Daniel Viens ou la loi de l’attraction

November 21.JPGLa loi de l’attraction, vous connaissez ? Il s'agit d'une théorie que l'on peut formuler ainsi : « Vous attirez à vous ce à quoi vous pensez ». Imaginez un gros aimant. Les pensées positives, l’optimisme attirent vers soi le bien-être et l’enthousiasme qui se trouvent chez les autres et dans la vie. Si au contraire on est en mode pessimiste ou négatif, c’est la colère et la tristesse qui colleront à soi.

Daniel Viens, ancien combattant de 48 ans client et bénévole d'INCA vit à Rouyn-Noranda. Après ses études secondaires, désirant voyager et aider, Daniel Viens s’est engagé dans la marine des Forces armées canadiennes où il a servi pendant quelques années et a pu développer son leadership. Par la suite, il a occupé divers emplois avant de suivre une formation en électromécanique qui lui a permis de décrocher un travail chez Hydro-Québec.

Il avait 25 ans quand on lui a diagnostiqué un glaucome, mais la situation reste stable. En 2013, à l'âge de 44 ans, la pression monte dans son oeil gauche et c’est l’opération d’urgence, intervention qui n’est pas un succès. En 2015, le même scénario se répète cette fois-là dans l’oeil droit.  Là encore, l’opération n’apporte pas les résultats escomptés. Conséquence : il perd son emploi, n’étant plus apte à faire son travail.

Entraîné dans la marine pour être un battant, demeurer fort et affronter ses peurs, pour M. Viens, il n'est pas question de s'apitoyer. Animé par un ardent goût de vivre, il décide de se tenir debout et de s'adapter à sa nouvelle condition.

À l’automne 2016, il s’inscrit à un groupe de soutien donné par INCA. Son attitude positive, sa capacité de bien s’exprimer, son enthousiasme et son leadership sont rapidement remarqués par l’animatrice du groupe, Najla Noori, chef des programmes psychosociaux à INCA Québec. Elle lui offre d’animer un groupe d’entraide par téléconférence, ce qu’il accepte sans hésiter. Rapidement, il enchaîne un deuxième groupe. 

Najla lui propose alors d'animer un groupe en face à face dans sa région en faisant appel aux ressources de l’Association des personnes handicapées visuelles de l’Abitibi-Témiscamingue (APVH AT). Daniel est enthousiaste car il est convaincu que ces rencontres permettront des échanges plus fructueux et qu’il sera mieux en mesure d’apporter aux participants l'aide appropriée.

Daniel Viens est un homme actif et positif. Sa condition l’empêche désormais de s’impliquer bénévolement auprès d’équipes de sport comme il l’a fait pendant de nombreuses années, mais il continue de faire du conditionnement physique et de pratiquer le yoga entre autres activités. D'ailleurs, il envie un peu les personnes vivant avec une perte de vision de la région de Montréal car ils peuvent pratiquer de nombreux sports adaptés. Ce n’est pas le cas en région à cause du manque de ressources et des grandes distances qui séparent les participants potentiels. Qu’à cela ne tienne, Daniel Viens ne se laisse pas décourager par ces obstacles. Habitué de servir, il est déterminé à faire une différence auprès des personnes ayant un handicap visuel de l’Abitibi-Témiscamingue.

Comme ces soldats - devenus aveugles au cours des combats pendant la Première Guerre mondiale - qui ont décidé de fonder INCA dans le but de redonner une indépendance aux personnes vivant avec une perte de vision, Daniel Viens a choisi de rester positif et dynamique, d’aider les autres et de vivre heureux. Daniel croit fermement que la loi de l’attraction fonctionne et il est indéniablement du côté positif de l’aimant.