Des formations technos pour regagner son autonomie

C'est à 36 ans que Karine Descoteaux, une citoyenne de Trois-Rivières est devenue aveugle. Atteinte de la rétinite pigmentaire, une maladie dégénérative de l'œil qui cause une baisse lente de vision jusqu'à la cécité, elle a dû s'adapter aux défis causés par sa limitation visuelle.

Aujourd'hui agente de développement à l'Association éducative et récréative des aveugles de Trois-Rivières et étudiante à l'Université du Québec à Trois-Rivières (l'UQTR) en psychologie, elle raconte comment les formations technologiques offertes par INCA l'on aidé à regagner son autonomie.

Demeurant loin du bureau d'INCA situé à Montréal, les formations à distance étaient super pour elle. Celles-ci lui ont permis d'apprendre à utiliser différents logiciels de son ordinateur (Windows, Outlook, Word, Excel, PowerPoint, Skype et Facebook), avec le lecteur d'écran JAWS, dans le confort de son domicile.

Robert, le formateur en technologies adaptées chez INCA, lui a donné un bon coup de main pour l'Université, notamment pour utiliser le courriel de l'école, rédiger des travaux, apprendre à faire des présentations PowerPoint avec JAWS. Au travail, elle se sert des connaissances acquises pour presque tout: composer des textes, envoyer et recevoir des courriels, faire des factures, etc.

Pour Karine, comme pour plusieurs autres personnes vivant avec une perte de vision, réapprendre à utiliser l'ordinateur sans la vue, signifiait franchir les barrières de l'accès à l'information.

"Ça représente l'autonomie au travail, l'autonomie dans la vie de tous les jours, parce qu'on a accès à l'information, accès à tout ce qui est réseaux sociaux, les recettes, la musique… tout ce que les autres peuvent avoir à l'ordinateur ! Je suis capable de tout faire ; que ce soit Excel ou Word créer des documents des fichiers, n'importe quoi !" décrit Karine Descoteaux, heureuse de l'impact des formations sur sa vie.

En plus des formations technologiques, chez INCA, Karine a également profité des magazines de la bibliothèque, participé au programme Vision amitié ainsi qu'à des groupes de soutien qui l'ont aidé à s'adapter à la perte de vision. "Quand tu perds la vision et que tu peux échanger avec d'autres personnes qui vivent la même situation que toi, ça peut aider. Ça m'a beaucoup aidé et même que je me suis liée d'amitié avec des personnes à qui je parle assez souvent", mentionne Karine qui par la suite a elle-même animé des groupes d'entraide. Toujours dans le but d'aider les autres, depuis un an, Karine travaille dans sa région afin de créer des activités, du support, des jeux d'adaptation pour les personnes ayant une déficience visuelle.

Pour ceux et celles qui ont une limitation visuelle et qui doutent de pouvoir entrer sur le marché du travail, elle leur dit que "Tout est possible. Il faut s'adapter, il faut être déterminé, travailler un petit peu plus, mais c'est possible. Bien sûr, maîtriser l'ordinateur est essentiel ! Allez-y suivez les formations, vous pourrez tout faire, tout réaliser !"

Ses compétences et sa capacité d'utilisation de l'ordinateur avec la revue d'écran lui ont elle-même permis d'être plus autonome, d'être une citoyenne à part entière, impliquée dans sa société.​​

Retour au haut de la page