directeur général de 1920 à 1962.

Né sur une ferme près de Kingston, en Ontario, M. Baker grandit là où ses ancêtres loyalistes de l’Empire uni se sont établis. Il fréquente l’école publique et l’école secondaire de la région pour ensuite suivre des études de génie à l’Université Queen's. Il obtient un baccalauréat ès sciences en génie électrique en 1914, juste à temps pour s’enrôler auprès du 6e Escadron de génie de l’Armée canadienne qui a servi pendant la Première Guerre mondiale. En 1915, il est blessé au Mont Kemmel, en Belgique, et il perd totalement la vue.

Après une réadaptation au centre St. Dunstan's en Angleterre, Edwin Baker retourne au Canada en 1916 pour refaire sa vie comme personne vivant avec une perte de vision.  Ce n’est pas chose facile, car les services sociaux offerts sont peu nombreux, et la philosophie de l’époque veut que les personnes vivant avec une perte de vision soient à la charge de leurs familles.

En dépit de cela, Edwin Baker obtient un poste à la Commission de l’énergie hydroélectrique de l’Ontario.  Dans ses temps libres, il siège bénévolement au conseil d’administration de la Canadian Free Library for the Blind, et, avec six autres bénévoles de la bibliothèque, il fonde INCA en 1918. Il agit alors comme vice-président du premier Conseil national de l’organisme. Au cours de la même année, il coordonne la formation et les soins dispensés aux militaires canadiens devenus aveugles au combat. En 1920, il accepte le poste de secrétaire général d'INCA.
 
Avec trois employés et une poignée de bénévoles, il en vient à ériger un organisme de plus de 50 bureaux répartis partout pays. Il parraine des études en ophtalmologie et des programmes de soutien médical aux autochtones du Grand Nord. Il aide à mettre sur pied le premier dépistage de masse à l'intention des enfants d'âge scolaire de Toronto, ce qui engendre l'instauration de classes spéciales pour enfants vivant avec une perte de vision et la première étude sur l'incidence et les causes de cécité au Canada.
 
Edwin Baker se préoccupe de bien plus que de son propre organisme. Il est, pendant trois mandats, président du Conseil mondial pour le Bien-être des aveugles (maintenant Union Mondiale des Aveugles). Il est aussi, pendant plusieurs années, le seul membre laïque de la Société canadienne d'ophtalmologie. Il est membre du Conseil consultatif national sur la réadaptation des personnes handicapées pendant 10 ans et œuvre à la fondation de la Royal Commonwealth Society for the Blind, de Londres (Angleterre) À titre de vétéran de la Première Guerre mondiale, Edwin Baker continue de participer activement aux activités de l'armée et des vétérans bien après la fin de la guerre. Il est président honoraire du Conseil national des associations d'anciens combattants du Canada; président honoraire des Pensionnés de guerre du Canada; membre à vie de la Légion canadienne et des Vétérans de l'Armée, de la Marine et de l'Aviation du Canada et président honoraire du dominion de l'Association des corps d'armée du Canada. Il est aussi vice-président, puis secrétaire de l'Association Sir Arthur Pearson des aveugles de guerre.

En 1966, il reçoit le Trophée de la Fédération internationale des vétérans en reconnaissance de son œuvre auprès des personnes handicapées. En 1967, il est nommé Compagnon de l'Ordre du Canada pour mérite exceptionnel.

Edwin A. Baker décède le 7 avril 1968.

Retour au haut de la page